Nouveau gouvernement : Les non-dits des limogeages de deux principaux ministres d’IBK

3

Au fil du temps, des langues se délient et aujourd’hui, plus qu’hier on en sait davantage sur les non-dits du double limogeage de Bokary Treta et de Mamadou Igor Diarra. Les malices et petites combines pour désarçonner Modibo Kéita et conquérir le poste de Premier ministre, sont loin d’être les seules explications, pour que le président Ibk en arrive à se séparer de ses deux principaux ministres, du développement rural et de l’Economie et des Finances, limogés comme des malpropres. Cela arrive rarement, quand on sait que chacun d’eux était un Premier ministre en puissance. Il se dit que certains milieux internationaux, notamment des milieux français battaient campagne pour l’un d’eux, en étroite collaboration avec la belle famille, pour qu’il devienne Premier ministre. Il est dès lors difficile de voir que ce projet a échoué. Pourquoi ? Quant à Treta, que n’a-t-il pas fait pour rendre la vie difficile à Oumar Tatam Ly et à Moussa Mara, deux Premier ministres successifs d’Ibk, avec lesquels ses relations étaient devenues exécrables ? Dès lors, il faut chercher l’argument ailleurs, que le fait de rendre la vie difficile à Modibo Kéita. Et, se souvient on, le ministre du développement rural a été par ailleurs interpellé à l’Assemblée nationale, par un député de la majorité présidentielle, sur l’affaire de l’engrais frelaté. De même, le Parena, parti de l’opposition l’a vigoureusement chargé dans un mémorandum, demandant même sa démission du gouvernement.

Par ailleurs, selon des éléments concordants, les deux ministres ont géré ensemble et très étroitement le dossier des 1000 tracteurs du président. Une affaire de plus de 13 milliards de FCFA. Aussi, se souvient-on, le 22 septembre, lors de la cérémonie de remise symbolique des tracteurs par le président de la République, le ministre Bokary Treta ne tarissait pas d’éloge pour le ministre de l’Economie et des Finances, pour avoir diligenté le montage des dossiers des tracteurs. Dans certains milieux, on laisse entendre que le double limogeage a été en outre motivé par des histoires d’argent. On sait que les relations entre le ministre de l’Economie et des Finances n’étaient pas des meilleures, mais aux différentes raisons avancées, s’ajoute que le président Ibk a décidé de se débarrasser de lui quand il a reçu certains enregistrements où il disait des choses qu’il ne fallait pas dire au tout venant. Selon nos sources, il aurait parlé de centaines de millions pour arroser le président, ainsi que ses proches, parlant de l’affaire des 1000 tracteurs. Une raison gravissime qui vient s’ajouter à d’autres, précédemment évoquées.

B Daou

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Il surtout comprendre dans le limogeage de Igor la volonté de IBK de se rapprocher de Bouyé le chérif de Nioro. Si IBK a fait plaisir à Mahmoud DICKO en limogeant Daniel TESSOGUE, il devait aussi contenter Bouyé en limogeant Igor. C’est Igor qui est à l’origine du départ de l’argentier de Bouyé à la BDM. Cette histoire a entrainé un moment une brouille entre IBK et Bouyé. Les influences politico-réligieuses sont passées par là.

  2. Si le premier malien leur reproche quelque chose, il est temps de les présenter au juge. Dans le cas contraire, que la presse n’en fasse pas son fond de commerce

  3. Sarakaw yé Tréta ni Igor bila !!!
    C’est connu, il y a des personnes qui sont gonflées à bloc dès lors qu’elles ont un peu de pouvoir ou de réussite. Même la traversée du désert ne les aide pas à s’assagir. Surtout quand des forces occultes s’en mêlent alors là nos deux guignols de ministres se sont cru intouchables. C’est méconnaître la force de la lutte populaire !

Comments are closed.