Déclaration liminaire de l’assemblée générale du M5-RFP du 24 octobre 2020

32

Militantes et militants du M5-RFP ou plus exactement militantes et militants d’un Mali debout, d’un Mali digne pour l’édification duquel notre mouvement a tout donné, jusqu’au sang de patriotes lâchement assassinés à Sikasso, Kayes et ici à Bamako.
Nous avons fait le serment que justice leur sera rendue.

Nous honorerons notre serment envers eux. Et envers toutes les victimes militaires et civiles des crises que nous vivons. Pour notre honneur. Pour l’honneur du Mali.

Militantes et militants du M5-RFP,
Nous voici donc réunis, depuis la démission de l’ancien président de la République, pour notre 1ère Assemblée générale qui regroupe les responsables de nos principales entités faîtières. Le Comité stratégique, comme à chaque moment important de la vie de notre mouvement, souhaite vous rendre compte et surtout vous écouter.
Militantes et militants du M5-RFP,
Nous devons tout d’abord vous dire toute notre fierté et vous transmettre les milliers de message de remerciement et de félicitations, pour ce que vous avez entrepris et réussi sous le regard admiratif de l’Afrique et au-delà du monde entier. Peu de gens croyaient que les mains nues, dans le respect de la loi que vous auriez obtenu le départ de l’ancien président. Voilà que IBK est parti :
Merci au peuple malien qui nous a fait confiance en participant massivement au soulèvement populaire contre l’ancien régime corrompu, oligarchique et ploutocratique ;
Gloire aux militants et sympathisants du M5-RFP avec une mention spéciale les jeunes et aux femmes pour leur formidable engagement et les sacrifices consentis ;
Hommages aux martyrs et à toutes les victimes de cette lutte : leur sacrifice ne sera pas vain.

Militantes et militants du M5-RFP,
Après la démission de l’ancien président, nous avons pensé et d’ailleurs nous continuons à penser que la condition sine qua non de la réussite de la Transition était une saine et loyale collaboration entre les deux acteurs du changement, entre les deux légitimités incarnées par le M5-RFP et le CNSP.
Et croyez-nous chers militantes et militantes, nous n’avons été dupes de rien et rien ne nous a surpris. En effet :
– en quoi peuvent surprendre des gens qui ne prononcent le mot M5-RFP que lorsqu’ils sont contraints et forcés ?
– en quoi peuvent surprendre des gens qui, dès le lendemain du 18 août ont renoué avec les pratiques que nous combattions la veille seulement ?
– en quoi peuvent surprendre des gens qui ont très vite fait la preuve que le Mali n’était pas leur souci et qu’ils sont plutôt en quête de privilèges.
Mais il nous fallait laisser les maliens, voir, entendre, constater et comprendre par eux-mêmes ce qui se tramait contre eux.
Ainsi, dans le seul but de marginaliser le M5-RFP et d’accaparer tout le pouvoir pour ne pas avoir en face une véritable légitimité qui ne serait ni otage ni impuissant :
tous les engagements pris, même sous serment d’officier, ont été violés ;
les conclusions des concertations sur la Transition ont été falsifiées ;
le Président et le Premier de Transition ont été choisis par malice et fraude ;
les textes régissant la Transition n’ont respecté aucune règle.
Ce qui ne pouvait manquer d’arriver arriva et se constatera tous les jours un peu plus : en quelques semaines l’espoir s’est transformé en défiance, la confiance en déception et la Transition s’achemine vers une inéluctable impasse.
Mais chers militantes et militants, là est notre LIGNE ROUGE.
Nous ne laisserons personne empêcher l’émergence d’un Mali nouveau.
Nous n’accepterons pas la restauration en cours.
Nous dénoncerons et combattrons les complots de plus en plus manifestes contre notre peuple.
En un mot nous ne laisserons personne perpétuer le régime de IBK sans IBK.

Militantes et militants du M5-RFP,
Comme hier, malgré tout ce qui a été annoncé et souhaité sur le caractère hétéroclite de notre mouvement nous restons unis. Mais comme hier, nous ne disons pas que nous sommes monolithiques.
C’est le lieu pour nous de prendre acte de l’annonce de l’Imam Mahmoud Dicko de se consacrer désormais à sa mission de guide religieux. Il a d’ailleurs décidé de s’exprimer lui-même sur ce sujet au moment opportun.
Comme hier nous sommes déterminés à obtenir le changement pour la Refondation du Mali.
Et comme hier nous y arriverons en imposant une Transition de rupture.
Oui, dans les organes et institutions ou en dehors nous imposerons une Transition de rupture avec l’ordre ancien est ses pratiques assassines contre notre Peuple.
Nous poserons les bases solides d’une refondation du Mali basée sur des objectifs clairs dont :
Ancrage durable du Mali dans la paix, la sécurité, l’unité nationale, le recouvrement de l’intégrité du territoire national et de la souveraineté du Mali ;
Gouvernance vertueuse : fondée sur une lutte implacable contre la corruption, le traitement diligent des rapports de vérification (ceux disponibles et ceux élaborés pendant la transition) ; l’audit des finances publiques (dont celui de la dette) ,des institutions de la république , des ministères et grandes structures publiques et de l’aliénation du patrimoine de l’Etat ;
Consolidation de notre système démocratique : réformes politiques et institutionnelles ; organisations d’élections crédibles ;
Consolidation de l’Etat de droit : procès crime de sang ; reforme et renforcement des capacités de la justice ; accès à et bonne distribution de la justice
Amélioration des conditions de vie des populations par, entre autres mesures, le retour de l’Etat sur l’ensemble du territoire national, la relance de l’économie et le soutien aux secteurs sinistrés par le Covid-19.
Dans cette optique nous pèserons de toutes nos forces sur le processus de gouvernance par des actions ciblées :
Soutien aux mesures des autorités de transition favorables à la refondation du Mali ;
Contestation vigoureuse des mesures de maintien ou de renforcement des mauvaises pratiques de gouvernance non favorables à la refondation ;
Exercice de pressions pour la prise de mesures porteuses de refondation.
L’idéal aurait été que les acteurs du changement, dans le cadre des organes de la Transition, mettent en œuvre le changement. Oui, nous avons voulu être les principaux responsables de la transition pour imprimer notre vision à la marche des affaires. Sans complexe et en toute légitimité.
Dans cette optique et toujours en toute légitimité le M5-RFP réclame, comme un dû, la présidence et le quart des membres du Conseil national de Transition pour encore une fois se donner les moyens politiques et institutionnels du changement et de la refondation.
En toute hypothèse, militantes et militants du M5-RFP le Comité stratégique, au nom de l’ensemble des composantes du Mouvement, invite les maliennes et maliens à rester mobilisés et déterminés pour une rupture véritable avec l’ancien système qui perdure et pour un changement réel par la Refondation du Mali.
Nous vous remercions de votre attention.

Bamako, le 24 octobre 2020
Pour le Comité stratégique du M5-RFP

Choguel K. Maïga

Commentaires via Facebook :

32 COMMENTAIRES

  1. Choguel ( BACCALAURÉAT MOUSSA ) , tu vas savoir que c’était la CMAS qui vous permettait de rassembler des foules dans les rues et partout au Mali et cela à cause de l’islam où des fanatiques n’hésitaient pas à se faire tuer parce qu’ils iraient au Paradis. D’ailleurs vous l’avez toujours su en vous alliant à la CMAS et en élevant Mohamoud Dicko au rang de personne morale et en faisant le siège de la CMAS votre siège , tout ça n’est pas gratuit .
    Continuez à vous rassembler sans la CMAS et vous allez vous ridiculiser.

  2. Bonjour,

    Merci le Roi Biton de Ségou de votre message. Calmez-vous en faisant l’effort de comprendre.

    Mali : ATTENTION, IL PEUT Y AVOIR D’AUTRES TYPES de Farabougou ou d’OGOSSAGOU, Prévenir au lieu de guérir.

    Bonjour,
    L’attaque terroriste et la séquestration de Farabougou étaient prévisibles.

    En effet, l’impunité suite principalement aux deux attaques d’Ogossagou et suite aussi à d’autres attaques au centre est la CAUSE directe de l’attaque de Farabougou et de la séquestration associée.

    Le 16 février 2020, en tant que débatteur sur Africable, débat du dimanche, j’avais dit que si suite à l’attaque du 14 février 2020, deuxième attaque d’Ogossagou, les sanctions ne sont pas infligées aux auteurs, il y aura d’autres types d’Ogossagou. Le cas de Farabougou est induit par l’impunité suite, entres autres, aux attaques d’Ogossagou.
    Qui est responsable ?
    La milice Dan Nan Ambassagou était pointée du doigt par les enquêtes, en particulier celles de la Minusma, de HRW et du gouvernement mais n’a pas été sanctionnée malgré qu’elle soit frappée d’une dissolution prononcée par le gouvernement qui n’a jamais eu lieu.

    La milice partenaire du gouvernement de SBM/IBK n’a jamais été inquiétée. Le gouvernement Boubou Cissé a essayé de la contrecarrer sans résultat. Depuis le coup d’état, elle a essayé d’intimidation à intimidation de se faire parrainer par les FAMAs : elle a même stipulé et menacé qu’elle risque d’aller en dissidence comme la CMA. Comme le gouvernement ne réagit pas à Ça, qui pourrait être considéré comme des provocations, elle réveille, aidée, par des forces obscures, les vieux affrontements intercommunautaires, Peuls-Dogons (Dozos)/Bambaras comme allibi pour causer des affrontements dans certains villages ou communes OU pour occuper certains villages ou communes. C’est le cas des affrontements intercommunautaires à Farabougou où les Peulhs se sont faits aidés par les djihadistes d’Amadou Kouffa. D’où l’occupation de Farabougou par ces djihadistes pendant les 17 jours.

    En ayant agi pour libérer Farabougou, c’est comme si le gouvernement a opté pour aider les Peulhs or il avait refusé, implicitement, malgré les menaces à la dissidence, l’aide à la milice Dan Nan Ambassagou (qui est du côté des Dogons et Bambaras).

    Le problème va donc se compliquer, il faut obligatoirement convoquer une concertation intercommunautaire en invitant tous les acteurs pour une solution impartiale à équidistance de toutes les communautés, pronée la réconciliation nationale entre f r ères et sœurs des mêmes régions, du même pays. Cette concertation nationale pourra être le prélude à la concertation nationale pour la réconciliation entre Maliens dont un volet doit être dédiée au dialogue avec les djihadistes.
    Agissons vite pour éviter la poursuite de la spirale de révoltes, de l’enlisement et pour que les forces obscures n’aient pas le temps de réagir.
    Évitons qu’il y ait encore d’autres types de Farabougou et d’Ogossagou, particulier dans les régions de Ségou, Mopti et dans le Nord.
    Bien cordialement
    Dr Anasser Ag Rhissa, expert TIC, Gouvernance et Sécurité,
    TEL 78731461

  3. kinguiranke, il faut un partage equitable du pouvoir! ON NE PEUT PAS MARGINALISER LA PREMIERE ETHNIE DU MALI ET PRETENDRE QUE TOUT VA BIEN!
    EST-CE QUE TOUTES LES ETHNIES DU MALI SE RECONNAISSENT DANS LES INSTITUTIONS DE LA TRANSITION? J’AI MES DOUTES!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • MALANKOLON DEN, il n’y a as de premiere ou de derniere ethnie au Mali, il y a des Maliens, et la valeur intrainseque de chaque Malien doit definir la place qu’elle/il occupe, arretes ton racisme primaire et ton communautarisme idiot! Au 21 eme siecle nous n’avons pas besoins de ses pensees primitives, de grace! Le partage du pouvoir c’est faux car tu parles du partage du gateau! Enfant tare!

      • Il y a des maliens mais IL N’ Y A PAS DE MALIENNE! O DE’ TE’ WA???
        Tu es con au point ou’ tu ne sais pas comment repondre!
        intrainseque??????????????????????????? Espece d’ane!!!!
        INTRINSEQUE IS BETTER!!!

          • INTRAINSEQUE?????? TU TE DIS DOCTEUR!
            MOR! TOU! FALI!!!!!
            ITE’ FOY DON!!!!
            MOURA DE’ BE’ IKOUNGOLO KONO!!!!
            INTRINSEQUE IS BETTER!!!!
            ESPECE D’ANE!

  4. Bonjour,

    Concernant le choix du président de la transition, Malick Diaw, avait mis de côté les règles, il s’agissait d’une compétition entre compétences et profils qu’il fallait décrire dans des dossiers à mettre à la disposition du collège de transition chargé de choisir le candidat idoine. Au lieu de fournir des dossiers de candidatures, il avait préféré imposé ses candidats au collège et piétiné le seul dossier qui avait été enregistré, celui de Dr Anasser Ag Rhissa, qu’il a extorqué de force de sa victoire au poste de président de la transition : grotesque. A cause de ce vol, Malick Diaw ne doit pas être président du conseil national de transition. Un membre intégre du M5 RFP ou de la société civile serait le bien venu.

    Par Dr Anasser Ag Rhissa, ex candidat extorqué au poste de président de la transition, TEL 78731461

  5. La présidence du cnt doit revenir au m5 ou a une personnalité civil mais pas un militaire Un militaire digne ne doit pas faire de la politique sauf en cas de retraite

  6. LES MILITAIRES ONT LA FORCE DU CANON ET ILS FERONT CE QU’ILS VEULENT JUSQU’AU PROCHAIN COUP D’ETAT! TANT QUE DIAW CONTROLE KATI ET GOITA CONTROLE LES FROCES SPECIALES, ILS FERONT CE QU’ILS VEULENT!!!!!
    L’ETHNIE BAMANAN EST COMPLETEMENT OUBLIE’E. LE PM EST FOULA. ON VEUT CONFIER LE CNT AU FOULAKE’ DIAW. LE FOULAKE’ MAMOUDOU DICKO JOUE LE DIEU! LE MIANKE’, LE BOBOKE’ ET LE FOULAKE’ ONT MEME LE COURAGE DE DEFIER LA PLUS GRANDE ETHNIE DU MALI (L’ETHNIE BAMANAN) EN REFUSANT D’ENVOYER LES FAMAS POUR SAUVER FARABOUGOU. BON, ON ME DIRA QUE LES FAMAS SONT A’ FARABOUGOU ET ELLES ONT MEME FAIT TOMBER DES…. PLUIES DE …. VIVRES SUR CETTE LOCALITE’! LA QUESTION EST: APRES COMBIEN DE JOURS?
    IL Y A ABSOLUMENT UN GENOCIDE EN PREPARATION CONTRE L’ETHNIE BAMANAN . LES MALIENNES ET LES MALIENS DE TOUTES LES ETHNIES ET DE TOUTES LES RACES DOIVENT S’OPPOSER A’ CETTE ENTREPRISE CRIMINELLE QUI EST EN PREPARATION!!!!!!
    BAMANANDEN FOUGAROUW QUI ONT SUPPORTE’ CETTE CLIQUE DE VOYOUS (M5-RFP), SONT PARMI LES RESPONSABLES DU CRIME EN PREPARATION CONTRE MON ETHNIE BAMANAN! NOUS VOUS OBNSERVONS DE TRES PRES !!!!! NOUS COMBATTONS ET NOUS CONTINUERONS A’ COMBATTRE TOUTES LES VIOLATIONS FLAGRANTES DES DROITS DE L’HOMME AU MALI!!!!
    GOITA, BA DAW,OUANE ET DIAW, JE VOUS TIENDRAI PERSONNELLEMENT RESPONSABLES DE TOUS LES CRIMES QUI SERONT COMMIS CONTRE LES BAMANAW PARCE QUE TOUT SIMPLEMENT ILS SONT BAMANAW!!!!!
    JE SUIS BAMANAN ET J’EN SUIS TRES FIER!!!!!
    JE N’AI PAS VU LE MOUVEMENT PULAKO DE TANTIE ADAM BA KONARE’ DEFENDRE FARADOUGOU!
    ADAM BA KONARE’, FARADOUGOU EST AU MALI!!!!! JUST IN CASE YOU FORGOT!!!!!!

    • En ecoutant un idoit comme le roi MAUDIT de segou nous allons directement vers la conclusion que le Communautarisme va amener le Mali au cimetiere. Nous sommes Bamanan, Soninke, Bobo, Minianka, Bozo, Sonrai, Thamacheck, Kel Tamacheck, Somono, Khassonke, Arabe, Maninka, Senoufou, Dogon, Dafing, Fulfulbe, etc, c’est la diversite notre force comme pays et si nous allons permettre cette diversite de nous diviser alors il faut oublier la nation Malienne, il faut se souvenir que notre devise reste: Un Peuple, un But et une Foi.

      • La diversité ne sera jamais notre force si, comme vous le soutenez, nous acceptons le vol, la malhonnêteté dans les relations entre nous. Incroyable.

        Dr Anasser

        • Tu peux aller regler ton compte personnel avec Diaw mais la diversite reste notre force et si nous l’utilisons pas alors c’est la perte de toute notre nation Malienne!

      • KINGUIRANKE’, FALIKE’ KOROBA, IDOIT?????????
        C’EST VRAI QU’UN IDIOT NE SAIT PAS COMMENT ECRIRE LE MOT IDIOT!!!!!
        MOR! TOU!!!! ESPECE D’IDIOT!!!!

    • Mali : ATTENTION, IL PEUT Y AVOIR D’AUTRES TYPES de Farabougou ou d’OGOSSAGOU, Prévenir au lieu de guérir.

      Bonjour,

      L’attaque terroriste et la séquestration de Farabougou étaient prévisibles.

      En effet, l’impunité suite principalement aux deux attaques d’Ogossagou et suite aussi à d’autres attaques au centre est la CAUSE directe de l’attaque de Farabougou et de la séquestration associée.

      Le 16 février 2020, en tant que débatteur sur Africable, débat du dimanche, j’avais dit que si suite à l’attaque du 14 février 2020, deuxième attaque d’Ogossagou, les sanctions ne sont pas infligées aux auteurs, il y aura d’autres types d’Ogossagou. Le cas de Farabougou est induit par l’impunité suite, entres autres, aux attaques d’Ogossagou.

      Qui est responsable ?

      La milice Dan N’a Ambassagou était pointée du doigt par les enquêtes, en particulier celles de la Minusma, de HRW et du gouvernement mais n’a pas été sanctionnée malgré qu’elle soit frappée d’une dissolution prononcée par le gouvernement qui n’a jamais eu lieu.

      La milice partenaire du gouvernement de SBM/IBK n’a jamais été inquiétée. Le gouvernement Boubou Cissé a essayé de la contrecarrer sans résultat. Depuis le coup d’état, elle a essayé d’intimidation à intimidation de se faire parrainer par les FAMAs : elle a même stipulé et menacé qu’elle risque d’aller en dissidence comme la CMA. Comme le gouvernement ne réagit pas à Ça qui pourrait être considéré comme des provocations, elle réveille, aidée, par des forces obscures, les vieux affrontements intercommunautaires, Peuls-Dogons (Dozos)/Bambaras comme allibi pour causer des affrontements dans certains villages ou communes OU pour occuper certains villages ou communes. C’est le cas des affrontements intercommunautaires à Farabougou où les Peulhs se sont faits aidés par les djihadistes d’Amadou Kouffa. D’où l’occupation de Farabougou par ces djihadistes pendant les 17 jours.

      En ayant agi pour libérer Farabougou, c’est comme si le gouvernement a opté pour aider les Peulhs or il avait refusé, implicitement, malgré les menaces à la dissidence, l’aide à la milice Dan Nan Ambassagou.

      Le problème va donc se compliquer, il faut obligatoirement convoquer une concertation intercommunautaire en invitant tous les acteurs pour une solution impartiale à équidistance de toutes les communautés, pronée la réconciliation nationale entre f r ères et sœurs des mêmes régions, du même pays. Cette concertation nationale pourra être le prélude à la concertation nationale pour la réconciliation entre Maliens dont un volet doit être dédiée au dialogue avec les djihadistes.

      Agissons vite pour éviter la poursuite de la spirale de révoltes, de l’enlisement et pour que les forces obscures n’aient pas le temps de réagir.

      Évitons qu’il y ait encore d’autres types de Farabougou et d’Ogossagou, particulier dans les régions de Ségou, Mopti et dans le Nord.

      Bien cordialement

      Dr Anasser Ag Rhissa, expert TIC, Gouvernance et Sécurité,
      TEL 78731461

      • Message ci-dessus adressé au Roi Biron de Ségou.

        Calmez-vous en essayant de comprendre.

        Bien à vous.

        Dr Anasser Ag Rhissa, TEL 78731461

  7. Bonjour,

    Concernant le choix du président de la transition, Malick Diaw, avait mis de côté les règles, il s’agissait d’une compétition entre compétences et profils qu’il fallait décrire dans des dossiers à mettre à la disposition du collège de transition chargé de choisir le candidat idoine. Au lieu de fournir des dossiers de candidatures, il avait préféré imposé ses candidats au collège et piétiné le seul dossier qui avait été enregistré, celui de Dr Anasser Ag Rhissa, qu’il a extorqué de force de sa victoire au poste de président de la transition : grotesque. A cause de ce vol, Malick Diaw ne doit pas être président du conseil national de transition.

    Par Dr Anasser Ag Rhissa, ex candidat extorqué au poste de président de la transition, TEL 78731461

    • Moi je pense le contraire qu’a cause de ce vol que je trouve legitime Diaw doit etre President du CNT. Merci pour ta comprehension.

      • Vous applaudissez pour un voleur. Incroyable, je ne vous comprends pas.

        Sur quelles bases voulez vous que les Maliens s’entendent si l’honnêteté, la probité n’ont plus de sens. Vous êtes opposés au Président de la transition Ndaw pour qui la probité est une valeur centrale.

        Si Malick Diaw devient président plusieurs Maliens, dont moi même, ne seront pas membres du CNT

        Évitez la politique d’exclusion
        Et le vol.

        Bien à vous.

        Dr Anasser Ag Rhissa
        TEL 78731461

        • La femme ou l’homme qu’il faut a la place qu’il faut doit etre la regle! Ce n’est pa de l’exclusion c’est le jugement sur la valeur intrainseque de l’individu!

          • Vous avez raison mais quand on cache le dossier de candidature à ceux qui doivent sélectionner le candidat idoine, on ne peut juger sur la valeur intrinsèque de l’individu.

            Oui, l’Homme qu’il faut à la place qu’il faut mais travailler à base de critères de sélection sur des dossiers de candidature.

            Soyons impartiaux et honnêtes.

            Dr Anasser Ag Rhissa, TEL 78731461

    • Mon cher “parent” Annaçer ag-Ghiça de Djebegh/tilemsi de Gao;

      Je suis d’accord avec Bourama Sidibé, qui écrit, en commentaires de tes déclarations répétitives/redondantes et farfelues, voire “folles”, je le cite: “Vous faites honte à tous les maliens par vos luttes inutiles” et j’ajouterai que Annaçer, l’intellectuel malien touareg, expert en TIC, fait honte à la toumast/identitaire noble des kel Tamacheqh en écrivant n’importe quoi sur ce site web sérieux et bien lu.

      Leçon de morale de AG AZAMANE à Annaçer: “la parole est d’argent, le silence est d’or”, ou, “mieux vaut remuer 1000 fois sa langue avant de proférer des inepties qui rabaissent leur auteur”.

      Sincèrement,

      • Bonjour,

        Je suis très étonné par votre prise de position Ag Azamane car vous semblez n’avoir pas compris ce qu’avait fait Malick Diaw qui avait caché mon dossier de candidature au collège de sélection du président de la transition. Donc, cher Ag Azamane, mon dossier n’a pas du tout été présenté au collège de sélection le 21 septembre or il avait été enregistré le 04 septembre. Mahmoud Dicko et d’autres membres du collège de transition qui avaient reçu mon dossier de candidature au poste de président de la transition, lors des concertations nationales, m’ont même dit qu’ils étaient étonné. Mais Malick Diaw leur a dit qu’il n’y avait aucun dossier de présenter pour ce poste de président de la transition, ce qui est une contre vérité. Vous acceptez un tel vol ? Ce n’est pas grave mais c’est décevant de votre part. Quand on élimine un candidat en ayant regardé son dossier, pas de problème si on trouve que son dossier n’est pas bon mais le cacher, nier qu’un dossier avait été déposé pour le poste de président de la transition, c’est du vol. J’ai avec moi la paraphe de mon dossier quand je l’avais déposé au QG d’enregistrement des candidatures du CNSP à Kati, à l’état major.

        C’est le monde à l’envers, au lieu de s’en prendre au voleur, on attaque la victime.

        Je connais la valeur de la dignité et de l’honneur. Mais l’honneur, c’est aussi de sauver le pays de celui (ou ceux) qui vole (ent) en tentant de dissimuler tout. Se voiler la face devant de tels agissements ou les cacher, c’est cela le déshonneur.

        Attention, la probité, c’est à dire l’honnêteté, est une valeur qui ne peut être bradée. Si ce n’est pas ton problème, tu m’inquiètes et j’en prends note.

        Pas grave, mon cher f r e r e, la vie continue. Si tu avais lu la lettre ouverte que j’ai écrite depuis le 02 octobre pour expliquer ce qui s’était passé, tu aurais vu qu’en ce qui me concerne, j’ai dépassé cet événement et j’ai même appelé à soutenir la transition et son leadership. Malgré tout comme dit le président de la transition Mbah NDAW, la probité doit être mise en avant. C’est pourquoi, Malick Diaw ne doit pas être président CNT. Chacun est responsable devant Dieu de son jugement. Merci.

        Dr Anasser Ag Rhissa, ex candidat extorqué de force de sa victoire au poste de président de la transition, TEL 78731461

        • Bonjour,

          Je suis très étonné par votre prise de position Ag Azamane car vous semblez n’avoir pas compris ce qu’avait fait Malick Diaw qui avait caché mon dossier de candidature au collège de sélection du président de la transition. Donc, cher Ag Azamane, mon dossier n’a pas du tout été présenté au collège de sélection le 21 septembre or il avait été enregistré le 04 septembre. Mahmoud Dicko et d’autres membres du collège de transition qui avaient reçu mon dossier de candidature au poste de président de la transition, lors des concertations nationales, m’ont même dit qu’ils étaient étonnés.

          Mais Malick Diaw leur a dit qu’il n’y avait aucun dossier de présenter pour ce poste de président de la transition, ce qui est une contre vérité.

          Vous acceptez un tel vol ? Ce n’est pas grave mais c’est décevant de votre part. Quand on élimine un candidat en ayant regardé son dossier, pas de problème si on trouve que son dossier n’est pas bon mais le cacher, nier qu’un dossier avait été déposé pour le poste de président de la transition, c’est du vol. J’ai avec moi la paraphe de mon dossier quand je l’avais déposé au QG d’enregistrement des candidatures du CNSP à Kati, à l’état major.

          C’est le monde à l’envers, au lieu de s’en prendre au voleur, on attaque la victime.

          Je connais la valeur de la dignité et de l’honneur. Mais l’honneur, c’est aussi de sauver le pays de celui (ou ceux) qui vole (ent) en tentant de dissimuler tout. Se voiler la face devant de tels agissements ou les cacher, c’est comme si on est complice, c’est cela le déshonneur.

          Attention, la probité, c’est à dire l’honnêteté, est une valeur qui ne peut être bradée. Si ce n’est pas ton problème, tu m’inquiètes et j’en prends note.

          Pas grave, mon cher f r e r e, la vie continue. Si tu avais lu la lettre ouverte que j’ai écrite depuis le 02 octobre pour expliquer ce qui s’était passé, tu aurais vu qu’en ce qui me concerne, j’ai dépassé cet événement et j’ai même appelé à soutenir la transition et son leadership. Malgré tout comme dit le président de la transition Mbah NDAW, la probité doit être mise en avant. C’est pourquoi, Malick Diaw ne doit pas être président du CNT. Chacun est responsable devant Dieu de son jugement. Merci.

          Dr Anasser Ag Rhissa, ex candidat extorqué de force de sa victoire au poste de président de la transition, TEL 78731461

      • Désolé le message de Bourema Sidibé ne s’adresse pas à moi mais à l’auteur de l’article.

        Ouvrez les yeux et ayez du dissernement.

        Par Dr Anasser

  8. Avec un quart vous ne pouvez pas avoir la presidence sauf si on est pas en demcratie ?
    Reflechissez les leaders avant de se prononcer , si on fait une election entre un quart et 3 quart qui gagnera ?

  9. ” … nous avons voulu être les principaux responsables de la transition pour imprimer notre vision à la marche des affaires. Sans complexe et en toute légitimité.
    Dans cette optique et toujours en toute légitimité le M5-RFP réclame, comme un dû, la présidence et le quart des membres du Conseil national de Transition pour encore une fois se donner les moyens politiques et institutionnels du changement et de la refondation… ” … ///…

    :
    ” Le M5-RFP réclame, comme un dû, la présidence et le quart des membres du Conseil national de Transition “.
    C’est légitime.
    Surtout ne vous faites pas doubler cette fois !

    Vivement le Mali pour nous tous.

  10. Choguel et M5 RFP, recevez le message ci-dessous publié sur les réseaux sociaux et internet

    Bonjour,
    D’accord pour la présidence du CNT (Conseil National de Transition) et le quart de ses membres au M5 RFP.

    Cette présidence du CNT ne peut etre donner à Malick Diaw car :
    Le vice-président du CNSP, Malick DIAW, a brillé par des combines malhonnetes, donc, contraires à la probité. C est lui qui a dit sur les antennes de l ORTM qu il n y avait aucune candidture déposée pour le poste de président de la transition OR Dr Anasser Ag Rhissa avait déposé sa candidature pour ce poste de président de la transition au Mali le 04 septembre 2020 : candidature enregistrée au QG du CNSP à l état major de Kati. J avais aussi déposé un double de ma candidature le 30 aout 2020 au protocole du CNSP à Kati. Le 01 septembre 2020, j étais parti à Kati, au CNSP, pour rencontrer le président du CNSP, SEM GOITA, que je n ai jamais pu voir alors que c était lui qui avait demandé à un de ses agents du CNSP de m appeler et de me dire de venir le voir quand je voudrai. Ce jour là un jeune du M5 RFP avec lequel j avais partagé le plateau pour une émission de la télé Cherifla TV sur la transition, m a vu au CNSP et était venu à ma rencontre pour m informer que c était SEM Malick Diaw qui m aurait montré à lui en lui disant que c était Dr Anasser Ag Rhissa. Comment avait-il su car je ne l avais jamais rencontré auparavent. ? C était parce qu il savait que j étais candidat au poste de président ou bien premier ministre de transition. En plus, j étais le seul candidat enregistré au QG du CNSP pour le poste de président de la transition. Il avait vu mon dossier de candidature. Malgré tout, SEM Malick Diaw avait nié et caché sur LES antennes de l ORTM qu il y avait ma candidature enregistrée pour le poste de président de la transition, c est une contre vérité grotesque. C était lui qui était à origine de mon extorsion (élimination de force) de ma victoire au poste du président de la transition. Le collège de transition, auquel j avais remis à la plupart des membres mon dossier de candidature au poste de président de la transition, lui avait demandé s il y avait des candidats enregistrés pour ce poste de président de la transition, SEM Malick Diaw a répondu négativement. Alors qu il voulait imposé une candidature non inscrite et n ayant pas de dossier, le collège avait rétorqué qu ils n ont reÇu aucun dossier de leur part et n ont eu aucune discussion sur le dossier imposé donc le CNSP doit prendre ses responsabilités et les assumer. Ils ne pourront qu accompagner. C est ainsi que les choix du président et du vice-président avaient été imposés par SEM Malick Diaw du CNSP au collège de transition. Avec ce type de contre vérités, peut-on etre président du CNT (Comité National de Transition) ? En principe, NON. Voilà la concrétisation du putsch du 18 aout 2020, faite par SEM Malick Diaw devant le peuple Malien sur l ORTM, la télévision nationale, à l heure de grande écoute. N acceptons pas cette Présidence du CNT par Malick Diaw au risque d avaliser une nouvelle fois le putsch.
    Respectons les Maliens.
    Recevez un lien pour comprendre en détail comment Dr Anasser Ag Rhissa a été extorqué (éliminé de force) de sa victoire et a perdu ainsi le poste de président de la transition au Mali.
    Cliquez deux fois sur le lien suivant ou copiez le dans un navigateur et cliquez dessus :
    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=3264267263626401&id=100001294777823&_rdr

    Si Malick Diaw devient président du CNT, plusieurs Maliens, dont Dr Anasser Ag Rhissa, refuseront d’etre membres du CNT.

    Dr Anasser Ag Rhissa, expert TIC, Gouvernance et Sécurité, ex candidat extorqué de force de sa victoire au poste de président de la transition, TEL 78731461

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here