Transition au Mali : Le gouvernement de Choguel K. Maïga très peu apprécié au sein de la classe politique

17

Mis en place le 11 juin 2021, le nouveau gouvernement de la transition malienne dirigé par Dr. Choguel Kokalla Maïga est très peu apprécié au sein de la classe politique malienne. Il ne fait pas du tout l’unanimité.  Tandis que certains accusent le gouvernement de n’avoir pas été inclusif, d’autres évoquent la violation de la charte de la transition, qui limite les membres du gouvernement à 25 au lieu de 28, constatés dans le gouvernement de Choguel K Maïga. D’ailleurs, une plainte a déjà été introduite à la Cour Suprême du Mali par une association, en l’occurrence le BIPREM (Bloc d’Intervention Populaire et Pacifique pour la Réunification Entière du Mali) pour demander l’annulation du décret portant nomination des membres du gouvernement.

Dès la publication de la liste du gouvernement, les communiqués fusent de partout. La plupart de ces communiqués des partis politiques critiquent la composition du nouvel attelage gouvernemental. «Sur invitation du Premier ministre Dr. Choguel Kokalla MAÏGA, une délégation de notre alliance politique EPM, dirigée par son Président Dr. Bokary TRETA, a rencontré le Premier ministre, le 10 juin 2021, à la Primature. Au cours de cette rencontre, les échanges avaient porté sur la situation sociopolitique du pays et la mise en place du nouveau gouvernement.

Les deux parties s’étaient félicitées de la qualité des échanges. Toutefois, nous notons que la liste des membres du gouvernement, rendue publique ce vendredi 11 juin, n’a pas reflété l’esprit de la rencontre. Cette situation appelle à des questionnements auxquels nous devons faire face », révèle le communiqué en date du 11 juin 2021 de l’Alliance « Ensemble pour le Mali (EPM)» rendu public peu après la formation du gouvernement.

Le lendemain, le PARENA (Parti pour la renaissance nationale) de Tiébilé Dramé a aussi fait un communiqué pour dire que le nouveau gouvernement de Choguel K. Maïga est exclusif de 28 membres. «Le Premier ministre de transition avait promis, sans doute, à l’intention de la communauté internationale, un « gouvernement inclusif ». La montagne a accouché d’une souris.

A l’arrivée, c’est un gouvernement exclusif de 28 membres qui a été rendu public. Les jalons d’une transition non inclusive et de la fuite en avant ont ainsi été posés. Nous sommes inquiets des risques d’instabilité liés à une transition non consensuelle et aux manquements des engagements pris solennellement devant le peuple malien et la communauté internationale. Nous condamnons la violation flagrante des conclusions du Dialogue national inclusif et de la Charte de la Transition qui fixent le nombre de ministres au maximum à 25. Les saignées financières résultant de cette rupture du consensus sur la taille du gouvernement sont inacceptables! Nous jugerons le Premier ministre et son gouvernement à l’œuvre, à leur capacité à stabiliser le pays et à amorcer l’organisation d’élections régulières et crédibles dans les délais annoncés », souligne le PARENA.

Dans la même journée du 12 juin 2021, des membres du regroupement ARP (Action Républicaine pour le Progrès) réunis au Centre international de conférence de Bamako (CICB) ont fait savoir qu’ils ont été trahis par les autorités de la transition au Mali car ne faisant pas partie du gouvernement dirigé par Choguel K. Maïga.

En outre, le 14 juin 2021, le Parti du Peuple Malien (PPM) a attiré l’attention du peuple malien et la communauté internationale sur le choix « unilatéral » des 28 membres du gouvernement et sur la violation de la charte de la transition qui fixait le nombre de ministres à 25. « Nous avons pris acte de la formation du gouvernement dirigé par le Premier ministre de la transition. Nous sommes cependant restés sur notre faim quant à l’inclusivité de ce gouvernement qui, pour nous est en déphasage avec les promesses du premier ministre. C’est un gouvernement non-inclusif de 28 membres qui a été rendu public », précise le Parti du Peuple Malien. Espoir Mali Koura (EMK), un des Mouvements fondateurs du M5-RPP (Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques)  d’où le premier ministre, Dr. Choguel K. Maïga est issu, a certainement des dents contre le nouveau gouvernement. Dans son communiqué publié le 14 juin 2021, EMK dit qu’il n’a pas été associé dans le processus de formation du gouvernement. « Le comité de pilotage d’Espoir Mali Koura (EMK) prend acte de la formation du nouveau Gouvernement de la Transition dont le premier Ministre a été Choisi au sein du M5-RFP – décret n°2021 0385 PT – RM du 11 juin 2021.

Le regroupement Espoir Mali Koura, membre fondateur du mouvement du 05 juin 2020, M5-RFP, tient à informer l’opinion nationale et Internationale qu’il n’a été ni consulté, ni informé, encore moins associé au processus de formation de ce gouvernement. EMK reste fidèle à son objectif de construction du Mali Koura dans une transition de rupture pour le changement. Il va poursuivre au sein du peuple son rôle de contrôle et de veille citoyenne », indique le communiqué de EMK dirigé par l’ancien ministre, Cheick Oumar Sissoko. Dans un communiqué rendu public, le 16 juin 2021, le Rassemblement pour le Mali (RPM), dirigé par Dr. Bokary Tréta, a signalé que la configuration du gouvernement ne reflète pas l’inclusivité tant prônée par le premier ministre.

Le RPM invite le gouvernement à s’abstenir de toute initiative hasardeuse tendant à créer des charges superflues pour le budget national ou à prolonger le délai de la transition. Pour ne rien arranger aux choses, une plainte a été introduite à la justice, le 15 juin 2021, par une Association, en l’occurrence le BIPREM, présidé par Lacine DIAWARA pour demander l’annulation du décret de nomination des membres du gouvernement. « En effet, M. le Président de la Cour Suprême, le vendredi 11 juin dernier, a été publié et diffusé le « décret N° 2021-0385 / PT- RM DU 11 juin 2021 portant nomination des membres du gouvernement au nombre de 28 personnes ». Hors, selon l’article 11 alinéa 3 de la Charte « le gouvernement de la Transition est constitué de vingt-cinq(25) membres au plus ». Il va donc sans dire que le décret attaqué viole allégrement cette disposition de la Charte de la Transition de telle sorte qu’il s’expose à l’annulation demandée à votre juridiction sans aucun moyen d’y échapper », lit-on dans la plainte du BIPREM déposée à la Cour suprême du Mali. Selon le plaignant, l’article 11, aliéna 3 de la Charte est violé par le décret ci-devant visé. « Par conséquent nous sollicitons qu’il vous plaise en annuler l’application de ce décret qui doit être déclaré nul et de nul effet. Votre décision permettra d’éviter aux personnes nommées ministres, l’exercice illégal de cette fonction. Il faut rappeler qu’ainsi on évitera également des poursuites pénales à leur encontre du chef d’un tel exercice. C’est pourquoi : Je sollicite qu’il vous plaise : Premièrement, recevoir la présente requête recevable comme bien fondé. Deuxièmement, faire droit à l’annulation sollicitée pour motif invoqué. Et ce sera justice », révèle la plainte du BIPREM.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

17 COMMENTAIRES

  1. Choguel a toujours employe des methodes malhonnetes pour savoir le pouvoir : chantage manipulation et trahison. Il a toujours chie sur tout le monde. Il se croit plus intelligent. C’est facile de parler… Dieu est au controle…

  2. “Le Gouvernement actuel ne fait pas l’unanimité de la classe politique”. Dis-moi, quel est le gouvernement au Mali qui a fait l’unanimité? Le RPM et le PARENA, Tretra et Tiéblé, n’est ce pas ceux la même qui ont mis ce pays à genou à travers le RPM de IBK? Vous voulez qu’on intègre ces voleurs dans un gouvernement qui sera chargé de la traquer et de les faire rendre les biens soutiré à l’Etat? Ne rêvez pas, aucun voleur ou restaurateur de sera “INCLU” dans ce gouvernement, le peuple veille au grain.

  3. OU EST L IMAM ‘NAIF’ SEON RBS?
    IL CACHE SES FESSES? IL ATTEND LES FESSES ENTRE OUVERTES DES POLITICIENS CIVILS ISSUS DES ELECTIONS A VENIR….? L IMAM ‘DONZO DE FESSES A MILLIARDS’…. L ISLAM & LE NEGRE…

  4. Qufaarohw....Choguel sera victime de sa strategie, la strategie du 'Maiga Dicko' AraboMusulmane, Hypocrite...

    CHOGUEL COUR DESORMAIS ENTRE DEUX RAILS ET LE TGV POLITICARDS-BAMAKOIS EST ENGAGE DERRIERE LUI

  5. LE ROI BITON DE SEGOU
    Le M5-RFP a l’origine du KO qui a provoqué le coup d’État ?????
    C’était mieux sous IBK ????
    Tant qu’on supporte une personne,non un pays on pensera son temps à prononcer des contrevérités.
    On constate aujourd’hui notre ROI BITON DE SEGOU dénoncé L’ACCORD D’ALGER alors qu’il l’a farouchement soutenu sous IBK car il voulait aider IBK,mais contre son pays.
    LE KO D’AUJOURD’HUI EST LA CONSÉQUENCE DU COUP D’ÉTAT DU 22 MARS 2012 PAR SANOGO ET SES CAMARADES.
    IBK,élu pour corriger le tir,en a ajouté aux dégâts produits.
    C’est le constat de l’incompétence d’IBK justifiée par L’INSÉCURITÉ aux portes de Bamako alors qu’elle était dans la zone de KIDAL quand il a accédé au pouvoir qui a inspiré l’émergence d’un mouvement populaire destiné à favoriser le MALI KOURA.
    Le COUP D’ÉTAT ne le serait pas,mais le parachevement d’un mouvement populaire,si les COLONELS avaient mis leurs pas dans ceux d’ATT en 1991c’est à dire adopté L’ESPRIT DU M5-RFP pour conduire la transition.
    Autrement dit arreter toutes les personnes qui ont participé au KO depuis le 22 MARS 2012 et les mettre à la disposition de la justice.
    Il s’agit de SANOGO et ses CAMARADES,IBK et son CLAN qui ont prolongé les pratiques initiées par les assassins d’ATT,même s’il a échappé.
    C’est à ce seul prix que le Mali peut espérer la paix.
    C’est à ce seul prix aussi que le MALI KOURA est possible.
    Toute autre solution,comme celle en cours qui consiste à s’associer à un membre du M5-RFP sans adopter son ESPRIT,est vouée à l’échec.
    On ne fait que prolonger l’humiliation du Mali et la souffrance criarde de la population tant que L’INTÉRÊT SUPÉRIEUR DU MALI n’est pas mis au cœur des prises de décision pour en finir avec des considérations personnelles nauséabondes et criminelles.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  6. Ce PM Demagogue opportuniste et assoiffe de pouvoir va provoquer la perte de GOITA. Personnage fourbe et menteur. La junte va regretter. il va les couler les militaires car c’est un imposteur. Grande gueulle mais vide comme un tonneau.

  7. CHOGUEL

    CHOGUEL N’INSPIRE PAS CONFIANCE .C’EST UN OPORTUNISTE AU POUVOIR. TOUJOURS ANIME D’UN ESPRIT REVANCHARD. IL FAIT PARTIE DES POLITICIENS QUI ONT DETRUIT LE MALI.

  8. Le M5/RFP est a’ l’origine du chaos qui a provoque’ le coup d’etat du 18 aout! Il faut donc cesser de nous casser les oreilles. GOUVERNEZ! MONTREZ-NOUS CE DONT VOUS ETES CAPABLES!

  9. MAMADOU NOMOKO
    De 1992 à 2002,L’OPPOSITION en face D’AOK était la plus radicale d’Afrique.
    MONTAGA TALL,CHOGUEL MAIGA,OUMAR MARIKO,MOHAMED LAMINE TRAORÉ,le vieux ALMAMY SYLLA n’étaient pas opposés à la politique de l’homme,mais à sa personne.
    On se mobilisait pour pousser L’ARMÉE à intervenir.
    CELUI QUI INCARNAIT L’ÉTAT ÉTAIT TRÈS DOUÉ POLITIQUEMENT.
    Il a su s’entourer des hommes de qualité,leurs laisser leurs autonomie de gestion permettant au Mali de s’élever au toit de l’Afrique.
    C’EST SA BONNE GESTION DE L’ÉTAT QUI A EU RAISON DE SES OPPOSANTS.
    Ce que son chef de gouvernement IBK n’a pas su faire quelques années après.
    Quand il a accédé au pouvoir en 1992,l’Etat du Mali était au Bord de la faillite.
    PERSONNE NE TOUCHAIT LES MARCHÉS DE L’ÉTAT TANT IL ÉTAIT INCAPABLE D’HONORER SES ENGAGEMENTS.
    En 2002,quand il a remis la clé de KOULOUBA à ATT les investisseurs se bousculaient aux portes du Mali.
    SOUMAILA CISSÉ,MODIBO SIDIBE,MME SY KADIATOU SOW et son mari OUSMANE SY y ont largement contribué.
    À partir de 2002,ATT,n’ayant pas le talent politique de son prédécesseur,a tout fait pour éviter de subir les mouvements qu’ il a connus pendant ses deux quinquennats.
    C’est pourquoi il a appelé tout le monde à partager le gâteau.
    On est entrain de vivre ces conséquences.
    Mais les haineux qui ne veulent pas entendre du bien D’ALPHA OUMAR KONARÉ ont tout fait pour l’associer aux dégâts qu’ils ont fait avec ATT.
    Qu’on le veuille ou non ALPHA OUMAR KONARÉ a laissé un pays en bonne santé économique,en parfaite sécurité à son successeur associé à ses opposants qui en voulaient à sa personne.
    Ensuite il est allé faire la fierté du Mali en Afrique et dans le reste du monde.
    Il est immortalisé de son vivant.
    Ce que ses opposants qui sont en réalité ses ennemis ne veulent pas entendre.
    On a détruit le Mali après lui car on a rien fait pour empêcher ATT de négocier avec les jihadistes pour libérer les otages contre rançons.
    On a accusé ADEMA PASJ de corruption,mais on s’est associé à ATT pour faire pire.
    On s’est ensuite réuni pour aider l’ancien président de L’ADEMA PASJ â accéder au pouvoir.
    On ose toujours accuser ALPHA OUMAR KONARÉ malgré qu’il ait laissé un mali envié de tous ses voisins.
    Tant que le diagnostic n’est pas rigoureusement fait pour aboutir aux solutions laissées par ALPHA OUMAR KONARÉ en 2002,ce pays va continuer à sombrer.
    Au lieu de juger les mandats des PRÉSIDENTS ÉLUS pour pouvoir mieux faire le diagnostic,on préfère juger toute une période c’est à dire à partir de l’ouverture démocratique.
    Ça veut dire que même cent ans après on continuera à dire depuis 1991 le Mali a sombré.
    Non le Mali s’est relevé sous ALPHA OUMAR KONARÉ,s’est sombré à la fin du deuxième quinquennat d’ATT.
    D’autres présidents élus vont le relever,certains vont l’humilier tout au long de l’histoire comme on l’a connu depuis 1960.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!!!
    La lutte continue.

    • Tout à fait d’accord avec vous Mr le Peulh. Il est indéniable que AOK n’a pas eu de cadeau de la part de la classe politique (le fameux COPPO). Cependant il serait intellectuellement malhonnete de dissocier ATT et IBK d’AOK qui ne sont en fait que les fruits de son esprit o^combien maquiavelique que vous semblez tant apprécier. Sans la volonté d’AOK ne Mali n’aurait jamais eu ces deux dirigeants incompétents.

  10. “Le gouvernement de Choguel K. Maïga très peu apprécié au sein de la classe politique” Comment peut on juger un match qui n’a pas même pas commencé…une équipe qui est en cours de réchauffement ?

    • Le match a debute’ depuis 10 mois! L’aile religieuse du M5 RFP dirige’e par l’imam Dicko a joue’ la premiere partie. C’est l’aile politique du meme mouvement qui est entrain de jouer la deuxieme partie. Le gang arme’ de Kati joue le role d’arbitre!

  11. Nous savions que le nouveau gouvernement formé par le Dr Choguel K MAIGA ne serait pas apprécié par la classe politique , au motif que depuis l’élection en 1992 d’AOK jusqu’à IBK, il n’a presque pas eu d’opposition . Ils ont installé dans le pays une mafia politique rien que pour sucer le sang du peuple malien . Dieu sait comment le peuple malien a souffert durant la période dite démocratique. Le régime du défunt GMT a été renversé sur du mensonge . Tout a été essayé sans succès. Après la mise hors d’État de nuire de Bah n’daw et Moctar OUANE, le peuple malien a pris son propre destin en main . Aucun ministre politique ne figure dans le nouveau gouvernement du Dr Choguel K MAIGA. Ils sont mécontents, c’est leur affaire . En tout état de cause le faussé entre le peuple et ces hommes politique s’agrandit de jour en jour . C’est pourquoi nous voulons la refondation de notre Etat . Laissons les crier, ils comprendront plus tard de que le peuple veut réellement.

    • CHOGUEL FAIT SUREMENT ET CERTAINEMENT PARTIE DE CE GROUPE DE POLITICIENS QUI ONT PILLE ET DETEUI CE PAYS, ILS N ONT PAS LA SOLUTION NI LUI NI EUX….

      LES IMAMS ET CHERIFS QU ILS UTILISENT POUR VENIR AU POUVOIR LES SODOMISERONT TOUS UN A UN, …IBK EN A PAYE LES PRIX….POUVOIR A TRAVERS LES MOSQUEES ET LES CHARLATANS. …OU EST MON GRAND PEUPLE DE YEREWOLOHW ET QUFAAROHW…?

  12. De toutes les façons Choguel même en tant que simple citoyen il ne peut pas être apprécié par la classe politique actuelle car c’est elle qui est à la base du chaos actuel de ce pays, cela est indéniable. Pour le bonheur de notre société, il faut absolument une autre classe politique sinon il n’y aura pas de développement dans notre pays. La classe politique actuelle a à son sein les véritables graines de la destruction d’un pays, avec tous les fléaux que sont: corruption, gabegie, clanisme, favoritisme, vol en bandes organisées, tricherie, trahison, méchanceté, jalousie, égos sans aucune limite, népotisme, trahison, clientélisme, mensonge, coalition contre les plus capables et les moins méchants, non respect du travail intellectuel de son prochain, non respect de la probité intellectuelle, non respect de la valeur intellectuelle et humaine de son prochain. Avec ces fléaux aucun pays ne peut se développer, nous allons vers le chaos total, cela est indéniable. Pour changer le Mali d’aujourd’hui, il faut bâtir d’autres types de maliens en revoyant surtout la dimension psychologique des élites et intellectuels, ces derniers sont à la base de toutes les bêtises de ce pays depuis la nuit des temps, le bas peuple est facilement orientable si les cadres et les élites sont correctes et sincères.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here