Bureau du vérificateur général : La touche pédagogique du Végal Alhamdou Baby

2

Au Bureau du Vérificateur général, la transparence dans la gestion des deniers publics est la boussole des limiers. L’arrivée d’Alhamdou Samba Baby à sa tête a donné un coup d’accélérateur à ses actions.

 Nommé en avril 2018 en qualité de Vérificateur général, Alhamdou Samba Baby travaille à renforcer le travail de l’institution. Premier objectif : faire en sorte que les citoyens puissent sentir l’effet des rapports de son bureau.

Pas vraiment le seul défi puisqu’il a tout de suite  su insuffler des séries de reformes. L’impact est vite ressenti dans la production des rapports. Mieux, on sent même un changement notable dans la publication des rapports du BVG avec une méthode pédagogique et professionnelle.

En un temps record, M. Baby a entraîné son personnel dans son sillage et d’autres acteurs clés dans le domaine. Désormais, le facteur temps est rentré dans les mœurs des limiers du Bureau du Vérificateur général.

 

Des changements et de la pédagogie

Ainsi, avec les rapports préliminaires, l’opportunité est donnée aux structures et personnes en cause d’apporter la contradiction. Du coup, certains parlent même de rapports équilibrés qui tiennent compte des observations et commentaires au nom de la recherche de la preuve.

Un autre facteur et non des moindres qui conforte la mission du BVG, c’est le respect de la périodicité des rapports. Des actions à mettre au compte de cet homme d’expérience qui œuvre avec son équipe à mettre à nu les manquements et déviances dans la gouvernance des ressources publiques.  

En effet, Alhamdou Samba Baby  est détenteur d’un “Master of Arts” (diplôme d’études approfondies, DEA) en droit de l’Université d’Etat du Kouban (Krasnodar) ex-URSS (1989) et d’un Doctor of Philosophy (Ph.D) – doctorat d’Etat en droit – Académie des  sciences juridiques de l’Ukraine – ex-URSS (1992).

Plusieurs fois conseillers techniques dans des départements ministériels, il a occupé d’importantes  responsabilités à partir de 1993 dont le dernier était celui de secrétaire général du ministère de la Solidarité.

Aujourd’hui, on peut dire sans risque de se tromper que les commentaires sur sa dextérité à assurer les nobles  fonctions de Vérificateur général en 2018 sont loin d’être complaisants.

Abdoul Latif

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour M. le journaliste,je m’attendais à du contenu en conformité avec le titre. Rapportez nous des faits et laissez nous apprécier. Faire l’éloge est bien mais nous donner des éléments factuels des actes posés est la preuve du travail bien fait

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here