Nouveau gouvernement : Les vraies raisons d’un remaniement

2
Le premier ministre Modibo Keita
Le premier ministre Modibo Keita

Concernant le remaniement du vendredi 15 janvier dernier, le prĂ©sident de la RĂ©publique, Ibrahim Boubacar KĂ©ĂŻta, a fait montre de rigueur, de respect de la discipline institutionnelle et de restauration de l’autoritĂ© de l’Etat en enlevant les chevaux boiteux de l’attelage. Par la mĂȘme occasion, le chef de l’Etat impulse du sang neuf aux secteurs aussi vitaux et prioritaires que les finances, l’agriculture, les mines et la recherche scientifique, en misant sur des technocrates. Objectif : booster l’Ă©conomie malienne et amĂ©liorer les performances dans tous les domaines de la vie nationale.

Le dernier remaniement ministĂ©riel a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Toute la semaine durant, les mĂ©dias nationaux et Ă©trangers en ont fait leurs choux gras. Les causeries de la rue ont longtemps tournĂ© autour du sujet. Et pour cause : l’Ă©viction des ministres du DĂ©veloppement rural, Bokary TrĂ©ta (deuxiĂšme personnalitĂ© du gouvernement sortant et tout puissant secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du RPM, parti prĂ©sidentiel) ; et de l’Economie et des finances, Mamadou Igor Diarra (qui avait commencĂ© Ă  s’imposer, de force, comme un homme incontournable du rĂ©gime).

En analysant les diffĂ©rents commentaires et points de vue, on s’aperçoit que les Maliens semblent approuver cet acte du PrĂ©sident. Ses compatriotes retrouvent, enfin, cet homme de rigueur et de poigne qu’ils ont connu aux heures chaudes de la dĂ©mocratie ; celui qui avait acceptĂ© de prendre les rĂȘnes de la Primature quand des Premiers ministres dĂ©missionnaient sous la pression du front social et estudiantin ; celui qui avait restaurĂ© l’autoritĂ© de l’Etat entre 1994 et 2000, bref, le IBK qui avait sauvĂ© le rĂ©gime du prĂ©sident Alpha Oumar KonarĂ© et la dĂ©mocratie malienne. Pour les Maliens, Treta et Igor, qui guettaient tous les deux le fauteuil de Premier ministre, avaient pourri l’atmosphĂšre au sein du gouvernement et mis Ă  mal la solidaritĂ© gouvernementale. Il fallait donc sĂ©vir. Et IBK l’a fait. Ce raisonnement n’est pas tout Ă  fait diffĂ©rent des motifs officiels du limogeage des deux ministres. Par rapport Ă  TrĂ©ta, le pouvoir lui Ă©tait trop montĂ© Ă  la tĂȘte. Il Ă©tait quasiment aveuglĂ© par l’envie d’occuper le poste de Premier ministre qui, selon lui, revenait d’office Ă  un cadre du RPM. Et il Ă©tait prĂȘt Ă  tous les coups bas pour y parvenir. Donc, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du parti prĂ©sidentiel fait les frais de son ambition personnelle dĂ©mesurĂ©e. Ensuite, dans sa quĂȘte de monter en grade, Bokary Treta n’avait aucun respect pour le Premier ministre Modibo KĂ©ĂŻta car il se voyait dĂ©jà  chef du gouvernement Ă  la place de l’actuel locataire de la Primature. Enfin, Treta serait celui qui avait propagĂ© la nouvelle sur la mort d’IBK en Turquie.

En ce qui concerne Mamadou Igor Diarra, il  aurait outrageusement menti par rapport Ă  la dette extĂ©rieure du Mali. Dans une communication, Igor a laissĂ© entendre que la dette extĂ©rieure du Mali est intĂ©gralement Ă©pongĂ©e, alors qu’il n’en est rien aprĂšs vĂ©rification.

En outre, en plus de ces faits suffisamment graves contre les deux ministres, plusieurs sources concordantes confirment que Treta et Igor sont Ă  la base de la vaste campagne mĂ©diatique de dĂ©nigrement du Premier ministre Modibo KĂ©ĂŻta sur les logements sociaux.  IBK se devait alors de nettoyer la famille gouvernementale oĂč la discipline et surtout la solidaritĂ© sont les maĂźtres-mots.

Sur un tout autre plan, le prĂ©sident IBK semble prĂŽner l’excellence et l’atteinte des objectifs de performance dans le remaniement du 15 janvier qui accouche aussi d’un gouvernement rĂ©amĂ©nagĂ©. Dans les secteurs vitaux de l’Ă©conomie, lui et son Premier ministre ont placĂ© ” les hommes qu’il faut “. En effet, en confiant le DĂ©partement de l’Economie et des finances Ă  Boubou CissĂ©, il mise non seulement sur un Ă©conomiste hors pair, mais IBK parie aussi sur un grand bosseur et un ministre “ propre “ de tout scandale. L’agriculture, dont le prĂ©sident a portĂ© le budget Ă  15% au vu de sa place dans son programme, retrouve un homme ” du sĂ©rail “, en l’occurrence Kassoum Denon. VĂ©ritable spĂ©cialiste du domaine agricole, Denon a occupĂ© et fait ses preuves, en qualitĂ© de prĂ©sident directeur gĂ©nĂ©ral, Ă  l’Office riz de SĂ©gou et Ă  l’Office du Niger. Deux rĂ©fĂ©rences sous rĂ©gionales en matiĂšre d’agriculture.

Cheickna Seydi Ahamady Diawara au DĂ©partement des Mines : un come-back aprĂšs seize ans

DorĂ©navant, le locataire du bĂątiment des Mines Ă  la CitĂ© administrative se nomme Cheickna Seydi Ahamady Diawara qui fait en rĂ©alitĂ© un come-back aprĂšs seize ans. L’ancien Haut-commissaire de l’Omvh avait en effet occupĂ© sous le prĂ©sident KonarĂ© et sous le rĂšgne d’IBK le poste de ministre des Mines, de l’Ă©nergie et de l’hydraulique. C’est lui qui a rĂ©volutionnĂ© le secteur minier au Mali. Homme de confiance et ami d’IBK, il saura sans doute concrĂ©tiser l’objectif Ă©dictĂ© dans son adresse Ă  la nation du nouvel an 2016 d’augmenter la quantitĂ© de tonnes d’or produite par an par les sociĂ©tĂ©s miniĂšres opĂ©rant au Mali.

Un autre ministre qui revient dans un domaine dĂ©jĂ  occupĂ© : c’est Dr Nango DembĂ©lĂ©, ministre de l’Elevage et de la pĂȘche. Dans le premier gouvernement d’IBK, celui formĂ© par Oumar Tatam Ly en septembre 2013, l’ancien Commissaire Ă  la sĂ©curitĂ© alimentaire figurait comme ministre dĂ©lĂ©guĂ© auprĂšs du ministre du DĂ©veloppement rural chargĂ© de l’Elevage, de la PĂȘche et de la SĂ©curitĂ© alimentaire. Le secteur devient dĂšs lors pour lui un domaine de prĂ©dilection.

Que dire de Pr AssĂ©tou FounĂ© SamakĂ© Migan ? Sinon qu’IBK a tapĂ© dans le mille. La vie de nouvelle ministre de la Recherche scientifique est intimement liĂ©e Ă  cette matiĂšre. Et son discours historique Ă  l’occasion de la derniĂšre rentrĂ©e universitaire a sĂ©duit plus d’un dont le chef de l’Etat.

IBK vient de restaurer l’autoritĂ© du Premier ministre Modibo KĂ©ĂŻta

Enfin, dernier pari gagnĂ© d’IBK, c’est le choix de Konimba SidibĂ© pour gĂ©rer le DĂ©partement de la Promotion de l’Investissement et du secteur privĂ©. Ce promoteur du cabinet d’Ă©tudes, de conseils et d’assistance “Koni Expertise ” et ancien ministre chargĂ© du ContrĂŽle gĂ©nĂ©ral d’Etat ne sera nullement dĂ©paysĂ©.

En somme, le prĂ©sident IBK, lĂ©galiste jusqu’au-boutiste, vient de restaurer l’autoritĂ© du Premier ministre Modibo KĂ©ĂŻta sur les autres membres du gouvernement et de placer ” l’homme qu’il faut Ă  la place qu’il faut “.

Alou B HAÏDARA

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Journaliste menteur, qu’est ce que ça vous apporte ce mensonge grossier au sujet de Igor et Treta.
    Le seul tord de Igor c’est d’avoir travaillĂ© honnĂȘtement. Comme dit un prĂȘcheur, voilĂ  un pays qui n’aime ses braves fils. Sinon tous les Maliens se souviennent des recettes records engrangĂ©s par l’Ă©quipe d’IGOR et le rĂ©tablissement de la confiance entre le Mali et ses partenaires, confiances qui Ă©taient rompues Ă  la suite de plusieurs contrats douteux initiĂ©s par les gouvernements prĂ©cĂ©dents dans plusieurs affaires. Ces situations avaient valus la suspension des aides par certains des partenaires.
    Wait end see !!!!!!!!

  2. wiiiiiiiiii il agis toujours pour l’intĂ©rĂȘt de la nation malien donc pour ceux qui veulent un poste montrez
    capable de rĂ©ussir un pari pour se faire une place au sein du ce gouvernement, mais pas ceux qui l’ont
    dĂ©jĂ  occupĂ© et n’ont rien foutu si ce n’Ă©tait pas de voler le denier publique .

Comments are closed.