Mali / Gouvernement de Transition : Une course effrénée vers les nominations ?

20

Comme dans une compétition pour savoir qui nommera le plus de « copains et coquins », certains membres du gouvernement de Transition finissent par… confondre vitesse et amateurisme.

 

maliweb.net – A chaque conseil des ministres, c’est à une course en faveur des nominations que l’on assiste. C’est au point que le président des FARE Anka Wuli, l’ex-Premier ministre Modibo Sidibé, se demandait récemment si le gouvernement de transition est devenu finalement une « agence de placement » pour des recrutements.

En effet, l’on a finalement l’impression que c’est le principe du « ôtes-toi pour que je m’y mette » qui est le seul crédo des membres du gouvernement que dirige le Premier ministre Moctar Ouane. C’est ainsi que chaque jour pratiquement c’est un branle-bas ou un « à qui mieux-mieux » autour des nominations, dans chaque département ou chaque sphère du pouvoir transitoire.

Si le président de la Transition, Bah N’Daw est lui un peu timoré dans la nomination au sein de la présidence, le vice-président, le Colonel Assimi Goïta, le Premier ministre Moctar Ouane et plusieurs ministres sont visiblement pressés de nommer leurs amis et connaissances. Tout est mis en œuvre pour caser rapidement certains cadres aux compétences douteuses dans l’administration.

C’est au point que l’on se demande si les enquêtes de moralité requises pour certaines nominations sont menées. L’on peut en douter dans la mesure où l’on a signalé récemment la nomination d’une stagiaire ou du moins d’une dame non méritante à un poste de chargée de mission dans un ministère. Quid de la nomination de chefs de milices, donc disposant d’hommes armés sous leurs ordres dans un département ministériel ?

En outre, le récent projet de nomination d’une dame de peu d’expériences professionnelles à la tête de l’APEJ par le ministre de l’Emploi, Mohamed Salia Touré, défraie actuellement la chronique. Ce qui a incité le DG en fonction à claquer la porte dans des conditions non élucidées… L’on signale aussi le projet du même ministre de nommer l’un de ses amis à la tête du FAFPA dans les prochains jours.

Toutes ces séries de nominations au relent de favoritisme plombe le climat de sérénité et de culture de l’homme qu’il faut à la place qu’il faut » devant caractériser la période transitoire. Ce qui pousse à se demander pourquoi les autorités de la Transition se précipitent tant dans ces promotions de complaisance. Le Mali nouveau, souhaité et appelé de tous les vœux, s’accommodera-t-il de ces nominations fantaisistes, dont certaines sont à la limite abusives ? Rien n’est moins sûr. Au contraire; il urge alors de se ressaisir pour ne privilégier que les compétences dans chaque domaine.

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

20 COMMENTAIRES

  1. Bamaké
    Le gouvernement formé par Mr THIAM a t’il commencé à mettre en application les mesures gouvernementales pour constater les défaillances de certains cadres nommés avant?
    Si MODIBO SIDIBE dénonce les nominations, c’est le constat fait qu’on ne connaît pas la vision exprimée par le chef de gouvernement.
    Il ne s’est même pas encore exprimé à l’organe législatif mis en place pour qu’on puisse connaître sa méthode de gestion,ni organiser un débat explicatif avec les médias pour révéler sa vision politique.
    Que le chef de gouvernement reste moins visible par rapport aux membres du clan MAHMOUD DICKO associé aux militaires donne une idée de la conduite inspirée aux ministres.
    ON N’EST PAS INTÉRESSÉ PAR LA SATISFACTION DES INTÉRÊTS SUPÉRIEURS DE LA NATION MALIENNE.
    Chacun se précipite à remplir sa poche d’où ces nominations éhontées.
    DES NOUVEAUX FOSSOYEURS ONT REMPLACÉ CEUX D’IBK.
    Est ce étonnant quand on sait qu’ils sont tous des proches d’IBK.
    MAHMOUD DICKO a aidé IBK à s’emparer des votes musulmans en 2013.
    Ces jeunes officiers supérieurs le sont pour la plupart par les proches du pouvoir d’IBK.
    Ils étaient les adjoints de ceux qui étaient les plus proches collaborateurs du clan familial d’IBK.
    On fait du IBK en mode salafiste.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • Belle conclusion ! Et je vous paraphrase en disant que c’est du réchauffé IBK servi à travers la poêle salafiste. Il est possible qu’une nouvelle supercherie électorale se trame dans le dos du peuple. Ce serait dramatique. Résistons !

  2. Sangare 15 Déc 2020 at 08:10 ;

    ” … Les nominations dans les fonctions publiques ne deviennent sa préoccupation que s’ils constatent que ses mesures ne sont pas appliquées à souhait.
    Il en fait part à son chef de gouvernement qui prendra des mesures adéquates…
    … S’attaquer directement aux nominations signifie qu’on manque de vision, qu’on est venu pour se servir… ” …///…

    :
    Qui t’a dit ici que les ministres remplacent et nomment au faciès… ?
    S’ils nomment c’est qu’ils en ont constaté la nécessité.

    Et puis on n’est pas en train de critiquer Modibo SIDIBE, pas moi en tout cas. C’est un HOMME d’ÉTAT…, il ferait sans doute un bon Président, je l’ai déjà dit dans un de mes ” POST “…

    Relis bien ” Bamaké 14 Déc 2020 at 10:04 ”

    Je comprends qu’on puisse dénoncer la nomination de Personnes aux compétences douteuses. Mais cela ne devrait pas mettre en cause toutes les nominations. Car, chaque fois qu’est arrivé un nouveau Régime, on a toujours constaté dans la FONCTION PUBLIQUE, des mutations et des nouvelles nominations.
    Les nouvelles Autorités quelles qu’elles soient, ont besoin de s’entourer et de travailler avec des Personnes en qui, ils peuvent avoir confiance et qui partagent leurs convictions au Service de l’intérêt général et non au Service d’intérêts personnels, claniques, communautaristes ou pire encore ethnocentristes.
    Tant qu’ils ne placent pas les membres de leurs Familles…, ça va !
    L’important est qu’ils nomment des personnes qu’il faut aux places qu’il faut.
    Si ces Personnes nommées sont réellement compétentes…, au fil du temps, vous verrez, Personne ne s’en plaindra.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  3. DJOWALAKI
    Quand on vient dans un ministère, c’est notre vision qu’on révèle au peuple par la feuille de route adressée aux différentes structures du ministère.
    C’EST AU CONSTAT DE L’APPLICATION DES MESURES DE LA FEUILLE DE ROUTE QU’ON JUGE LA PERFORMANCE DES CADRES DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE.
    Un ministre vient avec son cabinet pour remplacer celui sortant.
    LES SEULES NOMINATIONS DOIVENT CONCERNER LE CABINET.
    C’est lui qui est chargé d’élaborer la feuille de route et ses modalités d’application.
    On ne cesse de le dire le ministre est une fonction politique.
    Ça veut dire qu’un ministre est chargé de mettre en musique une vision qu’il partage avec l’élu au sommet de l’État.
    Les nominations dans les fonctions publiques ne deviennent sa préoccupation que s’ils constatent que ses mesures ne sont pas appliquées à souhait.
    Il en fait part à son chef de gouvernement qui prendra des mesures adéquates.
    Il s’agit soit de remettre les cadres à l’ordre ou les remplacer.
    S’attaquer directement aux nominations signifie qu’on manque de vision, qu’on est venu pour se servir.
    C’est ce qu’a certainement voulu dire MODIBO SIDIBE.
    On ne peut rester dans son coin pour préparer les élections que si on constate que les autorités de la transition agisse à favoriser l’impartialité entre les candidats.
    L’attitude des différents ministres du gouvernement de la transition exprime la volonté de se servir de leurs positions pour s’enrichir comme on l’a connu avec IBK.
    UN FOSSOYEUR N’A PAS INTÉRÊT À ORGANISER LES ÉLECTIONS TRANSPARENTES ET SINCÈRES.
    Il sait que les futurs dirigeants du pays risquent de laisser les juges faire convenablement leur travail.
    C’est pourquoi, à n’en pas douter, ce nouveau clan formé c’est-à-dire celui autour de MAHMOUD DICKO n’a pas intérêt à voir au pouvoir ceux qui privilégient les intérêts supérieurs de la nation.
    Le clan MAHMOUD DICKO auquel fait partie les jeunes officiers supérieurs du 18 août a remplacé celui d’IBK.
    On veut faire ce qu’Ibk a voulu faire c’est-à-dire manipulé pour placer un obligé.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  4. Les nouvelles autotités ont raison. Ils n’ont qu’a remplacer tous ceux qui etaient la sous IBK par de nouveaux cadres! Que Modibo Sidibe et les autres acteurs politiques aillent preparer les elections et laisser la transition faire son travail!

  5. Like most should I believe we will at least wait to see works of appointee before making judgement. Considering Mali for decades have had individuals classified as competent but did not get good results with their leadership we should be willing to try someone different. Then maybe we will get timely beneficial results that are dynamic plus have lasting benefit. Believe it or not security is Mali number one need plus it have effect on everything. It appear transitional government is being inclusive of those left out of governing in past who have essential input in security. This assure their voices should be instantaneously heard at highest level of government. That communication is essential to good security.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  6. Je comprends qu’on puisse dénoncer la nomination de Personnes aux compétences douteuses. Mais cela ne devrait pas mettre en cause toutes les nominations. Car, chaque fois qu’est arrivé un nouveau Régime, on a toujours constaté dans la FONCTION PUBLIQUE, des mutations et des nouvelles nominations.
    Les nouvelles Autorités quelles qu’elles soient, ont besoin de s’entourer et de travailler avec des Personnes en qui, ils peuvent avoir confiance et qui partagent leurs convictions au Service de l’intérêt général et non au Service d’intérêts personnels, claniques, communautaristes ou pire encore ethnocentristes.
    Tant qu’ils ne placent pas les membres de leurs Familles…, ça va !
    L’important est qu’ils nomment des personnes qu’il faut aux places qu’il faut.
    Si ces Personnes nommées sont réellement compétentes…, au fil du temps, vous verrez, Personne ne s’en plaindra.

    Vivement le Mali pour nous tous.

    • je ne suis pas d’accord, le temps est compté. puis, les fonctionnaires servent tous l’état et non un ministre.
      j’ai toujours à l’esprit, la passation entre issou ndour, ministre entrant sénégalais de la culture et celui sortant.
      le sortant dit: je paraphrase,” je n’ai jamais remplacé l’équipe que je trouve sur place, je laisse tout le monde en place: et puis, pour moi, ce sont tous de fonctionnaires, ils servent l’état. toi et moi, comme d’autres qui sont passés, mais, les fonctionnaires restent.
      si vous m’écoutez, venant de l ‘extérieur de la fonction publique, ne rentrez pas dans ce jeu. jugez à l’aumône de leurs performances, ou désire de l’agent de partir.
      changer des fonctionnaires par d’autres fonctionnaires au motif de leur appartenance à tel bord politique n’a pas de sens, car ils iront ailleurs et continueront de percevoir leur salaire.
      pendant ce temps, c’est l’état sénégalais qui perd.”
      le mali a toujours un problème de président, sinon, comment comprendre le déplacement de notre président de la transition dans des cérémonies d’investiture alors que l’état est arrêté?
      le pays est arrêté, c’est le moment trouvé par lui pour aller en tournée.
      je crois que nous avons aujourd’hui, le gouvernement le plus nul de toute notre histoire.

    • Modibo a intérêt à aller préparer les élections à venir. Partout dans le monde, changement de régime rime avec de nouvelles nominations. Macron travaille-t-il avec les cadres de Hollande ? Non.
      Organise le congrès des Fare au lieu de jeter ton venin sur la Transition.

    • Foutez nous la paix. Partout dans le monde, changement de régime rime avec de nouvelles nominations. Macron travaille-t-il avec les cadres de Hollande ? Non.

  7. Ah le Mali! Un gouvernement des nominations. C’est leur unique préoccupation… le Mali ah mon Pays a mal. Après un vieux moribond, ce sont de pauvres opportunistes qui se sont réveillés avec de la fraise dans la bouche. Que font-ils? Ils saignent le Mali suivant leur sens de la refondation.
    Tous ces militaires putschistes méritent la guillotine au stade du 26 mars.

Répondre à ahoui Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here