Haute autorité de la communication : À la rencontre de ses pairs

0

Les membres de la Haute Autorité de la communication ont organisé une séance  d’échange et de discussion sur le rôle  et missions de l’institution avec les Hommes de médiats et de la communication  le 28 Décembre à la Maison de la Presse. Présidée par le président de la nouvelle institution  M. Fodié  Touré, en présence  de l’ex Ministre de la communication M. Gaoussou  Drabo, tous membre de la dite institution.

Longtemps demandée  par le monde de la communication Malienne, la haute autorité de la communication vient de voir le jour. Les membres chargés  de la diriger  ont prit fonction après avoir  prêté  serment à la cour suprême  le 11 Décembre 2015.

La Haute Autorité de la Communication, est un instrument au service de la défense et de la consolidation de la liberté de la presse. Elle est aussi un instrument au service de la promotion et du développement du secteur privé de la communication et  un organe de consultation et de recherche.

L’objectif de cette rencontre était de faire une prise de contact avec les hommes de la communication, de se faire connaissance. Elle a été aussi l’occasion de mieux  connaitre la Haute Autorité de la Communication. Cet exercice  avait pour but de mettre fin à certains malentendus et à prévenir les interprétations  et  les confusions.

Le président  de  la Haute Autorité de la Communication M. Fodié Touré  dira que, l’institution qu’il dirige n’est pas crée uniquement pour  sanctionner ou faire la répression.  Loin de là, son institution est crée pour régulariser  dans  un cadre  légal et  tourner vers la professionnalisation, la promotion et l’épanouissement du secteur privé de la communication.

Par ailleurs il soulignera que son équipe sera très très rigoureuse par rapport à l’application de leurs missions,  « on ne peut pas faire des omelettes  sans caser des œufs », c’est pourquoi ils feront qu’appliquer la loi à la lettre.

Collectif des Jeunes pour le Développement du Mali

Sur  les  fonts  baptismaux

L’association, Le collectif des jeunes pour le développement du Mali a lancé ses activités du  01 au 03  Janvier 2016 au terrain de l’école « B » et du stade  de  Moribabougou. Les cérémonies  étaient présidées  par le parrain M. Mohamed  Coulibaly, et en  présences du Maire M. Diarra  Diarra,  du représentant  du chef de village, du président du collectif  M. Cheick Oumar  Haïdara  du président de CNJ  M. Mohamed  Salia Touré.

Le Collectif des Jeunes pour le Développement du Mali a été  crée au mois de Novembre 2015. Loin d’être une  association de trop,  elle est  une association apolitique créee pour renforcer les autres associations et les rendent  beaucoup plus visible sur le terrain. Aujourd’hui tout le monde est conscient qu’il n’y a pas de développement sans une jeunesse forte, dynamique, former et motiver.

  1. Cheick O Haïdara dira que, c’est fort de ce constat que les jeunes se sont regroupés pour créer ce collectif. A en croire M Haidara,  l’association qu’il dirige sera sur toute l’étendue  du territoire, et mènera  des activités sur  l’ensemble  des régions, cercles  et communes du Mali.

Par ailleurs, il soulignera que le collectif mènera  des activités de sensibilisation sur  la citoyenneté, le rôle  de la jeunesse dans le développement d’un pays ; sensibilisation sur certaines maladies, l’insécurité  entre autres.

Le collectif a promis de   faire  tout pour la reconversion  des jeunes déscolarisés  ou non admis au Diplôme d’Etude Fondamentale (DEF) à la vie professionnelle et vers les activités génératrices de revenues. Il dira également que la meilleure manière de résoudre  le problème des jeunes est de laisser la commande  à eux-mêmes. Ne dit-on pas que « les oiseaux du même  plumage volent ensemble ».

Pour mettre ses projets en exergues, le CJD a décidé d’appeler  ses frères et sœurs sur le terrain de l’école « B » et du stade de Moribabougou pour le lancement de ses activités au cours  de laquelle les message de paix, de cohésion étaient  à l’ordre du jour.

Le représentant du chef de village s’est réjoui du choix porté en sa commune. Selon lui, il n’ a jamais vu un tel monde dans une activité à Moribabougou et souhaite bon aux jeunes

  1. Mohamed Coulibaly s’est dit honoré sur le choix porté en sa personne. Pour lui parrainer une activité des jeunes est synonyme  le développement d’une nation. Il se dit surpris des disciplines de sports choisis pour l’ouverture des activités, qui n’est autres que, le sport de bras de fer, sport d’altère (lever de poids de 140 Kg), dont le 1er de cette discipline a été Wara  qui a soulevé un altère de 140 Kg en 3 coups.  Big  Chaud,  porte parole des gros bras dira que, cette cérémonie est très significative  pour l’ensemble des jeunes du Mali en particulier celui  des gros bras. Elle permet à la population de comprendre que les gros bras ne sont pas des délinquants, ni des recalés à plus fortes raisons que  des soulards.

L’haltérophilie  est une discipline du sport reconnue  mondialement, donc participer à une telle cérémonie ne fera que renforcer la confiance entre la population et les gros bras.

Boubacar Diam Wagué

PARTAGER