ORTM : l’ire des journalistes contre le ministre Choguel Maïga

11
Choguel Kokalla MAIGA
Choguel Kokalla Maïga

Jeudi, 30 avril, le ministre de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement, Choguel Kokalla Maïga, réunit en son cabinet tous les chargés de communication des ministères et institutions, les directeurs de l’Ortm, de l’Amap, de l’ANCD, de l’Agetic. L’ordre du jour porte sur les nouvelles mesures en matière de communication gouvernementale, notamment la diffusion intégrale dans le journal télévisé des messages ou discours des présidents d’institutions, le traitement de l’information à l’Ortm avec l’implication des chargés de communication des départements et la traduction systématique des communiqués du gouvernement dans les langues nationales.

Si dans la salle, il n’y a eu aucune réaction, à l’Ortm, l’annonce de ces mesures a provoqué l’indignation des journalistes qui crient au scandale. «Le ministre confond journalisme et communication. Comment peut-on demander de diffuser dans le journal un discours de 20 minutes du président de la République sur la remise du rapport du Vérificateur général ? Qui va s’asseoir pour regarder tout cela ? Ce jour-là, l’Ortm a fait un journal d’une heure et six minutes, vous imaginez !», lance un journaliste qui a requis l’anonymat.

Mercredi dernier, au cours d’une conférence commune, les journalistes des deux rédactions (radio et télé) ont vivement dénoncé ces nouvelles mesures. «Le ministre veut tuer la télévision nationale avec ces intégralités et les longs communiqués. Si notre ministre de tutelle ne nous respecte pas, qui va nous respecter ? D’abord, il exige qu’on aligne les langues nationales, plus de 14, pour traduire des communiqués du gouvernement souvent vides après le journal. Ensuite, il exige qu’on diffuse des extraits des émissions dont ‘Profil citoyen’ dans le journal et voilà maintenant qu’il veut chasser les quelques rares fidèles du Journal télévisé. Nous n’allons pas être des complices du ministre en tuant cette télé. Nous sommes contre ces mesures et nous allons le dire au ministre», nous a confié un journaliste de la boîte.

Il ajoute aussi qu’«en demandant aux chargés de communication des départements ministériels de choisir les extraits des interventions à notre place, c’est une insulte pour nous, journalistes ; une insulte pour la profession. Si c’est cela, il n’a qu’à envoyer les PAD (Prêts à diffuser) et on fera un journal à la coréenne…». Nos confrères de l’Ortm ont déjà saisi leur comité syndical par une lettre de protestation qui sera transmise au ministre.

N’Dèye Sissoko, journaliste à l’Ortm ou chargée de mission à la Présidence ?

La question a tout son sens et elle mérite une réponse claire. Selon nos sources, N’Dèye Sissoko, journaliste présentatrice à l’Ortm, a été nommée il y a 6 mois à la Présidence de la République, en qualité de chargée de mission. À ce titre, elle s’occupe de la communication de l’épouse du président de la République et travaille de concert avec la Cellule communication de la Présidence. Mais il y a problème : chaque fois qu’il y a une activité de la Première dame à l’extérieur, c’est N’Dèye Sissoko qu’on entend comme «envoyée spéciale de l’Ortm». Un cumul de fonctions et une injustice que dénoncent aujourd’hui certains de nos confrères de Bozola. Car, à Bamako et à l’intérieur du pays, les activités de la Première dame sont couvertes par d’autres journalistes. Mais quand il s’agit de prendre l’avion, c’est N’Dèye Sissoko qui s’arroge ce privilège et, selon nos sources, elle choisit elle-même son cameraman.

L’épouse du président de la République est aussi interpellée d’autant que N’Dèye Sissoko agirait en son nom. A-t-elle donné des instructions pour que N’Dèye Sissoko soit sa journaliste attitrée ? Allez savoir ! Ce qui est sûr, la situation crée des frustrations à l’Ortm et nos confrères ne comptent pas rester les bras croisés. On sait que du temps d’ATT, Lobo avait son journaliste attitré, en l’occurrence Saaba Sissoko, mais cette dernière n’était pas nommée à la Présidence. On sait aussi que le président ATT appréciait les reportages de Sidiki Dembélé, l’actuel Rédacteur en chef, mais il n’a jamais imposé ce dernier. Alors, il est temps d’éclaircir la position de N’Dèye Sissoko.

Le dédommagement se fait attendre

Pendant le coup d’Etat de 2012, l’Ortm a été complètement saccagé. Des véhicules, des caméras, des appareils-télé, des ordinateurs de bureau ont été volés. Des agents de l’Ortm ont perdu des effets personnels (portables, motos) ; un cameraman a même perdu sa voiture. Depuis lors, nos confrères crient sur tous les toits. En vain. Aucun d’entre eux n’a été dédommagé. «Au lieu de nous aider à nous mettre dans nos droits, on nous demande l’impossible tous les jours, on nous exige des résultats alors que nous ne sommes pas dans les conditions. Il y a un manque criard de caméras à l’Ortm Bamako. Les directions régionales de Tombouctou et de Mopti tournent avec des caméras amateurs,  il n’y a pas assez de cameramen. Il y a des jours où la rédaction peut se trouver avec 40 reportages, avec seulement 9 caméras. Comment voulez-vous dans ces conditions que l’Ortm comble les attentes ? Il y a des agents qui travaillent tous les jours, du matin à des heures impossibles. Ils n’ont pas de prime, ni d’heures supplémentaires. Voilà des choses qu’il faut régler d’abord avant d’exiger des résultats», fulmine un membre du comité syndical de l’Ortm.

Bekaye Dembélé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Tout le matériel des stations régionales se trouve avec les agents de l’ORTM et certains confrères des pays limitrophes.Les agents de l’ORTM savent qu’ils vendent des émissions à plusieurs structures de communications surtout pendant la période de l’occupation.Voyez vos agents et voyez les reportages du Mujao,voyez également vos agents restés sur le terrain.Ils avaient la passion de servir le diable contre argent.

  2. Hey Bekaye Dembélé, on attend Salif Sanogo parlé à la télé quant un officiel est au USA, donc c’est un problème administratif et budgétaire que ceux qui s’en plaignent écrivent au dg aussi simple.

  3. Il revient au personnel de ses medias de se battre pour contrer ces dérives rappelant des méthodes de parti unique à la sauce soviétique. Il ne vous aurait pas échappé que ce ministre ex UDPM a fait ses études supérieures en ex Union soviétique.

  4. Du jamais vu nulle part ailleurs. A quoi serviront donc les éditions spéciales? Pauvres MALI toujours pris en otage par ses propres fils. Quand on sait pas bien faire les choses, nous pouvons copier ceux qui le font bien sans être ridicule. « Les dernières mesures du ministre de la Communication portent entre autres sur la diffusion dans le journal télévisé de 20 heures de l’intégralité des discours des présidents d’institutions et l’implication des chargés de communication dans le traitement de l’information à l’Ortm. Elles provoquent la colère de nos confrères ». Suite à cette décision bananière la primature doit prendre ses responsabilités. Que DIEU sauve le MALI de l’ignorance de ses fils égarés. Je paye correctement mes impôts et taxes. Je respecte la constitution de mon pays. Je ne participe à aucune conspiration financière ou militaire contre le Mali. je suis malien et fier. C’est ça la vérité

  5. Du jamais vu nulle part ailleurs. A quoi serviront donc les éditions spéciales? Pauvres MALI toujours pris en otage par ses propres fils. Quand on sait pas bien faire les choses, nous pouvons copier ceux qui le font bien sans être ridicule. “Les dernières mesures du ministre de la Communication portent entre autres sur la diffusion dans le journal télévisé de 20 heures de l’intégralité des discours des présidents d’institutions et l’implication des chargés de communication dans le traitement de l’information à l’Ortm. Elles provoquent la colère de nos confrères”. Suite à cette décision bananière la primature doit prendre ses responsabilités. Que DIEU sauve le MALI de l’ignorance de ses fils égarés. Je paye correctement mes impôts et taxes, je suis malien et fier. C’est ça la vérité.

Comments are closed.