IBK-Soumi après l’appel téléphonique : La rencontre pour le Mali

1
Villa des hôtes: IBK a reçu hier le chef de file de l’opposition

Une rencontre a été initiée hier mardi 26 février 2019 entre IBK et SoumailaCissé à Koulouba afin d’une décrispation du climat social, politique et institutionnel malien. Elle intervient après le coup de téléphone qui a fait la Une des journaux entre les deux hommes le 14 février dernier. Depuis lors, la communauté internationale et nationale attendait impatiemment cette entrevue.

Le climat politique et social tend vers une décrispation. Le chef de l’État et le chef de file de l’opposition ont entamé depuis longtemps des démarches montrant qu’ils se sont enfin décidés à mettre un peu d’eau dans leur vin et ne songer qu’au Mali où les défis à relever restent nombreux. SoumailaCissé, candidat malheureux à la présidentielle de 2018, continuait à refuser de reconnaitre la victoire de Ibrahim Boubacar Keita qu’il estimait avoir triché. Plusieurs manifestations ont eu lieu suite auxquelles des démarches ont été entreprises auprès des deux parties notamment celle du chef de file de l’opposition. Cela, afin qu’il songe à mettre de mettre le Mali au-dessus de tout et trouver un terrain d’entente avec le président déclaré officiellement vainqueur et qui n’a d’ailleurs de cesse exprimer sa « main tendue » pour un dialogue démocratique permettant de faire sortir le pays de l’ornière. Une situation occasionnée suite à une crise multidimensionnelle. C’est dans ce cadre que le Premier ministre SoumeylouBoubeyeMaiga, les leaders religieux voire la société civile ainsi que les Nations-Unies ont entrepris depuis un certain temps des démarches auprès de SoumailaCissé afin qu’il se décide de faire la paix avec le locataire de Koulouba. Toutes ces démarches se sont soldées par une rencontre entre les deux partis, URD et RPM, au siège de l’URD le 17 janvier 2019.  Cette rencontre a offert l’occasion à Soumaila de faire savoir à BocarTreta, président du RPM, qu’il a besoin de rencontrer le chef de l’État lui-même afin de discuter de vive voix de certaines questions auxquelles nul autre ne peut répondre. Treta avait promis de transmettre le message au président de la République. À l’allure où vont les choses, nous pouvons dire que la situation est sur le point de se décanter dans la mesure où à la date du 14 février 2019, IBK a passé un appel téléphonique au chef de file de l’opposition. Un signe de rapprochement  qui a défrayé toute la chronique. Dès lors une rencontre a été attendue entre les deux hommes. Chose qui devrait se tenir hier mardi 26 février 2019 dans l’après-midi, nous a confirmé TiébiléDramé, ex chef de campagne de SoumailaCissé.

Cette décision venant de ces deux hommes ne peut que donner aux Maliens une buée d’espoir et qui vient confirmer leur volonté d’avancer dans la même direction en faisant table rase du passé et marcher ensemble vers une sortie de crise du pays. Notons que dans la matinée de ce mardi, SoumailaCissé a rencontré également le cardinal Jean Zerbo à l’ancien Archevêché du Mali. Quel a été le contenu de leurs échanges ? Nous ne pouvons nullement le répondre, mais nous restons convaincus qu’il s’agissait de cette rencontre tant attendue par tout le monde. Cette rencontre historique entre SoumailaCissé et Ibrahim Boubacar Keita permettra-t-elle  une décrispation du climat politique, social et institutionnel ? Faut-il alors, à l’issue de cette entrevue, s’attendre à la formation d’un gouvernement d’union nationale ? Nous restons convaincus que de cette rencontre naitront de bonnes initiatives.

Au moment où nous mettons sous presse cette information, la rencontre n’avait pas encore eu lieu.

Le rapprochement IBK-Soumi, c’est le Mali qui gagne.

Fousseni TOGOLA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Nous ne sommes pas sûres si cette rencontre assurerait la décrispation de la situation de crise multidimensionnelles et multiformes de notre très cher Mali, car les problèmes s’entre pénètrent et s’anastomosent, se compliquent et se complexifient de jour en jour. Nous sommes dans un œil de cyclone sans précédent et pour s’en sortir il faut tout mettre à plat et ce n’est pas un régime d’IBK qui prendrait cette orientation, soyons certains de ça, nous irons en balbutiant jusqu’à la fin de ce fameux mandat si les politiciens arrivent à stabiliser les choses en calmant les religieux dans leurs ardeurs. Mais l’atteinte de la fin des cinq ans n’est pas sûre, pas du tout sûre. De toutes les façons jusqu’ici IBK et ses hommes et femmes arrivent à contrôler les choses, il faut espérer que cela soit une continuité dans le temps.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here