Tiébilé Dramé devant le Conseil de sécurité de l’ONU : « Le gouvernement demande une présence accrue de la MINUSMA dans les régions du centre du Mali »

12

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali, Tiébilé Dramé, a plaidé, le mercredi 12 juin, devant le Conseil de sécurité des Nations Unies à New York, pour « une présence accrue de la MINUSMA dans les régions du centre du Mali ». Cette partie du pays est en proie à une recrudescence de violences inouïes dont la dernière remonte au lundi dernier avec l’attaque contre le village de Sobane Da qui a fait, selon un dernier bilan du gouvernement malien, 35 morts.

La situation au Mali est au menu du Conseil de sécurité des Nations Unies. La prorogation du mandat de la Minusma et les options prévues pour une possible « adaptation significative» de sa mission, ont été les sujets abordés lors d’une rencontre, le mercredi dernier, à laquelle le ministre des Affaires étrangères du Mali, Tiébilé Dramé, a participé. C’était en présence du représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, Mahamat Saleh Annadif.

A cette occasion, le ministre malien a demandé au Conseil de sécurité la prorogation du mandat de la MINUSMA pour une année supplémentaire et de la doter des moyens humains, financiers, technologiques et en équipements adaptés, lui permettant d’exécuter son mandat de protection des civils mais aussi de mieux protéger son personnel et ses installations. « Le gouvernement demande une présence accrue de la MINUSMA dans les régions du centre du Mali, aux côtés des Forces de défense et de sécurité maliennes afin de protéger les populations civiles et leurs biens, de mettre un terme au cycle de violence et de permettre le retour de l’administration et des services sociaux de base »,  a déclaré Tiébilé Dramé.

Néanmoins, selon le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali, la présence de la Mission au centre ne doit pas se faire au détriment des régions du nord car « nous ne voulons pas créer un vide sécuritaire dans cette partie de notre pays qui pourrait être occupée par les forces hostiles au processus de paix ».

La situation dans le centre, a expliqué Tiébilé Dramé, est étroitement liée à celle du nord et constitue une conséquence directe de l’occupation d’une partie de cette région en 2012-2013 par les groupes terroristes. Les premiers adhérents à l’idéologie extrémiste violente ont été recrutés par le Mouvement pour l’unification et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et les principaux leaders sont aujourd’hui les chefs de l’État islamique au Grand Sahara (EIGS).

La principale figure du jihadisme au centre du Mali est affiliée au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM).  La logistique utilisée contre les forces vient du nord, selon le ministre malien.

« Une période critique »

Avant l’intervention du ministre des Affaires étrangères du Mali, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali Mahamat Saleh Annadif s’était prononcé sur la situation au Mali. Selon lui, le Mali s’engage en ce moment dans une période critique de son processus de paix. Et d’ajouter : « La volonté toujours exprimée par les partis signataires de poursuivre la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation offre encore de réelles chances de faire avancer la cause de la paix dans les six à 12 prochains mois, et ce, malgré les retards qui persistent. »

Mais, selon Annadif, la lueur d’espoir qui pointe à l’horizon ne pourra se transformer en véritable opportunité sans une accélération dans la maîtrise de la situation sécuritaire, notamment dans le centre du pays.  « Ce qui s’est passé dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 juin dans le village de Sobane Da, dans la région de Mopti, nous rappelle la gravité de la situation », a-t-il déclaré, tout en ajoutant que cela fait suite aux massacres de Koulougon et d’Ogossogou respectivement le 1er janvier et le 23 mars 2019, toujours dans la même région de Mopti.

Selon le représentant de l’ONU au Mali, dans son rapport, il a procédé à l’évaluation de la hiérarchisation actuelle des objectifs de la MINUSMA en s’appuyant sur les principes selon lesquels il faut éviter de se substituer à l’État malien et assortir la fourniture d’un appui à un nombre grandissant de conditions, comme moyen d’influence.

Comme proposition, il demande que la Mission se limite aux projets qui contribuent directement à la mise en œuvre de l’Accord dans le nord ou qui répondent à des besoins particuliers dans le centre.  «L’appui apporté aux Forces de défense et de sécurité maliennes devra être maintenu mais il serait fourni à l’avenir par l’équipe de pays plutôt que par la MINUSMA.  L’appui de cette dernière à la Force conjointe du Groupe de cinq pays du Sahel devrait continuer d’aller de pair avec la mise en place d’un cadre réglementaire visant à faire respecter le droit de l’homme et le droit international humanitaire. »

La Force de la Mission, ajoute-t-il, devrait augmenter encore son efficacité et son efficience, en assurant une protection accrue lors des déplacements, en étant plus souple et plus agile, et en adoptant une attitude proactive dans toutes ses zones de déploiement.  Cela nécessitera, de son avis, la reconfiguration de certaines de ses unités existantes et le déploiement de capacités supplémentaires.

Autres propositions du chef de la Minusma : pour ajuster la présence de la MINUSMA dans le centre du pays, le camp de la Mission à Diabali devrait être transféré aux Forces armées maliennes début 2020 et l’on continuera à recenser d’autres camps pouvant faire l’objet d’un transfert progressif.

Dans le centre, la Mission devrait continuer à accorder la priorité aux efforts visant à faciliter le rétablissement de l’administration de l’État et renforcer son appui aux autorités pour lutter contre l’impunité. La révision du Plan de sécurisation intégrée des régions du centre, à laquelle travaille actuellement le Gouvernement malien, pourrait permettre de donner à la MINUSMA une plus grande marge de manœuvre.

Les tueries des civils sont devenues monnaie courante dans le centre du Mali. Des groupes armés continuent à défier l’Etat dans la région. La décision du gouvernement malien de dissoudre les milices armées, après le massacre de Ogossagou, est restée sans effets. Au cours des trois derniers mois au Mali, Selon Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations Unies, il y a eu 245 atteintes à la sécurité, 333 civils ont été tués, 175 blessés, 145 signalements d’enlèvements de civils.

                                                                                                 

 Madiassa Kaba Diakité

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. Pauvre mali!!!i on va demander au vendeurs d armes a nos pauvres de sauver le mali???des pilleurs de nos richesses, a nos bourots de venir nous sauvés, soit, ils n ont rien compris ses pauvres dirigeants maliens, soit ils roulent pour tout sauf les intérêts de ce pays, comment peut il.aimé cette population malienne et faire ce genre declaration ou demande? Les nations unies ont géré la crise malienne de facon coloniale et raciste, et elles continuent sur la même voie. Chantage, mensonge des états et de leurs représentants, manipulation de tout genre, et devant un peuple endormis. Au lieu de faire un front commun contre nos bourots et leurs alies au mali, non les gens se massacre entre eux. Les nations unies sont le problème et la détérioration de de la situation

  2. “Le gouvernement demande une présence accrue de la MINUSMA dans les régions du centre du Mali ”

    Putain c’est grave, nos dirigeants n’ont encore rien compris …

    La liberté et l’indépendance a un pris, il faut se prendre en mains …

    En plus le président parle de souveraineté (seule l’armée malienne doit porté des armes pour defendre…) et le ministre des affaires étrangères parle de fougaridenya (la minusman doit blablabla …3)

    La minusmerde et l'”armée criminelle inpunie franSSaise ne vont rien résoudre au mali, ni ailleurs !!!

    IL FAUT SE PRENDRE EN MAINS !!

  3. ….tout CE qui se dit ICI sur maliweb DOIT etre dit au PEUPLES dans nos langues nationales …..

    Bamanke, ILS aiment les menteurs et les leche-qs,voila l abrahamiste,l hypocrite….

  4. Selon les positions fondamentales du tribunal de Nuremberg, le pire crime possible n’est pas le génocide ni aucun autre crime contre l’humanité.

    Le crime le plus grave est le crime d’agression car, selon les experts qui ont mis en place le tribunal de Nuremberg, le crime d’agression « contient » tous les autres crimes – soit dit en passant, la Cour pénale internationale adopte la même position.

    Selon les mots du procureur américain en chef à Nuremberg, Robert H. Jackson:
    « déclencher une guerre d’agression n’est donc pas seulement un crime international ; c’est le crime international suprême qui ne diffère des autres crimes de guerre que parce qu’il contient en lui le mal accumulé dans son ensemble. »

    LE SOI-DISANT ACCORD DE PAIX EST LE RÉSULTAT D’ UNE AGRESSION MILITAIRE DU MALI PAR LA FRANCE AVEC SES OUTILS “TOUAREG”, ET EN INTERDISANT LES FAMAs DE RENTRER Á KIDAL POUR AVOIR LE TEMPS DE BIEN ARMER LE MNLA MILITAIREMENT ET POLITIQUEMENT, ET FINANCIEREMENT.

    LEDIT “ACCORD DE PAIX” EST NUL.

    ICI, IL NE PEUT ETRE QUESTION DE PAIX AVANT QU’ UNE JURIDICTION PÉNALE INTERNATIONALE NE FASSE SON TRAVAIL.

    QUE LES JURISTES MALIENS SE METTENT AU BOULOT..!!!

  5. Bamake’, maliweb appartient a’ une entite’ bien connue! On balance les articles qu’on veut mais on n’aime pas la contradiction. Je comprends ces gens car le role de la presse est de pousser l’opinion publique dans une direction bien determine’e afin de combattre ou consolider un pouvoir!!! Les grands penseurs se comptent au bout des doigts. Nous avons plutot des gens dont la maturite’ emotionnelle est tres limite’e!!!
    BE’ KO IYERE’. LE MALI EST LE CADET DE LEURS SOUCIS!!!
    L’expert dans la censure, comme vous avez lu au moment ou’ j’ecrivais ce post, VOUS POUVEZ LE CENSURER!!!! OUTE’ KO DON ET ILS SONT COMPLEXE’S D’ETRE AIDE’S!!!!!
    ALLAH KA AW BE’ SON HAKILI GNOUMAN NA!!!!!

  6. ….tout CE qui se dit ICI sur maliweb DOIT etre dit au PEUPLES dans nos langues nationales …..

    Bamanke, ILS aiment les menteurs et les leche-qs,voila l abrahamiste,l hypocrite….

  7. Il n’y a pas un pays imperialiste la bas qui ne sait pas ce qu’ils sont entrain de faire au Mali. Oui les sauveurs de l’humanite.

  8. INTRODUCTION:
    Maliens, la censure exercée par maliweb devient trop flagrante.

    NE DEVONS NOUS PAS NOUS DEMANDER où géographiquement et par QUI SONT TENUS LES ORDINATEURS-SERVEURS DE MALIWEB..??????

    LES COMMENTAIRES CRITIQUES NE PASSENT PRESQUE JAMAIS. OU BIEN ILS DISPARAISSENT APRES MISE EN LIGNE. ET SOUVENT AVEC L’ ARTICLE EN QUESTION.

    Où géographiquement et par QUI SONT TENUS LES ORDINATEURS-SERVEURS DE MALIWEB..??????

    —— ——-

    LE PAYS BRÛLE ET LE POUVOIR MALIEN CONTINUE SON SIMULACRE A L ONU VOICI DÉJÁ 7 ANS..

    VOILÁ CE QU’ IL SE PASSE PRÈS DE NOUS, AU MAROC :

    Maroc : retour du service militaire obligatoire.

    Après treize ans de suppression, le service militaire va redevenir obligatoire au Maroc à la fin de l’année 2019. Il restera facultatif pour les femmes. Mais le ministère de l’Intérieur a annoncé, lundi 10 juin, que plus de 13 000 jeunes marocaines se sont portées volontaires. Dans le détail, un total de 133 820 jeunes âgés de 19 à 25 ans, dont 13 614 femmes, ont « rempli le formulaire de recensement » pour la conscription, a annoncé le ministère.

    « Face à la forte adhésion des jeunes à l’opération de recensement », une commission officielle doit se réunir fin juin « pour composer le groupe des appelés » sous les drapeaux pour l’année en cours, a ajouté le ministère marocain.

    Les premiers conscrits seront enrôlés dès l’automne 2019. Des peines allant d’un mois à un an de prison sanctionneront ceux refusant de répondre à l’appel. Des exemptions sont toutefois prévues en cas d’inaptitude physique et de poursuites d’études universitaires.

    Les autorités marocaines ont lancé une campagne pour promouvoir cette « expérience utile » à coups de spots publicitaires. L’annonce du rétablissement du service militaire obligatoire a suscité des réactions mitigées dans le royaume: certains y ont vu une mesure pour « dompter » les jeunes et contrecarrer les mouvements de protestation, d’autres une façon d’encadrer une jeunesse oubliée du développement. Mais selon le Palais, le but est d’améliorer « l’intégration dans la vie professionnelle et sociale » des jeunes et de « renforcer » leur « sens de la citoyenneté ».

    https://reseauinternational.net/maroc-retour-du-service-militaire-obligatoire/

    —- —— ——

    Solution pour le Mali: 1% de la population= 180 000 soldats..!!!

    Quelqu’ un empêche t-il le Mali de se défendre???

    Que IBK nous le dise…!!!

    Est-il possible que ibk lui même empêche le Mali de se défendre pour faire plaisir á la france..???

    Les 250 000 000 000 de fcfa volés chaque année du budget national feront 1 388 889 fcfa par soldat et par an.
    Faut-il faire 10 ans á la sorbone ou avoir un doctorat en économie pour voir les solutions simples, naturelles et naturellement patriotiques…????

    Seule la trahison peut expliquer la posture des pouvoirs maliens face au génocide du peuple maliens durant ces 7 années passées.

    ALORS, NOUS PEUPLES MALIEN, DEMANDONS DES ARMES POUR SERVIR LE DRAPEAU MALIEN, SOUS LE DRAPEAU MALIEN..!

    DANS LE CAS CONTRAIRE , NOUS TROUVERONS NOUS MÊME NOS ARMES POUR DÉFENDRE NOS COMMUNAUTÉS, LES CASES DE NOS MÈRES ET DE NOS PÈRES, CELLES DE NOS SOEURS ET DE NOS ******** [masqué car insultes interdites sur Malijet !]ÈRES, L’ AVENIR DE NOS ENFANTS , PAS EN FRANCE OU AILLEURS, MAIS ICI EN SOL MALIEN ET TERRE ANCESTRALE.

    NOUS NE DEMANDONS PAS BEAUCOUP…

    LA TRAHISON DES UNS ET DES AUTRES SE RÉVÈLE AU GRAND JOUR, APRÈS 7 ANS DE MENSONGE VIL , DE CYNISME ET DE SIMULACRE….

    PRENONS D’ ASSAUT LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ET RÉCLAMONS LES ARMES…!!!!

  9. BON ….BAMAKE …TU N ES PAS SEUL !

    MAINTENANT …SUR LE SUJET EN QUESTION …IL ME SEMBLE QUE MONSIEUR TIEBILE DRAME VA DIRECTEMENT AU CLASHHHH AVEC WHITE SHIT !…
    enfin …ce n ‘est qu’un point de vue !

  10. La declaration de Tieble’ a’ l’ONU est sage. CEUX QUI DEMANDENT LE DEPART DES FORCES ONISIENNES ET FRANCAISES DU MALI FONT UNE GRAVE FAUTE D’INTERPRETATION DE LA SITUATION! Notre faso a besoin de soutien militaire , economique et financier de la communaute’ internationale pour faire face a’ la crise securitaire qui existe depuis pres de 10 ans!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here