Présidentielle malienne : Des incohérences découvertes bureau de vote par bureau de vote

10
Présidentielle malienne

Dans le cercle de Tin-Essako, les données indiquent 2589 votants alors que le nombre de cartes distribuées pour le même cercle à la date du 10 août est de 2 431. Selon la Coalition pour l’Observation Citoyenne des Elections au Mali (COCEM), de sérieuses incohérences sont apparues dans la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote du premier tour de la présidentielle malienne. Alors que les résultats du second tour sont contestés avant leur publication, un coin de voile se lève sur le mécanisme controversé mis en place.

A cette révélation faite le 13 août, dans la déclaration préliminaire de la coalition, renforce les soupçons sur les irrégularités dénoncées par plusieurs candidats au premier tour de la présidentielle. Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle bureau de vote par bureau de vote ont été publiés sur le site du ministère de l’Administration territoriale le 9 août 2018.

Les résultats étant publiés en format PDF, la COCEM a procédé au téléchargement et à la conversion en un format qui facilite l’analyse des fichiers(Excel).

La COCEM a observé que dans 142 bureaux de vote le nombre de voix allouées à un seul candidat à 100% des voix dans le bureau de vote ; 118 de ces 142 bureaux de vote ayant plus que 50 votants. Le taux de participation moyen, enregistré dans ces 118 bureaux de vote est 91, 7% et dans 43 d’entre eux le taux de participation enregistré est 100%.

L’analyse des résultats par la COCEM souligne que dans 525 bureaux de vote, le nombre de voix attribué à un seul candidat excède 90% des voix dans le bureau de vote. « Dans 1326 bureaux de vote, le nombre de voix allouées à un seul candidat excède 80% des voix dans le bureau de vote », rapporte la déclaration préliminaire de la COCEM.

Les observateurs ont déploré que les résultats ne soient pas encore publiés en ligne pour la région de Kidal. Plus grave, dans les différentes circonscriptions de l’étranger, le nombre d’électeur est plus élevé que le nombre des cartes d’électeur distribué.

L’exemple de Brazzaville a été donné par la COCEM. Dans cette ville, le nombre de votants excède le nombre de cartes distribuées de 4 378 votants, à Luanda, cette différence est de 867 votants. En attendant, la COCEM exhorte les autorités à procéder à la publication des résultats de tous les cercles bureau par bureau dans un format numérique et exploitable dans des meilleurs délais afin que tous les acteurs concernés puissent procéder à une analyse exhaustive des résultats.

Soumaila T. Diarra

Commentaires via Facebook :

10 COMMENTAIRES

  1. Au niveau du ministère de l’Administration territorial, 1+1 n’est pas toujours égal à 2 dans le système binaire, donc, prenez votre calculatrice et additionner les totaux pour les comparer avec ceux du Ministère, vous risquez d’être surpris.

  2. Mr. le journaliste le fait que le nombre de carte retire etait de 2431 le 10 aout ne devrait pas poser de probleme car les gens peuvent bien retirer leur carte le 10 (apres l’envoi du rapport), le 11 ou le 12 (jour meme du vote….) .
    Par contre si c’est le nombre de votants qui etait plus eleve que le nombre d’inscrit alors la il ya probleme

    • Salut Nostradamus,
      Peut etre tu n’as pas compris, il parlait du 1er tour. Il parle de l’analyse faite du resultat publie en ligne du 1er tour. Il peut pas se prononcer du 2e tour car un resultat officiel n’a pas ete donne d’abord.

      Merci

  3. Le chaton de Yanfolila, pourquoi tu t’agites et tu t’attaques à des gens alors que ce qui est livré là est simplement un travail scientifique découlant de ce que ton camp a mis en ligne. Comprenez que nul n’est suffisamment intelligent pour masquer le mensonge. Ce qui est livré ici prouve à suffisance que les élections n’ont pas du tout été transparentes et que cela doit représenter une honte pour celui qui en sera issu. Je ne suis d’aucun camp en réalité, je suis un simple citoyen malien qui s’est tout de même acquitté de son droit de vote et qui est d’accord avec ceux qui ont crié à la fraude et au tripatouillage; il y en a eu franchement. Pourtant, il ne devrait pas en avoir, tant les tenants du pouvoir faisaient semblant d’être des champions, des super-men qui devaient tout rafler, comme pour dire “Il n y a rien en face” (Laurent GBAGBO).
    De toute façon, il y a eu deux choses qui laisseront un arrière-goût amer de cette échéance:
    – le monde entier a été témoin du tripatouillage, du manque de sérieux et de l’affabulation des tenants du pouvoir pour continuer à régner en prévaricateurs de l’économie et des valeurs de ce pays. Cela se sentira sur leur appui et leur regard sur ce pays dépendant et sensible aux regards des autres surtout à cause du même prince aux allures fort mais en réalité très émotif;
    – le manque d’intérêt du malien lambda pour la chose électorale (tout de participation très bas). Ce désintérêt s’est aggravé et risque de s’encrer durablement dans les habitudes maliens.Cela peut même entacher la légitimité du régime.
    Après tout, passées les élections, nous maliens attendons et nos attentes sont nombreuses et tardent à trouver réponses. Pourtant le but ultime de l’exercice du pouvoir ne doit être rien d’autre que l’instauration des conditions permettant la satisfaction de l’essentiel des préoccupations de la population. Nos attentes, depuis longtemps ont été et demeurent encore, entre autres:
    – la sécurité,
    – l’éducation,
    -l’alimentation,
    – l’emploi.
    Nous attendons de voir si le but de la boulimie du pouvoir dont vous faites montre est de trouver des réponses à ces préoccupations.
    Wait and see!

  4. Toi tu me fais honte, en cinq ans un Président qui n’a pas mis pied dans ton cercle même une seule fois tu es là à le supporter certainement que tu n’es pas de Yanfolila. Pendant tout son quinquennat dis moi les réalisations de ce chef dans ton cercle ? je vois que tu te soucis de toi seul et non de tes parents qui vivent dans les confins de yanfolila. De toute façon s’il est réélu nous verrons bien si tu vas le regretter ou pas. Ton combat doit être le bien être de la population malienne et non de ta propre personne qui n’y est rien.

  5. Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut rien entendre. Cécilia vient de dire qu’elle n’a pas vu de fraude, qu’il n’y a pas eu fraude.
    Mais FUITE en avant du MALOYA, SOUMI veut s’engager dans la voie de la violence. Il veut tout casser. Il veut brûler le pays parce qu’il est certain de perdre. Est ce là le comportement d’un Homme d’État même s’il a “des preuves” ? Vous vous êtes trompé en vous liant à des hommes comme TIEBLE qui n’ont plus rien à gagner et qui n’ont plus rien à perdre. Sauf qu’à être martyr. Un délinquant comme RasVache qui te trahira face à plus offrant. Mon Cher CISSE, reveilles toi, SABALI. ON SAIT OÙ ET COMMENT COMMENCE LE BALAWOU, MAIS ON NE SAIT PAS QUAND ET COMMENT IL FINIRA.
    TIEBLE, INCHALLAH TU SERAS MARTYR ET TU AURAS TON ROND POINT AVEC TA STATUE EN 2023 QUAND SOUMI SERA À KOULOUBA.

    • POURQUOI LES GENS SE FOCALISENT – ILS SEULEMENT SUR CETTE PORTION DE PHRASES DE LA CHEFFE DE LA MISSION D’OBSERVATION DE L’UNION EUROPÉENNE ????

      ÉVIDEMMENT SI LEURS OBSERVATEURS N’ONT PAS ÉTÉ TÉMOIN DE FRAUDES SUR LES QUELQUES CENTAINES DE BUREAUX OBSERVÉS, ELLE NE PEUT PAS DIRE LE CONTRAIRE.

      MAIS SI VOUS VOULEZ SAVOIR CE QUE LA MISSION PENSE DE L’ELECTION PRÉSIDENTIELLE, LISEZ SON RAPPORT PRÉLIMINAIRE DE 10 PAGES DISPONIBLE SUR LE NET ET LES RÉSEAUX SOCIAUX.

      AU PASSAGE TOUS LES ASPECTS (AVANT, PENDANT ET APRÈS L’ELECTION) SONT ANALYSÉS.

      BONNE LECTURE. SI APRÈS CA VOUS AVEZ TOUJOURS LA MÊME OPINION DU MALI ET DE SES DIRIGEANTS, CELA VOUDRA DIRE QUE NOUS NE VIVONS PAS DANS LE MÊME PAYS, PEUT-ÊTRE PAS SUR LA MÊME PLANÈTE.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here