Mali: désignation du gouvernement du Premier ministre Boubou Cissé

0

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé dimanche le gouvernement du Premier ministre, Boubou Cissé, désigné il y a deux semaines, qui comprend plusieurs personnalités de l’opposition, selon un communiqué officiel.

La formation de cette équipe de 37 membres, outre M. Cissé, nommé le 22 avril avec pour mission de former un « gouvernement de large ouverture » fait suite à la signature le 2 mai d’un « accord de gouvernance » entre la majorité et certains partis d’opposition.

Selon le communiqué publié par la présidence, cette « ouverture » se traduit notamment par l’entrée au gouvernement de Tiébilé Dramé au ministère des Affaires étrangères, ancien directeur de campagne de l’opposant Soumaïla Cissé face à IBK en 2018, et de Oumar Hamadoun Dicko, qui prend la tête du ministère du Dialogue social, du travail et de la fonction publique.

Le Premier ministre, Boubou Cissé, économiste de formation, conserve le portefeuille de l’Économie et des finances qu’il détenait dans le précédent gouvernement, mais avec l’appui d’une ministre déléguée, chargée du Budget. Le ministère de la Communication et de l’économie numérique est quant à lui scindé en deux, et son ex-titulaire fait face à un autre challenge à la Jeunesse et aux Sports.

La sécurité en priorité

Par ailleurs, le ministère clé de la Défense revient au général Ibrahim Dahirou Dembélé, ancien chef d’état-major des armées sous la junte issue du putsch d’Amadou Sanogo en mars 2012. Poursuivi dans le dossier de l’assassinat de militaires opposés à ce putsch, il a vu son contrôle judiciaire levé en janvier 2018 avant d’être réintégré dans l’armée comme inspecteur général.

Le premier défi de la nouvelle équipe reste sécuritaire. Et le nouveau ministre de la Défense le général Dahirou Dembélé, un homme de terrain, est considéré comme très proche de la troupe. Dans la lutte contre l’insécurité, il a deux alliés de taille dans le gouvernement : son collègue de la Sécurité et de la protection civile qui conserve son poste et le nouveau ministre de l’Administration territoriale Boubacar Bah, vieux routier de la politique malienne.

Le prédécesseur de Boubou Cissé, Soumeylou Boubèye Maïga, avait présenté le 18 avril la démission de son gouvernement, moins d’un mois après la tuerie de quelque 160 civils peuls à Ogossagou (centre) et une série de manifestations contre la gestion de l’État. Les participants à ces rassemblements ont accusé le gouvernement d’incapacité à assurer la protection des populations mais aussi de ses militaires.

Par RFI Publié le 05-05-2019 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here