Invité sur le plateau de «la parole à tous» de la radio donko FM: Me Bathily fustige le comportement des familles fondatrices et des religieux

2

Invité de l’émission débat : « la parole à tous » de la radio Donko, animée par notre confrère Aliou Touré, ce dimanche 30 juin 2019, Me Mohamed Aly Bathily, président des APM et non moins ancien ministre de la Justice ; des Domaines s’est prononcé sur les sujets brûlants de la situation actuelle du pays.

De prime abord, le président des Associations Pour le Mali a appelé les Maliens à réfléchir sur le départ de la crise du centre, notamment Mopti, avec le prédicateur Amadou Kouffa. Au départ, Kouffa menait une guerre religieuse, tuant aussi des Peuls, rappelle le ministre. Donc, ce n’est pas un conflit ethnique. « Nous devons réfléchir sur les conflits de Mopti », recommande-t-il. Maitre Bathily pense qu’Amadou Kouffa est en complicité avec IyagAgaly car, ils mènent tous une guerre religieuse. Un moyen pour Iyad d’être tranquille au Nord, semant l’instabilité au centre. Car, il est conscient que si l’ensemble du pays est tranquille, les autorités feront face à la situation du Nord.  A titre illustratif, les deux hommes se sont enfuis ensemble après l’intervention des forces françaises à Konna.

Maitre Bathily regrette que cette question de crise ne soit pas discutée au sommet de l’Etat. A en croire, Bathily, les ministres ignorent la situation du Nord. A ses dires, le conseil des ministres ne s’attelle pas à la question ; en tout cas tout le temps qu’il a passé dans le gouvernement. Le gouvernement malien n’est pas du tout bien impliqué dans la résolution de cette crise, dit-il.

« Le gouvernement du Mali ne pourra pas résoudre cette crise du centre car, la question n’est pas sérieusement débattue dans le gouvernement », laisse-t-il entendre.

Pour Mohamed Ali Bathily, cette crise ne peut être résolue que par des notabilités dans les zones concernées et qui méritent le respect et la considération des leurs. Et d’ajouter qu’elles doivent être libres dans leur mission, sans être monopolisées par le gouvernement. Mais le constat est amer. Ceux qui viennent au nom du gouvernement sont la plupart des cas des gens qui, depuis leur jeune âge, ont conduit les dialogues au temps d’ATT. Pour lui, ces acteurs sont dépassés. Ils ne sont que des stratèges pour faire sortir de l’argent au nom du dialogue national et de la réconciliation. Pire, ils oublient parfois même de changer les dates des anciens rapports qu’ils ont reconduits.  Ce ne sont que des chercheurs de perdiem, dénonce Bathily.

Concernant les tueries du centre et du nord, monsieur le ministre dénonce le silence des Maliens et leurs inactions face à ces pratiques inhumaines. Il s’inquiète de l’occupation du reste du pays. Aux dires de Bathily, les Maliens sont en train d’assister à l’instauration progressive de la charia à travers le pays. Il ne se passe un jour sans que certaines localités ne tombent sous la main des intégristes.

Pour l’intégrité du Mali, maitre Bathily appelle tous les Maliens à se lever au lieu d’imputer la responsabilité aux autres. Pour lui, il ne sert à rien de faire de bénédiction à la place des actions. Mieux, des bénédictions facturées à des coups de millions. «On a l’impression même que le Coran est un marché public, un appel d’offre s’il y a des morts, on le fait. Certains leaders religieux se servent que de cette crise pour s’enrichir. On assiste à la trahison du peuple par des autorités religieuses », a indiqué Me Bathily.  Avant de fustiger le comportement des familles fondatrices de Bamako: « Les responsables de cette famille sont en partie responsable de la gravité de la situation. Car, ils ne disent jamais la vérité. Ils ne font que  prendre de l’argent et fermer les yeux sur la réalité des choses… ».  A en croire Me Bathily, il est temps que les autorités religieuses et les chefs traditionnels de Bamako mettent le Mali au-dessus de leurs intérêts personnels. Pour la fin des tueries et la résolution de la crise, Me Bathily n’a pas manqué d’appeler l’ensemble des Maliens à sortir de l’inertie et d’entreprendre un sursaut pour sauver le pays. Conscient du rôle important que jouent les journalistes dans un pays, il a invité la presse à être l’initiateur principal de ce sursaut national.  « Des combats pour les peuples ont été menés par ceux qui sont informés et ceux qui informent », a-t-il conclu.

Oumar Sanogo

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. C’est ce qu’on a toujours dit. On doit écarter ces soit disant hommes de Dieu pour mieux gérer les problèmes de la nation. Autrement ce serait le KO.A cette allure la religion sera un fonds de commerce qui va générer des escrocs en puissance.

  2. Une bonne analyse de Me Bathily sur le Mali. Les maliens ont tendance á croire que Coran et les priéres des chefs religieux peuvent sauver le pays. Seul le travail et la franchise payent dans tous les pays sauf au Mali. Les maliens sont presque tous des mendiants et croient que ce sont les étrangers qui vont construire leur pays. La question est maintenant de savoir si le Mali doit continuer ansi jusqu’en 2023?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here