Mali : La prorogation du mandat des députés, loin d’être un acquis

1

Le gouvernement malien lors du conseil des ministres extraordinaire du 7 juin a décidé de proroger le mandat des députés jusqu’au 2 mai 2020. Ce qui suscite des controverses au sein de la classe politique.

Maliweb.net – La prolongation du mandat des députés a du plomb dans l’aile. Selon une source proche du dossier l’adoption du projet de texte par le conseil des ministres ne signifie pas la fin du processus. « Il faut que le texte soit adopté par les 2/3 des députés à l’Assemblée nationale», a-t-il expliqué. Ce qui n’est pas  garantie.

Ceci est d’autant plus vrai que les  partis politiques comme  l’Urd, l’ADP-Mali, la Sadi, le Mpr, le CNID-Faso Yira Ton et Yéléma, qui disposent tous ou presque des députés à l’Assemblée nationale, rejettent  la prorogation du mandat des députés. Ils estiment que c’est une violation de la Constitution et demandent par conséquent l’organisation d’une nouvelle élection ou la mise en place d’une Constituante conformément au résultat de la dernière élection présidentielle.

Notre interlocuteur appelle à la prudence. Selon lui, beaucoup d’élus de la Nation, de l’opposition comme de la majorité, émettent des réserves. « Sauf revirement de dernière minute beaucoup d’entre eux s’apprêtent à voter contre », confie-t-il. Ce qui sera une véritable surprise. D’autant que plusieurs observateurs affirment que les députés voteront la Loi pour rester à leurs postes. « C’est une question d’argent», commente l’un d’entre eux.

Un avis que ne partage pas notre source, qui estime que  « ce n’est pas parce que la prolongation arrange les députés qu’ils vont nécessairement voter la Loi ». La réaction de l’opinion publique, qui dans son ensemble est très hostile à la décision, n’est sans doute pas étrangère.

Son scepticisme est d’autant plus grand que cette seconde prolongation, à la différence de la première,  n’a pas reçu l’aval de la Cour Constitutionnelle, dont les membres selon plus observateurs veulent redorer leurs blasons.

Ce qui est sûr, Issiaka Sidibé, président de l’Assemblée nationale, estime qu’il est urgent d’agir. Et le plutôt serait le mieux. «  Si rien n’est fait avant le 30 juin, ceux qui sont venus nous aider, que ça soit les soldats étrangers ou n’importe quels autres partenaires techniques et financiers, risquent de quitter le Mali, parce qu’en ce moment ils ne sauront plus à quoi s’en tenir… Les députés ne sont pas là pour eux-mêmes mais pour le Mali»,a-t-il affirmé lors de la 6ème conférence de la fédération RPM de Koulikoro tenue le week-end dernier dans la capitale du Meguetan.

Abdrahamane Sissoko/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Il est préférable que le mandat des députés soit prorogé pour le bénéfice du Mali et des maliens, gérer un pays par ordonnance est une posture catastrophique pour le pays. Et la mise en place d’une Assemblée Constituante si la constitution actuelle le permet n’est pas une chose facile et aisée.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here