Marche du FSD et COFOP : Vers la détérioration du climat politique ?

4
Soumaïla Cissé au Meeting du FSD
une vue des membres du FSD lors d'un meeting

Au-delà d’une
revendication politique, la marche du samedi 8 décembre du  Front pour la sauvegarde de la démocratie
(FSD) et la Coalition des forces patriotiques (Cofop) a un caractère social. La
question de la vie chère et le dialogue social avec les syndicats sont
indicateurs.

Après la répression du meeting du 16 novembre 2018, le Front pour la
sauvegarde de la démocratie et la Coalition des forces patriotiques envisagent
une marche ce samedi 8 décembre.

Les organisateurs disent manifester contre la prolongation du mandat
des députés, la répression des manifestants le 16 novembre, l’augmentation du
prix des denrées alimentaires et de première nécessité.

“La marche vise à sauver notre démocratie. C’est ce que nous avons en
commun”, soutient Ousmane Goïta, militant
de la Convergence pour le développement du Mali, membre de la Coalition des
forces patriotiques. “Ce qui s’est passé
en juin et en novembre est une indignation”,
ajoute-t-il. Pour lui, cette attitude du gouvernement n’est pas à encourager.

El hadj Tandina du Parena, membre du Front pour la sauvegarde de la
démocratie, se rappelle de la réponse des forces de l’ordre du 16 novembre. “Des agents se sont acharnés sur Amadou Araba
Doumbia, député à l’Assemblée nationale et membre du Bureau politique du parti
Sadi. Pourtant, son macaron d’élu national était bien accroché sur son boubou
blanc. Il a été violemment frappé à coup de bâtons et de matraques”, rappelle El hadj Tandina du Parena.

Les examens radiologiques ont révélé une fracture de la cote du côté gauche
sans atteinte du poumon, affirme-t-il, ajoutant que d’autres participants au
rassemblement ont été blessés. “Quelques-uns
ont été interpellés et au moins deux militants sont détenus au commissariat du 1er
arrondissement de Bamako. Il s’agit de Sadou Touré, 38 ans, et de Bassidi Haïdara,
28 ans…”

“Nous ne sommes plus à l’époque de la barbarie. Cette agression ne
restera pas sans conséquence”, promet-il.
Et d’assurer qu’au plan judiciaire, des plaintes, avec constitution de partie
civile, seront lancées contre SBM, le général Salif Traoré, le commissaire
divisionnaire Siaka D. Sidibé, directeur de la police du district et le
commissaire principal Siriman dit Bah Tangara, commissaire du 1er
arrondissement de Bamako pour “violation
de la Constitution et de la loi, coups et blessures volontaires ayant entraîné
de graves lésions”.

Pour lui, la marche populaire de protestation et de résistance contre
la répression, la violation de la Constitution, les dérives anti-démocratiques
et autocratiques, les projets de découpage territorial et de déstabilisation du
Mali et l’insécurité est une impérieuse nécessité.

Dr. Ibrahim Boubacar Sow soutient la diversité de l’opinion entre les
couches sociales et les formations politiques. Ce professeur à l’Université des
sciences juridiques et politiques de Bamako est de ceux qui pensent que la
liberté d’expression et de marche anime le régime démocratique.

“En démocratie, lorsqu’on s’en prend au droit de manifestation
pacifique garanti par la Constitution, ce régime veut intimider et terroriser
l’opposition, les forces vives et l’ensemble du peuple malien. Cela est très
clair dans la charte des partis politiques et le statut du chef de file de
l’opposition. On ne peut pas voter des lois et marcher sur elles”, explique-t-il.

“Je crois que le peuple ne doit point céder. Puisqu’aucune liberté
publique n’est soumise à l’autorisation du gouvernement. C’est un droit
constitutionnel et il n’est pas négociable”,
précise-t-il. Mais, prévient-il, l’opposition doit se prémunir d’arguments
juridiques pour respecter son droit.

“Lorsqu’une marche est interdite, les organisateurs ont la possibilité
de se pourvoir à la Cour constitutionnelle, garante de la loi. Si cela n’est pas
fait, elle deviendra complice du non-respect des lois”,
déclare-t-il, rappelant que si la marche du samedi se confirme par les principales
organisations, on va vers la détérioration du climat politique.

“Au-delà d’une revendication politique, la marche du samedi 8 décembre
du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) et la Coalition des forces
patriotiques (Cofop) a un caractère social. La question de la vie chère et le
dialogue social avec les syndicats sont indicateurs…”

Désormais, la lutte entamée contre un régime d’Ibrahim Boubacar Kéita
se ramifie.

Bréhima Sogoba

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. . . . .SOUMI et les Siens veulent rendre le Mali ingouvernable. . . .! Bien sûr. . . . .! ! ! ! ! !

    M BERNARD: si vous pouvez informer d’abord les Maliens où se trouve M IBK depuis presque 2 semaines. . . .Cela changerait la donne!

    1- 4 conseils de Ministres sans M IBK. . . . . .
    2- Le G5 à Nouakhchott sans M IBK. . . . . . . .

    – Que se passe-t-il? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?

  2. “Vers la détérioration du climat politique ?”

    Ce titre est hallucinant !
    Comme si le climat politique malien pouvait encore se…….”détériorer”!!!

    • Oui Nfp, tu hallucines toujours. C’est même de la psychose hallucinatoire chronique chez toi. Je te l’ai déjà dit à toi, à Sangaré le faux Uneem, ladji yèlèkofin de Ségou, yuguyugubané et autres moutons de Soumaila. Soignez-vous. La maladie mentale n’est pas une honte.

  3. Le Mali est un pays de droit et la de manifestation doit être préservée. Sauf que dans un État de droit, le respect des institutions est obligatoire, surtout pour une opposition qui clame sur tous les toits qu’elle est républicaine. Après la proclamation définitive des résultats par la Cour constitutionnelle, l’opposition devrait accepter sa défaite. Mais voilà qu’encore, cette opposition veut manifester. Pour cette fois-ci, il est facile de comprendre que cette opposition veut juste marcher. En se référant à l’appellation et au slogan de leur manifestation, il ressort que Soumi et sa bande ne savent pas ce qu’ils veulent. Une marche populaire, d’accord ! Mais d’unité, non ! L’unité voudrait dire, bâtir. On ne construit pas un pays dans le désordre. Aussi ce n’est pas avec des manifestations futiles qu’on répond à l’appel de sa patrie. Aujourd’hui, le Mali a plus besoin, de concertations, de cohésion et d’unité nationale. Le Mali est un pays de dialogue. En tout cas, tel est le sens de cette assertion bamana qui dit que ‘’tout ce qu’on n’obtient pas par le dialogue, on ne l’aura pas par la force’’.

    En réalité, Soumaila Cissé veut que les maliens arrachent le pouvoir au président Ibrahim Boubacar Keita, par la force. L’homme pense que ce qui est arrivé à Dioncounda Traoré, pourrait arriver à Ibrahim Boubacar Keita. C’est pourquoi, il multiplie les manifestations populaires. Soumi et les siens veulent rendre le Mali ingouvernable. Sauf qu’ils oublient qu’ils peuvent être aux commandes de ce pays un jour. C’est pourquoi on dit : « quand on veut creuser le puits de la trahison, il faut l’agrandir, car on peut se trouver dedans un jour ». En bloc, si Soumi habitue les maliens à la désobéissance il leur apprend à se révolter contre un autre un jour, car lui ne sera jamais président du Mali, inch’Allah.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here