Le PDG de l’Opam réagit au rapport de vérification financière du BVG : “L’irrégularité relative au non-reversement des recettes de 721 millions FCFA à la CSA a été entièrement corrigée”

1

Sur 830 436 105 Fcfa d’irrégularités financières décelées par le Bureau du vérificateur général (BVG) sur la gestion de l’Office des produits agricoles du Mali (Opam) des exercices 2016, 2017, 2018 et 2019 (31 août), le montant de 721 024 780 Fcfa concernant le non-reversement de recettes au Commissariat à la Sécurité Alimentaire a été justifié. En d’autres termes, l’irrégularité y relative a été entièrement corrigée.

L’Office des produits agricoles du Mali (Opam) vient d’être épinglé par le Bureau du vérificateur général (BVG) dans son rapport individuel de vérification financière sur la gestion des exercices de 2016, 2017, 2018 et 2019 (31 août). Ainsi, un montant de 830 436 105 Fcfa d’irrégularités financières a été décelé. Lesdites irrégularités concernent les dépenses de fonctionnement, d’investissement et des achats de céréales ainsi que les recettes de location de magasins, de ventes de sacs vides, de ventes de céréales et des dépôts à terme.

Ainsi, des irrégularités financières d’un peu plus de 830 millions Fcfa sont relatives à la non-application des procédures de recouvrement des frais de location des magasins, la non-application des pénalités de retard sur des contrats… Sur ces 830 438 105 Fcfa, un montant de 734 765 060 Fcfa concerne le non-reversement des recettes issues de la vente du Stock national de sécurité.

Heureusement, cette irrégularité a été vite corrigée par l’Office des produits agricoles du Mali (Opam). C’est ce qui ressort dans une correspondance en date du 25 septembre 2020 adressée au Vérificateur général, Samba A. Baby, par le Pdg de l’Opam, Youssouf Maïga.

“J’ai l’honneur d’accuser réception de votre correspondance par laquelle vous me transmettez le Rapport de la vérification financière de la gestion de l’Opam, exercices 2016, 2017, 2018 et 2019 (31 août).

Au titre des irrégularités financières, le montant total s’élève à 830 436 105 Fcfa dont 734 765 060 Fcfa concernent le non-renversement de recettes au Commissariat à la Sécurité Alimentaire. 

A travers la correspondance N°2020-037/PR-CSA-STF du 15 septembre 2020, le ministre Commissaire à la Sécurité Alimentaire a porté à mon attention qu’il sera procédé à une rétention de 721 024 780 Fcfa sur le montant à payer à l’Opam pour le rachat, par le Commissariat à la Sécurité Alimentaire, de 6 000 tonnes de riz importé.

En retour, j’ai marqué mon accord pour ladite rétention.

Ainsi, l’irrégularité relative au non reversement des recettes a été entièrement corrigée. Je vous prie de bien vouloir transmettre, à qui de droit, les lettres y relatives”, précise le Pdg de l’Opam.

Dans une correspondance en date du 17 septembre 2020, le Pdg de l’Opam a attiré l’attention du ministre Commissaire à la Sécurité Alimentaire sur la demande de régulation des produits issus de la vente d’intervention des exercices 2017 et 2018.

“Je marque mon accord pour la rétention de la somme de 721 025 460 Fcfa, représentant le produit issu des ventes d’interventions du stock national de sécurité des exercices 2017 et 2018, sur le montant à payer à l’Opam dans le cadre du rachat par le Commissariat à la Sécurité Alimentaire des 6 000 tonnes de riz importé” précisera-t-il.

“Pour permettre à l’Opam d’assurer son fonctionnement régulier, je vous demande de bien vouloir faire prendre les dispositions idoines pour le paiement du reliquat du rachat de 6 000 tonnes de riz importé, soit 1 228 974 540 Fcfa et les autres factures en souffrance à votre niveau à savoir : Facture N°80/2020/OPAM-PDG-DFC relative au rachat de 4 000 tonnes de riz local, soit 1 360 000 000 Fcfa, objet de ma lettre N°0597 du 29 juin 2020, Facture N°81/2020/OPAM-PDG-DFC relative au rachat de 3 000 tonnes de riz KR18, soit 750 000 000 Fcfa, objet de ma lettre N°0599 du 29 juin 2020.  Ainsi, sauf erreur ou omission de ma part, après la rétention des 721 025 460 Fcfa, vous êtes redevables à l’Opam de la somme de 3 338 974 540 Fcfa” conclut le Pdg de l’Opam.

El Hadj A.B. HAIDARA   

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Il s’agit des faits qui remontent jusqu’en 2016, 2017, 2018 et 2019. Alors pourquoi attendre jusqu’en 2020, suite à la publication du rapport du bureau du Vérificateur général pour corriger les irrégularités financières ?
    Tout porte à croire qu’il ya un sérieux problème de gestion dans cette structure…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here