6ème session ordinaire du CA de l’Agence Nationale de la Météorologie : Un budget 2016 estimé à plus de 4 milliards de FCFA

0

Les Administrateurs de l’Agence Nationale de la Météorologie se sont réunis dans les locaux de Mali-Météo récemment pour la tenue de la 6ème session ordiniare de leur Conseil d’Administration.

Le Conseil était placé sous la présidence du ministre en charge de l’Equipement, du Transport et du Désenclavement, Mamadou Hachim Koumaré, en présence du Directeur général de l’Agence, Djibrilla  Maiga.

Après adoption du procès-verbal, les Administrateurs se sont penchés sur l’état d’exécution des activités et du programme d’investissements au 30 novembre 2015, ainsi que sur le programme d’investissement 2016 et le budget y afférent. Il est à rappeler que le budget 2016 sera essentiellement consacré aux investissements, équipements et programmes de pluies provoquées.

Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’Equipement, du Transport et du Désenclavement a souligné que, dans le cadre du changement de comportement, le rôle de l’Agence Nationale de la Météorologie est très important, de par sa mission de surveillance de l’évolution du climat, de conservation du patrimoine climatologique et de prestations de services pour contribuer à réduire la vulnérabilité de nos populations face aux effets néfastes de la variabilité et des changements climatiques.

Conscient de la situation, dira t-il, le Gouvernement du Mali a entrepris d’importants efforts en faveurs de Mali – Météo, visant à moderniser son réseau d’observation et de surveillance de l’évolution du temps et du climat et à améliorer son système de transmission des données, à renforcer ses capacités à fournir des services météorologiques et climatologiques de bonne qualité aux utilisateurs nationaux et à améliorer les conditions de travail du personnel.

Le ministre Koumaré a ensuite rappelé que toutes les informations et services météorologiques et climatologiques n’auront aucune valeur ajoutée si elles ne parviennent pas aux utilisateurs finaux à temps et dans des langages compréhensibles et facilement utilisables.

Cependant, Mali-Météo doit accroitre sa visibilité, à travers une plus grande communication sur sa contribution au développement socio-économique, afin de lui permettre de mettre en place des stratégies concrètes de soutien au développement et au renforcement des services météorologiques en vue de leur intégration dans les programmes et projets nationaux de développement, à en croire Mamadou Hachim Koumaré.

En perspective, toujours selon le ministre, la modernisation du réseau d’observation météorologique sera poursuivie, le Centre de prévisions météorologiques sera renforcé par l’acquisition d’un système moderne de prévisions et la fourniture de produits et services spécifiques aux usagers, notamment au monde rural, et les programmes des opérations de pluies provoquées seront poursuivis. S’y ajoutera un plan de communication Mali – Météo pour la période 2016 – 2018, a-t-il conclu.

Adama Bamba

 

6ème session du Comité de pilotage du PAPAM

Le projet a obtenu des résultats probants à mi-parcours

Formation de 1248 producteurs et de 95 conseillers agricoles sur la diffusion des technologies portant sur le riz bas-fond et le niébé, achèvement des travaux d’infrastructures socio-économique à Sabalibougou, en zone Office du Niger, réalisation des travaux d’aménagement de la dernière tranche (512 ha) et du réseau primaire d’irrigation et de drainage du périmètre de Sabalibougou, réalisation de 668 ha de bas-fonds de périmètres irrigués villageois et de périmètres maraichers dans les régions de Ségou, Sikasso, Kayes, Koulikoro et Mopti, plantation de 1 000 ha d’acacia dans le cadre de la convention avance DEGUESSI Vert.

Voilà, entre autres, quelques résultats probants qui ressortent de l’examen des activités réalisées et de certaines conclusions de la revue à mi-parcours effectuée du 22 janvier au 6 février 2015. La réalisation de ces activités a permis de relever le taux de mobilisation des ressources à 74% pour le prêt IDA, à 29,8% pour le don FEM, 56, à 54% pour le fonds FIDA prêt et à 29,16% pour le fonds Don  /FIDA / ASAP.

S’agissant du programme d’exécution technique et financière 2015, il ressort du bilan que les réalisations financières se chiffrent globalement à 9 832 450 849 FCFA, soit 76,82% du budget révisé.

Démarré en 2011, le Projet d’Accroissement de la Productivité Agricole au Mali (PAPAM) a tenu la semaine dernière, dans la salle de conférence de la Direction des Finances et du Matériel du Ministère du Développement rural (MDR), la 6ème session de son Comité d’orientation et de pilotage.

Sous la présidence du Secrétaire Général du MDR, les Administrateurs, au cours de cette session, ont planché sur le procès-verbal de la 5ème session du Comité d’orientation et de pilotage de 2014, l’état d’exécution des recommandations du COP 2014, le rapport bilan des activités réalisées en 2015 et le programme d’exécution technique et financière 2016.

Pour Daniel Siméon Kéléma, le PAPAM contribue à la sécurité alimentaire au Mali avec l’aménagement de bas-fonds, de périmètres irrigués villageois et autres périmètres maraichers. Cela, malgré les perturbations que son exécution a connues à cause de la crise de 2012.

Au cours de ces années de mise en œuvre, tout n’a pas été que rose pour le PAPAM. Le projet a fait face à de nombreuses difficultés, comme la faible qualité des sous-projets, la passation des marchés, le retard dans la mise en œuvre des activités par les structures techniques partenaires du projet et la faible qualification technique des bénéficiaires à assurer les travaux de sécurisation des bio-digesteurs, entre autres.

Pour le Secrétaire Général du MDR, la planification opérationnelle future du projet devrait viser prioritairement l’aplanissement de ces difficultés. Aussi, a-t-il poursuivi, dans le but de parachever les activités en cours et d’assurer l’atteinte des résultats, le Gouvernement du Mali a proposé à la Banque Mondiale une prolongation de deux ans de la période d’exécution du prêt IDA.

Yaya Samaké

 

PARTAGER