Présidentielle 2018 / L’opposition à l’assaut de Koulouba / Après Soumi, Modibo Sidibé investi candidat du Nouveau Pôle Politique

1

Après l’investiture de l’honorable Soumaïla Cissé par son parti, l’Union pour la République et la démocratie (URD), le samedi 12 mai 2018 au stade du 26 mars de Bamako, comme candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018, le président des Fare An ka Wuli, Modibo Sidibé, lui aussi, a été investi, le dimanche 13 mai 2018, par le Nouveau Pôle Politique (NPP) de la Gauche Républicaine et Démocratique. La cérémonie d’investiture de Modibo Sidibé a eu lieu au Palais de la Culture de Bamako qui a refusé du monde. Au cours de cette cérémonie d’investiture, Modibo Sidibé a dénoncé la gestion « chaotique » du pays, puis promis de réparer le Mali. « Demain, si par la Grâce de Dieu et la volonté des électeurs, je suis élu Président de la République, je m’engage, sans tarder, à faire droit aux attentes prioritaires exprimées par le peuple, et entamer les réformes institutionnelles et structurelles dont le pays a besoin », a souligné le candidat du NPP.

Plusieurs personnalités ont pris part à cette cérémonie d’investiture de Modibo Sidibé dont les responsables des partis de l’opposition comme de la majorité. C’est aux environs de 11 heures que les travaux ont commencé par l’exécution de l’hymne national du Mali puis s’en est suivi les différentes allocutions. Le ton sera donné par Binafou Sidibé, le représentant des Associations et Mouvements de soutien à Modibo Sidibé. Selon lui, Modibo Sidibé incarne des valeurs. « Nous allons voter massivement Modibo Sidibé », a-t-il dit.

Selon le représentant des partis signataires de la charte du NPP, Amadou Tiéman Sangaré, le choix de Modibo Sidibé n’est pas fortuit, car, il a un programme qui peut faire sortir le Mali de l’ornière. A ses dires, le NPP et son candidat prônent le respect des libertés humaines. Plusieurs autres intervenants abonderont dans le même sens dont Makan Sidibé de la Diaspora Malienne, Salim Makadji de la Convergence patriotique pour le changement, le président de la jeunesse Fare Anka Wuli, Cissé, l’épouse de Modibo Sidibé, Astou Thiam.

Quant à Boubou Lah de la société civile, il invita la jeunesse malienne à une prise de conscience. Pour sa part, Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath, porte-parole du CDR (Collectif pour la défense de la République) a fait savoir que les Maliens veulent être rassurés par un président qui a la solution à l’éducation, à la santé, à la sécurité etc. « Le Mali est très mal gouverné. Les promesses tenues par Boua (IBK) n’ont pas été réalisées. 1 milliards 200 millions de FCFA ont été détournés sous ce régime. Si Boua ne décroche pas, on va le lui retirer. IBK n’en peut plus », a-t-il dit.

Selon lui, les gouvernants sont entrain de préparer la fraude électorale car, dit-il, 1 300 000 personnes sont déjà exclues. A cet effet, il met en garde les fraudeurs et souhaite la bonne tenue des élections du 29 juillet 2018. Le moment tant entendu de la cérémonie a été la remise du fanion (Drapeau) au président des Fare An Ka Wuli, Modibo Sidibé par Amadou Tiéman Sangaré du NPP symbolisant ainsi son investiture comme candidat du NPP. Il y a eu également la remise de la charte du NPP à Modibo Sidibé par une fillette de 8 ans. Prenant la parole, le candidat du NPP, Modibo Sidibé a pris l’engagement de ne jamais trahir à ses missions.

« Vous venez de me désigner candidat du Nouveau Pôle Politique de la Gauche Républicaine et Démocratique, à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. Ce faisant, vous avez placé toute votre confiance en ma modeste personne, pour porter haut les valeurs et les nobles idéaux que nous partageons pour notre pays », a déclaré le candidat du NPP, Modibo Sidibé de l’opposition. Avant d’ajouter que l’élection présidentielle du 29 juillet 2018 va se dérouler dans un contexte inédit au Mali et qui est caractérisé principalement par un affaiblissement généralisé de l’Etat, le développement de la corruption, du narcotrafic et de l’économie criminelle, l’aggravation inadmissible de la détérioration constante des conditions de vie, la persistance des affrontements intercommunautaires fratricides etc.

‘’Il nous faut réparer le Mali’’

Selon lui, l’insécurité sévit dans la quasi-totalité du pays. « Face à la situation chaotique que j’évoquais, le choix de la personnalité qui présidera prochainement aux destinées du peuple malien revêt une importance cruciale, car, il ne s’agira ni plus, ni moins que de choisir entre le redressement du pays et son affaissement. Un leader qui saura réactiver les ressorts de notre pays afin de le tirer de l’abîme et de lui redonner un véritable horizon. Avec votre soutien, j’entends incarner cette exigence, parce qu’il nous faut réparer le Mali. J’ai accepté d’être votre candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet prochain parce que je suis convaincu qu’ensemble et armés de nos valeurs de patriotisme, d’intégrité morale, de courage politique et de compétence, nous pouvons bâtir cet Etat nouveau et relever les défis de l’heure», a-t-il dit.

A l’en croire, la défense et la sécurité de la Nation seront le premier de ses devoirs. Pour l’opposant Modibo Sidibé, le quinquennat qui s’annonce sera celui de la transition générationnelle. « Demain, si par la Grâce de Dieu et la volonté des électeurs, je suis élu Président de la République, je m’engage, sans tarder, à faire droit aux attentes prioritaires exprimées par le peuple, et entamer les réformes institutionnelles et structurelles dont le pays a besoin. Le socle d’un vrai processus de sortie de crise, c’est le triptyque démocratie, sécurité et développement pour vaincre les vulnérabilités structurelles », a conclu le candidat du NPP.  Au cours de cette cérémonie d’investiture, il y a eu la projection d’un film qui retrace le parcours de Modibo Sidibé, il y a eu également la prestation d’artistes.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Ce qui est bien dans ce pays, c’est que tous les prétendants sont connus des maliens pour les avoir vu à l’œuvre. Un dit qu’il faut travailler pour ton honneur et après c’est cet honneur-là qui fera le reste. Que retiennent les maliens du passage de Modibo Sidibe à la primature? Beaucoup te diront sans réfléchir qu’il a détourné des milliards destiné au programme riz.

    Et Modibo sidibé est de ceux qui ont mis ce pays à genou. Koulouba ne veut pas de cet homme et les maliens n’ont plus. Et il sait très bien qu’il ne sera jamais président de ce pays

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here