Assimi Goïta après la manifestation du 14 janvier à Bamako : «Cette mobilisation prouve à suffisance que les autorités maliennes parlent au nom du peuple malien»

1

Le peuple malien vient d’envoyer un message fort à la CEDEAO et à l’UMEOA à travers des manifestations populaires tenues dans toutes les localités du pays, le vendredi 14 janvier 2022. A cette occasion, le président de la transition, colonel Assimi Goïta, a remercié le peuple malien et tous les pays qui ont soutenu le Mali qui traverse une crise profonde.  « D’abord, je tiens à remercier le peuple malien qui est sorti massivement. Cette mobilisation prouve à suffisance que les autorités maliennes  parlent au nom du peuple malien. Cela devient une confirmation à travers cette grande mobilisation », dixit le président de la transition, colonel Assimi Goïta.  

« Le combat que nous menons, le combat pour le changement, demande l’adhésion et l’accompagnement du peuple malien. Nous n’avons pas d’autre intérêt ; nous n’avons pas d’autre agenda. Le seule agenda que nous avons, c’est le changement, l’épanouissement, le bonheur du peuple malien. Et cela ne peut pas se faire sans difficultés. Mais il s’agira surtout que nous-mêmes soyons conscients, que nous soyons conscients  de ce que nous voulons défendre : les intérêts supérieurs de la nation. Cela va forcement créer un certain nombre de problèmes. Ce sera la guerre des intérêts. Mais le plus important, c’est l’intérêt supérieur de la nation malienne.  Cela dit aussi, nous restons ouverts au dialogue, nous allons continuer à discuter, mais tout en préservant les intérêts du peuple malien. Encore une fois, je salue tout le peuple malien du Nord au du Sud, de l’Est à l’Ouest ; de l’intérieur comme de la diaspora de leur mobilisation inédite. On les remercie de soutenir les autorités de la transition. On en a  besoin », a dit le président de la transition.

A l’endroit de la CEDEAO et de l’UEMOA, après cette mobilisation populaire, Assimi Goïta a dit : «Le seul message que j’ai pour la CEDEAO et l’UEMOA, c’est un message de compréhension du contexte malien. Aujourd’hui, nous sommes là, parce que jusqu’à présent certain nombre de maux n’ont pas été traités. Si réellement la CEDEAO et l’UEMOA souhaitent le bonheur du peuple malien, elles doivent comprendre le peuple à travers le désir de changement du peuple malien pour que nous n’assistions pas à un eternel recommencement».

Comme on le dit, c’est dans les moments difficiles que l’on reconnaît ses vrais amis. Le colonel Assimi Goïta n’a pas oublié de remercier les pays qui nous soutiennent aujourd’hui de même que les peuples africains. «Je ne peux que remercier et féliciter tous ces pays amis qui nous  ont soutenus. Comme on le dit Bambara, c’est pendant les moments difficiles qu’on reconnaît ses vrais amis. Pour la Guinée, ce n’est pas étonnant ; pour l’Algérie, ce n’est pas étonnant, aussi pour la Mauritanie. Mais il faut aussi saluer l’ensemble des pays africains. Aujourd’hui, ce combat que nous menons est devenu un combat panafricaniste. Ce n’est plus uniquement le combat malien. C’est tout les peuples africains qui se reconnaissent  dans ce combat. Nous les remercions de leurs engagements, que  c’est ensemble que nous pourrons vraiment  sortir nos pays de ces difficultés. C’est ce que j’ai tout le temps dit à nos interlocuteurs de ne pas situer le problème uniquement  au niveau du Mali. C’est un problème des pays du Sahel. Donc aider le Mali aujourd’hui ce n’est pas une faveur, c’est une obligation pour pourvoir sauver les autres pays. Une fois de plus, je ne peux que les remercier pour leurs engagements panafricanistes et patriotiques.»

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. On doit comprendre que les relations internationales exigent des dirigeants LÉGITIMES pour accepter un Etat dans ses rangs.
    La Chine,la Russie ont des modes d’élection pour rendre leurs dirigeants LÉGITIMES, même si c’est contestable.
    DES ÉLECTIONS SONT NÉCESSAIREMENT ORGANISÉES.
    ASSIMI GOITA pense qu’il suffit d’une mobilisation populaire pour être LÉGITIME aux yeux de la communauté internationale.
    SEULES LES ÉLECTIONS RENDENT LÉGITIME.
    Les Maliens se sont mobilisés pour manifester leur rejet du dictat de la communauté internationale,pas pour soutenir un dirigeant.
    C’EST DANS LES URNES QUE LE PEUPLE MANIFESTE SON SOUTIEN,PAS DANS LA RUE.
    La rue sert à contester ou valider un ou des actes posés par les tenants du pouvoir,pas à le légitimer.
    LA LÉGITIMITÉ S’ACQUIERT UNIQUEMENT PAR LES ÉLECTIONS.
    Une transition doit s’atteler à faire des réformes qui favorisent l’organisation des élections sincères et transparentes, à corriger les insuffisances constatées pendant les années de démocratie par la révision de la constitution.
    Ces réformes peuvent être faites en est temps défini avec la communauté internationale.
    ASSIMI GOITA A PRÉFÉRÉ CROIRE À DES ASSOIFFÉS DE POUVOIR QUI SONT CONVAINCUS PERDRE LE POUVOIR,SI LES ÉLECTIONS SONT ORGANISÉES.
    Le bras de fer nécessaire pour éviter la division du Mali doit être réalisé par un POUVOIR LÉGITIME,pas par des gens qui se sont fait légitimer par la rue.
    L’esprit du M5-RFP, c’est permettre au peuple d’être souverain.
    Le peuple c’est dans les urnes,pas dans la rue.
    Comme l’a dit justement Macron les dirigeants de la transition ne sont rien car ils ont une légitimité nulle.
    Ils doivent rapidement passer le témoin à des dirigeants élus pour permettre à l’État du Mali de continuer son chemin dans le concert des nations.
    Qu’ils s’acrochent au pouvoir donne la possibilité à la France de gagner la bataille du contrôle de l’État malien comme en 2013 quand on a permis à son armée d’intervenir militairement au sol.
    Elle se sert du droit international pour chasser les dirigeants illégitimes à la tête de l’État du Mali et profité pour placer son laquais.
    C’est en cours.
    OSER LUTTER, C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here