Mali: nouveaux crédits pour rénover les hôpitaux après le scandale du bébé amputé

2

Après le scandale du bébé amputé faute de soins appropriés, le gouvernement malien a débloqué ce mercredi 14 août 15 milliards de francs CFA pour rénover les hôpitaux publics de la capitale. Cinq milliards de francs CFA sont réservés pour l’hôpital Gabriel-Touré. Dans cet établissement, le plus grand du Mali, un enfant sur quatre meurt après son hospitalisation.

Il y a quinze jours, Fatoumata perd son bras droit. Elle est amputée une semaine après son hospitalisation dans l’établissement public le plus grand du pays. À Gabriel-Touré, le service de pédiatrie manque d’équipements. Pas d’appareils pour contrôler la fréquence cardiaque, ni la pression artérielle ou respiratoire, lit-on dans le dernier rapport du vérificateur général malien. En 2017, la quasi-totalité des décès survenus à l’hôpital Gabriel-Touré (96%) ont été enregistrés en pédiatrie.

Ce mercredi, le dossier pour la réhabilitation de certains services, la fourniture et l’installation d’équipements médicaux est passé en conseil des ministres. C’est la société ivoirienne Marylis BTP, du groupe Snedai, qui a obtenu les marchés. Cinq milliards de francs CFA sont alloués au CHU du centre de Bamako.

Est-ce un effet d’annonce quelques jours après le scandale du bébé amputé ? Les travaux ont déjà commencé depuis mars, indique la direction de l’hôpital Gabriel-Touré. Il s’agira à terme de mettre à niveau le plateau technique avec l’acquisition, entre autres, de deux scanners, des échographes, des équipements pour les blocs opératoires, explique le ministère de la Santé. Aucun appareil de type IRM (imagerie par résonance médicale) n’est encore prévu.

« Trois ou quatre enfants dans un même berceau »

Pour Djimé Kanté, le porte-parole du comité syndical de l’hopital Gabriel Touré, les conditions d’acceuil des patients restent déplorables et les montants alloués sont insuffisants. « Ce n’est pas la première fois que des amputations se passent dans cet hôpital, rappelle-t-il. Plusieurs facteurs peuvent l’expliquer : une infection, un médicament inconsommable, et puis des enfants souvent couchés à trois ou quatre dans un même berceau et qui peuvent se transmettre des germes. Nos hôpitaux ne sont pas dignes de soigner des êtres humains ! »

Le porte-parole du comité syndical déplore une grave pénurie des « équipements les plus élémentaires tels que de simples potentiomètres ou des appareils pour voir la saturation, le battement cardiaque d’un enfant ». Ainsi, aux yeux de Djimé Kanté, « décider de mettre aujourd’hui 10, 15, 20 ou 100 milliards dans un hôpital pour qu’en fin de compte, le Malien puisse être soulagé chez lui au Mali, ce n’est pas grand-chose. »

Par RFI Publié le 16-08-2019 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Pkagame: le probelment n'est pas pricipalement le manque de materiels medicaux mais de la moralite medicale de nos personnels medicaux dans nos hopitaux publics

    Le probleme ce n’est pas seulement du matériel …c’est le comportement de nos personnels médicaux et infirmiers. L’État en investissant nos milliards dans ces hôpitaux publics doit également être stricte vis a vis du comportement des medecins et infirmiers dans ces centres hospitaliers publiques car “hôpital” veut dire “hospitalité” et non “cupidité”! Tant que les medecins et infirmiers coquins resteront dans nos hôpitaux les pauvres patients seront toujours victimes de “malpractice” médicale a cause de leur criminalité pour l’argent. Il faut que nos autorités durcissent les regèles vis a vis des conditions d’accueil et de traitement dans nos hôpitaux…il faut un mécanisme de surveillance stricte et surtout une voie légale accessible aux patient de pouvoir porter plainte contre tout abus, toute négligence médicale et acte de cupidité par les personnels médicaux dans nos hôpitaux publiques.

    C’EST quand on visite l’urgence d’hôpital comme Gabriel T qu’on découvre la vraie couleur de brigand de leurs personnelles médicaux …je jure de Dieu ils ne parlent que de l’argent, même sur des personnes mourantes… ils oublient carrément que leurs salaires et indemnités viennent 100% des taxes et impôts de ces personnes mourantes sans soins!Quel genre de hôpital peut être cela au monde!

    On a beau mis tous les matériels sophistiqués du monde dans nos hôpitaux, si l’État ne impose pas un changement de comportement aux personnels médicaux de ces lieux…le tout ne servira a rien! Leur criminalité médicale va toujours continuer a tuer des maliens dans nos hôpitaux. Il faut simplement identifier les medecins et infirmiers coquins pour les chasser de nos hôpitaux pour faire place aux vrais professionnels qui se soucieront plutôt de la vie des maliens au lieu de l’argent.

    J’avais écrit un post par rapport a un cas a Gabriel T… ça montre la dangerosité de certains médecins coquins dans cet hôpital: https://www.maliweb.net/societe/deces-brutal-de-presidente-femmes-psda-apres-accouchement-csref-de-kati-medecin-konimba-kone-indexe-mute-chu-point-g-2139422.html

    PKAGAME 25 Mar 2017 at 11:42

    “Ce qui est sure ce n’est pas facile a expliquer…. en général les médecins ne sont pas la-bas pour tuer les gens…les erreurs médicales arrivent partout même aux USA… cependant on a du moins des médecins dangereux dans nos hôpitaux comme GABRIEL TOURE ..dans des situations où pour l’argent on demande une chirurgie et finit par tuer. Ma sœur m’a témoigné une histoire quand Je l’ accompagnais a GT que lors de son séjours la-bas avec son enfant il y avais de villageois qui étaient venus avec leur enfant fille de 10-12 ans qui souffrait mais qui marchait bien sur pieds …du coup il y a l’un des médecins qui demande 150 000 f pour une chirurgie. Les villageois ont donc glané cette somme pour remettre et ils ont pris l’enfant dans la salle d’opération…. 1 -2 h plus tard le médecin sortait en panique et l’enfant saignait en profusion criant “donnez moi l’eau!” “l’eau, l’eau!” avant de rendre l’âme. Ma sœur m’a dit que du coup tous les autres médecins, voyant clairement ce qui s’est passé comme erreur et manque du professionnalisme, étaient très remontes contre leur collègue,…avec l’un d’eux qui a juré de le dénoncer a la hiérarchie! Elle dit que certaines infirmières disaient que ce médecin a la lame facile (pour l’argent) n’était pas a sa première…qu’il y a eu d’autre cas! Les villageois pleuraient sur leur enfant après le médecin et ses complice ils ont fait en sorte qu’ils ne puissent même pas garder le corps de l’enfant dans la morgue …ils n’avaient pas des familles ici Bamako…ils ont loué un taxi pour partir avec l’enfant.

    Pourquoi alors toujours précipiter une chirurgie sans analyses profondes..sur tous les contours?”

  2. Pkagame: le probelment pricipalment le manque de materiels medicaux mais de la moralite medicale de nos personnels medicaux dans nos hopitaux publics

    Le probleme ce n’est pas seulement du matériel …c’est le comportement de nos personnels médicaux et infirmiers. L’État en investissant nos milliards dans ces hôpitaux publics doit également être stricte vis a vis du comportement des medecins et infirmiers dans ces centres hospitaliers publiques car “hôpital” veut dire “hospitalité” et non “cupidité”! Tant que les medecins et infirmiers coquins restent dans nos hôpitaux les patient seront toujours victimes de “malpractice” médicale a cause de leur criminalité pour l’argent. Il faut nos autorités durcissent les regèles vis a vis des conditions d’accueil et de traitement dans nos hôpitaux…il faut un mécanisme de surveillance stricte et surtout une voie accessible aux patient de pouvoir porter plainte contre tout abus, négligence et acte de cupidité par les personnels médicaux dans nos hôpitaux publiques. Quand on visite l’urgence d’hôpital comme Gabriel T qu’on découvre la vraie couleur de brigand de leurs personnelles médicaux ….je jure de Dieu ils ne parlent de l’argent même sur des personnes mourante… Ils oublient carrément que leurs salaires et indemnités viennent 100% des taxes et impôts de ces personnes mourantes sans soins!Quel genre de hôpital peut être cela au monde!
    On a beau mis tous les matériels sophistiqués du monde dans nos hôpitaux, si l’État ne impose un changement de comportement aux personnels médicaux de ces lieux ça sert a rien! Leur criminalité médicale va toujours continuer a tuer les maliens dans nos hôpitaux. Il faut simplement identifier les medecins et infirmiers coquins pour les chasser de nos hôpitaux pour faire place aux vrais professionnels.

    J’avais écrit post par rapport a un cas a Gabriel … ça montre la dangerosité de certains médecins coquins dans cet hôpital: https://www.maliweb.net/societe/deces-brutal-de-presidente-femmes-psda-apres-accouchement-csref-de-kati-medecin-konimba-kone-indexe-mute-chu-point-g-2139422.html

    PKAGAME 25 Mar 2017 at 11:42

    “Ce qui est sure ce n’est pas facile a expliquer…. en général les médecins ne sont pas la-bas pour tuer les gens….les erreurs médicales arrivent partout même aux USA… cependant on a du moins des médecins dangereux dans nos hôpitaux comme GABRIEL TOURE ..dans des situations où pour l’argent on demande une chirurgie et finit par tuer. Ma sœur m’a témoigné une histoire quand Je l’ accompagnais a GT que lors de son séjours la-bas avec son enfant il y avais de villageois qui étaient venus avec leur enfant fille de 10-12 ans qui souffrait mais qui marchait bien sur pieds …du coup il y a l’un des médecins qui demande 150 000 f pour une chirurgie. Les villageois ont donc glané cette somme pour remettre et ils ont pris l’enfant dans la salle d’opération…. 1 -2 h plus tard le médecin sortait en panique et l’enfant saignait en profusion criant “donnez moi l’eau!” “l’eau, l’eau!” avant de rendre l’âme. Ma sœur m’a dit que du coup tous les autres médecins, voyant clairement ce qui s’est passé comme erreur et manque du professionnalisme, étaient très remontes contre leur collègue,…avec l’un d’eux qui a juré de le dénoncer a la hiérarchie! Elle dit que certaines infirmières disaient que ce médecin a la lame facile (pour l’argent) n’était pas a sa première…qu’il y a eu d’autre cas! Les villageois pleuraient sur leur enfant après le médecin et ses complice ils ont fait en sorte qu’ils ne puissent même pas garder le corps de l’enfant dans la morgue …ils n’avaient pas des familles ici Bamako…ils ont loué un taxi pour partir avec l’enfant.

    Pourquoi alors toujours précipiter une chirurgie sans analyses profondes..sur tous les contours?”

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here