Soumaïla Cissé dénonce les incantations stériles d’IBK

48

S’adressant au chef de l’Etat, Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition a indiqué : « souffrez que l’opposition républicaine vous livre la vérité telle qu’elle est…Le pays vit dans une incertitude. » C’est à ce titre qu’il a dénoncé le manque d’ambition de la gouvernance actuelle et les incantations qui ne peuvent tenir lieu de réponses aux angoisses des populations. Soumaïla Cissé a toutefois précisé que les valeurs qui animent l’opposition sont enracinées dans son attachement indéfectible à la République, à la démocratie, à l’Etat de droit, à la justice et à l’égalité citoyenne.

Il a souligné : « A ce stade de mon propos, souffrez que je dise à nouveau qu’être dans l’opposition n’est pas synonyme de négationnisme, de vulgarité ou d’ennemi du pays. Le statut du chef de l’opposition politique doit être opérationnel : le retard risque d’être assimilé à une volonté de bâillonner tous ceux qui ne pensent pas comme la majorité. Comment voulez-vous qu’on respecte l’obligation de vous fournir un rapport annuel alors que nous ne disposons pas encore de nos instruments légaux de travail ? »

Il convient de se rappeler, a indiqué le chef de file de l‘opposition, que 2015 fut une année difficile pour notre peuple confronté à différentes formes d’insécurité, de précarité, de mauvaise gouvernance et surtout de déficit d’Etat.

Les épreuves endurées, a-t-il ajouté, ont contribué à éroder le pouvoir d’achat des populations et créé un malaise dans les régions encore victimes des méfaits de l’occupation dont les conséquences sont toujours présentes. Il a martelé que le pays vit dans une incertitude, que les Maliens ont la nette impression d’une action publique sans but, sans visibilité, d’un exercice du pouvoir qui tourne à vide… de l’absence de réformes et donc de direction. Il a ajouté que les Maliens s’interrogent sur le manque d’ambitions de la gouvernance actuelle car les incantations ne peuvent tenir lieu de réponses à leurs angoisses. Soumaïla Cissé a dénoncé les tares de la justice et de l’administration. Depuis vingt- sept mois, a-t-il soutenu, notre peuple attend toujours que l’Etat affirme son autorité et qu’il prenne ses responsabilités en matière de sécurité et de défense du territoire. L’opposition est convaincu que les populations veulent « un Etat au service du développement et de l’économie, qui soutient les initiatives des citoyens pour le développement, garantit la création de richesses par le secteur privé, souhaite une redistribution équitable des richesses et une solidarité agissante avec les plus démunies. Un Etat qui saura unir la Nation et la protéger. Un État qui crée l’espoir. »

L’opposition demeure attachée à une solution pacifique de la crise du Nord, à une solution par le dialogue. Elle a critiqué la gestion solitaire du gouvernement tout au long du processus d’Alger. C’est à ce titre que Soumaïla Cissé a soutenu : « nous avons souhaité que notre gouvernement garde le contrôle du processus de négociations afin d’aboutir à un accord équilibré préservant les intérêts fondamentaux de notre peuple et écartant les risques de partition du pays.

Nous aurions préféré un accord où le principe démocratique de la séparation des pouvoirs dans les régions est préservé. Toutefois, même imparfait, nous avons pris acte de l’Accord que nous considérons comme une étape de la longue quête de paix et de stabilité au Mali. C’est pourquoi, nous appelons à la tenue de concertations pour améliorer l’Accord et consolider les conditions de restauration de la paix et de la stabilité. L’opposition dans son ensemble, prône la paix, la justice et rejette toute forme de violence comme moyen d’expression, condamne fermement le terrorisme sous toutes ses formes, le trafic de drogues et toutes criminalités en bandes organisées dans notre pays. »  Le chef de file de l’opposition a attiré l’attention sur les risques d’enlisement du Comité de suivi de l’Accord d’Alger.  Ces nouveaux défis sécuritaires, a-t-il dit, obligent le président IBK à bâtir une armée forte, professionnelle et républicaine, capable de garantir de manière durable la sécurité et l’intégrité du territoire national. Nos soldats, a-t-il assuré, doivent être mis dans toutes les conditions. Selon lui, la mise en oeuvre scrupuleuse et transparente de la loi de programmation militaire votée à l’unanimité par l’Assemblée nationale est donc d’une ardente nécessité. Il est hautement souhaitable, a-t-il dit, que l’année qui commence soit l’année de la réforme consensuelle de nos institutions.

Pour Le chef de file de l’opposition, il nous faut mettre fin à la gabegie, aux détournements de ressources publiques, à l’abus de biens sociaux. Pour ce faire, l’exemple doit venir d’en haut. Sans bonne gouvernance, a-t-il soutenu, il n’est pas possible de construire un État viable. Il a aussi laissé entendre que sans bonne gouvernance, il n’est pas possible de lutter sérieusement contre le terrorisme, de relever les défis et d’écarter les dangers qui menacent notre pays.

B.D.

PARTAGER

48 COMMENTAIRES

  1. Pour ma part, mes concitoyens doivent comprendre une chose, c’est que nous venons de loin. Et le président a plus que besoin de nos soutiens pour faire avancer les choses. C’est pas du tout facile pour un pays qui revient d’une crise multidimensionnelle et sectorielle de se retrouver très rapidement. Mais avec la volonté de tous, nous y parviendrons.

  2. Je pense que la population doit comprendre une chose,c’est que nous revenons d’une crise militaro-politique qui a fragilisé le pays. Donc, les choses peuvent pas aller comme sur des roulettes. Il faut confiance à IBK et son gouvernement et je pense qu’ils ont besoin de nos soutiens pour sortir le pays dans sa léthargie.

  3. Le chômage sous l’ère IBK a baissé d’un cran. En effet, lors de son accession à la magistrature suprême a décidé de faire son cheval de bataille le chômage des jeunes à travers la création de 200 000 emplois. Et en deux ans, il a créé 81 000 emplois. Ce qui est à féliciter et à encourager.

  4. Je pense que pour la question sécuritaire, le président a été toujours soucieux de la sécurité des personnes et de leurs biens. Et à cela, il a promis d’équiper les forces armées. Il a déjà fait parlé son cœur en leur donnant un hélico. En plus, l’adoption de la loi de programmation militaire en est une preuve de cette volonté à doter nos forces de moyens efficaces contre le terrorisme. Comme la si bien dit le président, le pays revient de loin, pour ce faire, il faut le concours et le soutien de tous pour que le pays retrouve sa place dans le concert des nations.

  5. A mon avis, le Mali revient d’une crise militaro-politique qui a fragilisé le tissu social. Pour recoudre ce tissu social, il faut de la part de tout un chacun une volonté ferme car on ne peut avoir la paix et la réconciliation que si nous nous donnions les moyens pour y parvenir. Et cela réside dans notre état d’esprit et l’acceptation de l’autre tel qu’il est sans distinction de race et d’ethnie.

  6. Pour ma part, je pense que le défi de la paix et de la réconciliation nationale n’est pas la seule affaire du président de la république. A quoi serviraient les efforts du président en faveur de la paix et la réconciliation si nous populations sommes pas préparées à celles-ci ? Donc à mon avis, ce challenge est l’affaire de tous. Et le président fait bien de le rappeler car nous venons de loin.

  7. Contrairement à d’autres opinions avancées concernant le bilan du président en deux ans de gestion , je pense qu’il est satisfaisant. Certes, beaucoup d’efforts ont été consenti pour le retour de la paix et de la sécurité, mais de nombreux défis nous attendent notamment l’application intégrale de l’accord d’Alger. Et, j’ai foi car les parties signataires ont toujours montré leur bonne volonté pour son application. Je souhaiterais que l’opposition emboîte les pas du président pour une sortie de crise réussie.
    QUE 2016 SOIT POUR NOTRE PAYS, L’ANNEE DU RETOUR DE LA PAIX DEFINITIVE !

  8. Moi, je pense que l’arrivée du président IBK au pouvoir a été très important pour notre pays car il vivait une crise qui l’a plongé dans le gouffre. Mais grâce à son dynamisme et son dévouement a relevé le pays, il a donné de l’espoir au peuple avec la signature d’un accord de paix. Certes, cet accord peine a rentré dans sa phase de mise en oeuvre, mais force est de reconnaître qu’il est un moyen de restaurer la paix et la réconciliation nationale. Par conséquent, il faut les encouragements et le soutien de tous pour que nous consolidions les acquis et avancions dans sa mise en oeuvre effective. Que les opposants véreux laissent leurs intérêts mesquins au profit de l’intérêt du Mali. Car le Mali est notre bien commun donc nous avons intérêt à ce qui sombre davantage.

  9. Pour ma part, je pense que l’année dernière a été l’année de grands défis notamment l’adoption d’un accord de paix, la relance économique et la sécurité des biens et des personnes. Concernant ces défis, le président a su tirer son épingle du jeu. Pour cela, nous en sommes fiers et nous lui souhaitons bon vent pour la nouvelle année.

  10. Vous ne dites que des mensonges, alors arrête de dire des bêtises en faisant la comparaison entre SOUMAILA et IBK.
    Les vrais ennemis du pays sont ceux qui critiquent le président et son gouvernement.

  11. IBK est l’homme de la situation, il est pour satisfaire l’intérêt général de la Nation.
    IBK est a réussi de maintenir la paix et la sécurité au Mali.

  12. SOUMAILA ne peut rien apporté au Mali car c’est un voleur, il cherche seulement à satisfaire ses propres besoins, il fait partie des pires personnalités du Mali.
    Nous sommes convaincus que même s’il était le président de la république la situation serait plus difficile que cela.

  13. Pauvre journaliste SOUMAILA CISSE est incomparable a IBK car les visions politiques de ces deux hommes sont différents.
    Monsieur le journaliste, SOUMAILA et IBK sont deux personnalités qui n’ont pas la même idéologie.

  14. IBK est un intellectuel un vrai leader politique, il connait la valeur du multipartisme ainsi que l’opposition. Depuis que SOUMAILA CISSE est élu chef de de fil de l’opposition, il a tendance à disparaitre sur le forum.

  15. Quel journaliste maudit, vous voulez soutenir Soumaila malgré ce qu’il a fait au Mali. Si je ne me souviens très bien l’usine d’HUCOMATEX a été vendu par Soumaila cisse et beaucoup de nos parents sont en chômage à cause de lui, mais monsieur le journaliste comment jugez-vous cela, mais c’est de crime qu’il a commis!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  16. Le président IBK est l’homme de la situation car il veut seulement le bonheur des Maliens.
    Inutile de comparer SOUMAILA a IBK.

  17. Aucun malien ne peut se plaindre de la gestion des affaires d’IBK durant cette année. Le pays est sombré dans une crise sans précédent. Conscient de cette situation, je suis convaincu que le bilan d’Ibrahim Boubacar Keïta est salutaire.

  18. Il est bien qu’il ait reconnu qu’IBK est un démocrate qui a donné la chance à l’opposition de s’exprimer en lui accordant certaines prérogatives. Le président est accusé par des faits injustifiés. Il n’a jamais outrepassé les lois pour faire passer quiconque.

  19. Si les maliens ont accordé leur vote à IBK c’est qu’il est l’homme qui peut aider véritablement le Mali pour son développement effectif. A travers ce discours, nous lui réaffirmons notre confiance afin de réaliser tous ces projets de grande portée pour notre pays

  20. Si les maliens ont accordé leur vote à IBK c’est qu’il est l’homme qui peut aider véritablement le Mali pour son développement effectif. A travers ce discours, nous lui réaffirmons notre confiance afin de réaliser tous ces projets de grande portée pour notre pays

  21. Il ne faut pas se voiler la face, IBK est un travailleur infatigable qui veut le meilleur pour le Mali. C’est pourquoi il n’a jamais cessé de chercher les fonds afin de développer ce pays qui a tout perdu du fait de la crise. Nous pensons que nous sommes sur la voie du développement.

  22. Avec le nouveau gouvernement IBK compte offrir ce qui y a de mieux pour les maliens. Tous les ministres sont appelés à donner le meilleur d’eux pour atteindre l’objectif que le président s’est assigné.
    Cette année est une année de grands défis donc aucune tolérance pour les ministres paresseux.

  23. IBK a bel et bien trouvé la corruption dans notre société et en bon chef il en a fait son problème. C’est pourquoi il s’est donné tous les moyens possibles pour éradiquer notre société de ce fléau qui ralenti notre essor.
    Il est temps que les détracteurs prennent conscience et arrêter leur petit de dénigrement de cet homme qui se donne corps et âme pour nous donne une vie meilleure.

  24. Les actions de développement menées par IBK sont nombreuses et sont à encourager car sans paix tout projet de développement est un échec. IBK a mis un point sur la lutte contre la corruption, la création d’emploi pour les jeunes.

  25. C’est une opposition immature, irresponsable et sans visage donc de quoi peut-on attendre d’une telle opposition.
    Il faut avoir l’amour pour son pays sinon vouloir saboter les actions de l’état

  26. Cette opposition qui cherche coûte que coûte à mettre des bâtons dans les roues du pouvoir. Ils voient le mal partout et n’ont jamais tenté d’apporter de bonnes initiatives, des propositions de gestions adéquates. Que peut -on donc attendre d’une telle opposition ?

  27. Continuer à écrire du n’importe quoi pour ces hommes politiques (majorité et opposition)qui ne pensent qu’à eux mêmes ainsi que leur famille, entre temps c’est la Nation qui perd. Dans ce pays on ne parle que de IBK Soumi ….,et le Mali on en parle mal ?

  28. Il n’y a pas un ennemi de cette nation plus que Soumaïla Cissé. Il peut tout dire et tout faire contre la gestion d’Ibrahim Boubacar Keïta mais les maliens ne vont jamais tenir compte de ses dires. Car nous savons tous qu’il n’aime pas ce pays.

  29. Le Mali n'est pas un pays malade de sa gestion. Je ne peux pas personnellement écouter ou me fier des dires de Soumaïla Cissé. Ce dernier est dans la gestion de ce pays depuis plus de 15 ans. Donc il ne peut pas denoncer quoi que ce soit.

  30. L’opposition au Mali est devenue un obstacle à la bonne gestion. Cela depuis l’avènement de Soumaïla Cissé à la tête de la nouvelle institution, si je peux le dire, le chef de file de l’opposition politique. Ce nouveau poste devrai être un plus pour la démocratie malienne qui est un luxe pour le continent africain.

  31. Sooumaïla Cissé ne vise pas le bienêtre des maliens. Depuis qu’il est venu au poste de chef de file de l’opposition il ne cherche qu’à déstabiliser le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta qui a été élu à plus de 77% des voix. Essayez de décrédibiliser le pouvoir de celui-ci reviendra à porter atteinte à la voix des maliens.

  32. Soumaïla et sa bande d’incapables d’opposants ne sont que des malhonnêtes, ennemis de la nation. Actuellement ce pays a besoin de tous ces fils pour sauver l’honneur de ceux qui ont été des grandes personnalités du Mali et de tout le monde entier, à savoir : Modibo Keïta (l’un des initiateurs de l’OUA), Soundiata Keïta, Fily Dabo Sissoko, Babemba Traoré, j’en passe. Au lieu qu’il se met à critiquer la gestion d’IBK durant l’année 2015, qu’est-ce qu’il a fait pour ce pays durant la même année, en tant que chef de file de l’opposition politique?

  33. L’insécurité qui prévaut au Mali ne doit être utilisée pour en faire un moment de critiques, de contre-attaque, de règlement de compte, etc. On doit unir nos efforts au tour d’un seul homme, le président de la république, en tant que la première institution de notre démocratie. C’est uniquement en cela que notre de sortie de crise se trouve. Bonne et heureuse année 2016 à tous les maliens sans oublier les opposants malhonnêtes!

  34. Critiques à cause de son silence qui n’est du tout conforme au nouvel statut qu’il venait juste d’avoir, il n’a rien dit de bon sur le régime en place. Et pour tant il est en droit de faire des propositions allant dans le sens de l’intérêt général. Mais comme nous le constatons, il ne fait que critiquer sans raison valable t ne propose rien, absolument rien de concret. Donc si 2015 a été un échec pour les maliens, Soumaïla est lui aussi responsables en tant le chef de file de toute l’opposition.

  35. On ne doit pas faire confiance aux opposants maliens. Ils cherchent juste des places. Apparemment ils font comme s’ils sont prêts à sacrifier leur vie pour la cause de la nation. Une fois à une poste, ils cherchent à remplir d’abord leur poche.

  36. Fuck Soumaïla Cissé.
    Fuck Tièbilé Dramé.
    Fuck l’opposition malienne.
    Fuck les molobaliw.

  37. Soumaïla Cissé et Tiébilé Dramé sont tous deux des oiseaux de même plumage. Au moment où le pays est sombré dans la calamité qui demande l’implication de tous aux côtés de l’élu de la nation, ces deux hommes préfèrent se détacher de cette masse de patriotes pour former une sorte de (contre-cause-de-la-nation). 😆 😆 😆 😆 😆

  38. Je juge que la gouvernance des 2 ans et quelque mois passés résulte à bilan très positif, parce que lentement et surement, commençant par la base étape par étape IBK mène un travail très remarquable. Les détracteurs essayent de tromper la conscience et l’opinion publique en leur faveur dans le seul but de nuire au régime en place.

  39. Soumaïla Cissé ne doit rien reprocher à IBK pour insuffisance dans la gérance du pays, car IBK est 1000 fois meilleure que lui. Soumaïla Cissé n’a pas pu gérer un simple poste ministériel, ni le fauteuil de député, ni même le poste de chef de fil de l’opposition. Alors qu’il se taise.

  40. La gouvernance d’IBK quoi qu’on dise reste la meilleure. Malgré la charge de son programme de la campagne présidentielle de 2013, il est encore confronté à d’autres problèmes plus colossaux que prévus. Le Président de République est déterminé et attentif pour redresser le pays. Les détracteurs essaient de tromper l’opinion publique, pour en tirer profit, mais le peuple reste indifférent face à cela.

  41. L’opposition malienne n’est pas une opposition digne de son nom, mais plus tôt une sorte d’association regroupement ambitieuse qui menace toujours la stabilité politique du pays dans le cadre de voir le pouvoir majoritaire échoué. La vérité est leur totem, elles mettent tout en n’œuvre pour porter atteinte au régime au pouvoir.

  42. Les opposants font comme si le gouvernement avait tourné le dos à son peuple, non. Loin de là, le gouvernement ne tournera jamais le dos à son peuple, car le pays travers l’une des crises les plus difficiles de son existence. IBK et son gouvernement tiennent très bien les commandes du navire, le navire va lentement mais surement.

  43. Je lance un vibrant appel à tous les acteurs politiques notamment ceux de l’opposition, si les critiques pouvait régler la situation politique au MALI, nous n’en serions pas là. Nous devrions passer à d’autres étapes celui de soutenir le régime ou de même de proposer des idées neuves.

  44. Le Président de la République met tout en n’œuvre pour épanouir son peuple en trouvant le plus tôt possible des suites favorables aux nombreux maux dont le pays est confronté depuis les régimes précédents. IBK n’est pas à indexer si nous devons chercher des coupables aux maux qui persistent de nos jours. Il a été élu pour résoudre la situation surtout la situation politico-sécuritaire dans le septentrion malien et aussi trouver des solutions de sortie favorable dans cette crise multidimensionnelle, en plus ses résultats sont salutaires.

  45. S’il vous plait faite preuve de responsabilité et de maturité. Le Président de la République est plus que conscient de tous les maux dont traverse le pays. Depuis la veille de son n’investiture il a engagé une lutte farouche contre cette crise existentielle et multidimensionnelle.

  46. L’opposition en tant qu’organe actif pour le bon fonctionnement du pays, quel a été leurs participations vis-à-vis de la crise multidimensionnelle. Soumaïla Cissé en tant chef de file de l’opposition n’a fait aucun geste remarquable digne de son statut d’opposition politique. L’opposition devient un problème dans le développement du pays, hors il doit être tout à fait le contraire.

  47. De nos jours l’opposition à faillir à son devoir. L’opposition malienne a perde toute sa crédibilité car elle ne fait que attaquer le régime en place mais ne propose rien de concret. L’opposition ne doit pas que critiquer mais proposer des solutions pour une sortie de crise et bonne gouvernance du pays.

  48. Je pense que nous avons dépassé ce stade de la critique à plus forte raison des critiques insensés et même désavantageux. Le pays a besoin de nouvelles actions, de nouveaux horizons sur le plan politique dans le cadre de la bonne gestion du pays. Les critiques ne sont plus d’actualité.

Comments are closed.