Humeurs de DĂ©cembre : Nous osons croire

0

Fin DĂ©cembre s’approchant Ă  grands pas avec son lot de profession de «salamalecs» divers, de fĂȘtes et surtout de pardon,  nous osons espĂ©rer, nous autres qui avons  encore le courage de suivre assidument les Ă©missions de l ‘ORTM, Ă  une rĂ©surrection  de cet organe Ă©tatique qui devient de jour en jour un organe de propagande digne de l’époque nazie de Goebbels.

Il nous revient donc  par devoir de mĂ©moire de      dĂ©noncer, toujours  dĂ©noncer la politique de caporalisation des «esprits» qui s’installe de plus en plus par le fait des autoritĂ©s de tutelle.

A propos de la querelle infantile qui a opposĂ© IBK Ă  lui-mĂȘme,  aucun droit de rĂ©ponse Ă  la diatribe du MandĂ© massa  n’est passĂ© sur l’ORTM (organe d’Etat pourtant) car dirigĂ© de main de maitre par Choguel Kokalla, l’ancien animateur du COPPO contre IBK en 1997; ancien directeur de campagne d’ATT en 2002 contre IBK et TiĂ©blĂ©, reconverti  en laudateur du rĂ©gime IBK en 2015. Quelle mĂ©tamorphose du chef des Tigres en si peu de
. RĂ©gimes !

Aussi, sont-ils en train de nous administrer par petites doses homĂ©opathiques, l’idĂ©e du monarque absolu Ă©lu
, pardon,  envoyĂ© par le Dieu MisĂ©ricordieux, tel Moise,  pour sauver les Maliens des flots. Que nenni ! Si non, pourquoi cette image  du PrĂ©sident IBK en slogan de campagne aprĂšs celle du premier prĂ©sident de la RĂ©publique Modibo Keita aprĂšs juste le jingle des diffĂ©rents journaux tĂ©lĂ©visĂ©s de 13h et  20 h ? Pauvre de nous !

L’ORTM doit pourtant savoir raison garder et surtout, se rappeler les «annĂ©es de braise» de 1991 quand le peuple acceptait son mea-culpa aprĂšs la victoire de la dĂ©mocratie
. Mais autres temps, autre rĂ©gime !

Aussi Ă  l’approche de fin DĂ©cembre, mois de chrĂ©tientĂ© et de pĂ©nitence par excellence, des vƓux et des espoirs, nous espĂ©rons sur une mue de l’ORTM en 2016 afin qu’il devienne une voix plurielle
.comme l’a voulu la rĂ©volution des annĂ©es 1991.

Nous espĂ©rons, parmi les cadres de l’Etat, plus de sĂšve juvĂ©nile afin de dire au revoir, tant soit peu dans notre Administration, Ă  ces semblants de faux dĂ©parts Ă  la retraite
qui s’avĂšre ĂȘtre la grosse combine qui consiste Ă  reprendre en contractuels des agents rĂ©guliĂšrement admis Ă  la retraite alors que tous les droits  sont dĂ©jĂ  rĂ©glĂ©s et payĂ©s. Sur ce registre EDM  SA  qui s’avĂšre la sociĂ©tĂ© de pointe doit prendre exemple sur l’INPS, son voisin d’en face qui a organisĂ© il y’a quelques exercices passĂ©s, avec plus ou moins de succĂšs,  un dĂ©part nĂ©gociĂ© de ses agents d’un certain Ăąge.

Nous espĂ©rons que nos hommes de foi grandiront plus et prierons beaucoup plus Ă  cĂŽtĂ© de l’arbre de NoĂ«l et dans nos MosquĂ©es  pour le bonheur du peuple et non plus seulement pour le bonheur et la santĂ© du souverain


Certains de nos Ministres, trĂšs compĂ©tents d’ailleurs gagneraient mieux Ă  ĂȘtre modestes et moins «nombrilistes» afin de ne pas paraĂźtre aux yeux des Maliens  comme des extra-terrestres sortis directement d’un film Nollywoodien.

Enfin, que tous nos Ă©rudits et hommes de bonne foi dĂ©laissent la politique «politicienne» et prient pour la rĂ©alisation des grandes Ɠuvres entreprises  pour «le bonheur et l’honneur des Maliens».

B. Sidibé

PARTAGER