Mali : deux associations de Magistrats considèrent « très suspecte » la mort de l’agresseur du Président de la Transition

3

Suite à la mort de l’agresseur du Président de la Transition, l’Association malienne des Procureurs et Poursuivants (AMPP) et la Référence Syndicale des Magistrats (REFSYMA) dans un communiqué daté du 29 juillet disent soutenir toute démarche tendant à faire la lumière autour de ce décès.  Les 02 associations de Magistrats dénoncent par la même occasion « l’immixtion maladroite » du Gouvernement dans les affaires judiciaires.

-maliweb.net- La mort de l’agresseur du Président de la Transition n’en finit pas de susciter des débats au Mali. Après la sortie des Associations de Défense des Droits de l’Homme, c’est autour de deux associations de Magistrats de demander des comptes. « Survenue dans des circonstances confuses, dans des locaux autres que ceux de la Police Judiciaire, au cours d’une enquête extra judiciaire » l’Association malienne des Procureurs et Poursuivants (AMPP) et la Référence Syndicale des Magistrats (REFSYMA), dans un communiqué daté du 29 juillet, considèrent « très suspecte la mort » de l’individu présenté comme l’agresseur du président de la Transition, le jour de l’Aïd El Kébir.

Ce décès est comparé par l’AMPP et le REFSYMA comme une « comme une tragédie qui n’honore ni l’Etat de droit, ni la démocratie, encore moins les acteurs de notre Justice ».  Les 02 Associations de Magistrats dénoncent aussi le fait que l’individu n’ait pas été déféré devant le Procureur de la République compétent pour qu’il en soit décidé conformément à la loi.

Quelques soient la gravité des faits, nonobstant la qualité ou la personnalité de la victime, l’AMPP et la REFSYMA disent condamner « tous procédés et méthodes prohibées, notamment toutes formes d’exécution sommaire ». Car pour elles, les affaires strictement judiciaires, y compris celles parfois présentées à tort de sensibles, relevant de la compétence exclusive du Pouvoir Judiciaire, ne doivent être traitées que sous l’angle du seul droit.  Ce qui n’enlève en rien leur volonté et leur détermination à lutter contre l’impunité.

Le président Cheick Mohamed Chérif KONE et ses camarades présentent cette affaire est révélatrice de mauvaise gouvernance et constitutive de pire forme d’atteinte à l’indépendance de la justice et au principe de la séparation des pouvoirs. « Cette tendance marquée du gouvernement à subroger des Services Etatiques étrangers au Parquet, à la Police Judiciaire classique, voire même à s’arroger les prérogatives des procureurs de la république, toutes choses qu’aucun motif ne saurait et ne devrait justifier », déplore le communiqué.

Pour terminer, les 02 Association de Magistrat analysent « le communiqué inapproprié du Gouvernement du Mali, d’une part comme une immixtion maladroite de l’exécutif dans la judiciaire, d’autre part, comme une reconnaissance de son entière responsabilité dans la mort de l’agresseur du Président de la Transition ».

Les autorités n’ont pas encore réagi à ce communiqué de l’Association malienne des Procureurs et Poursuivants (AMPP) et la Référence Syndicale des Magistrats (REFSYMA). Toutefois, dès l’annonce de son décès, le Gouvernement avait demandé une autopsie pour déterminer les circonstances exactes de sa mort.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Quand, dans le Mali, le nôtre, on peut plus traiter de “petits” ceux qu’on peut avoir comme neveux parce que ces derniers se comportent mal, il est temps, pour le vieil homme que je suis, peut-être déphasé, de me retirer des débats, et d’écrire sous ma vraie identité, dans la presse. Ce que j’ai fait, entre autres, de 1997 à 2002, et sans porter de gang. Car je ne renonce jamais à un combat que je juge légitime. Je pense que recadrer ces jeunes officiers l’est. Il s’agit de la survie de tout un pays, toute une nation, tout un pays.
    Je n’ai jamais été salarié de l’état malien, mais c’est peuple, cet état qui a financé mes études du primeur au supérieur, au Mali et à l’étranger. Je lui dois tout, jusqu’au sacrifice ultime.
    Ce pays, je l’ai dit haut et fort en des lieux, hors du Mali, et où peu de Maliens pouvaient le dire, pourtant il y en avait pas mal, de plus âgés, de plus instruits, m’a donné une identité. Même si je crève aux confins du monde, il cherchera à savoir qu’un Malien est mort, et même très mal en point, son astre brille au firmament.
    J’ai dit que des peuples et des nations qui ont subi des siècles de prédations de toutes sortes ne peuvent pas, en cinquante ans d’indépendance, se relever et courir aux mêmes pas que les autres, mais que nous sommes comme un enfant qui apprend à marcher: il tombe, se blesse, se relève, mais qui va finir par marcher et courir pour dépasser ses oppresseurs.
    C’est cela que je souhaite à mon pays, à notre pays. C’est cela que je souhaite à l’Afrique, notre Afrique. Et c’est pour cela que je parle, écris. C’est cela ma foi.
    Dans forum intéressant à plus d’un titre, ce n’est pas parce que je n’aime pas les colonels que je les morigène et les fustige, mais parce que je sais qu’il savent et peuvent mieux faire s’ils se comportent différemment, s’ils ne se laissent pas manipuler par des religieux véreux et des politiciens opportuniste, mais aussi par le faux lustre du pouvoir acquis aux bouts de l’épée. On n’est plus au Moyen-âge et aucune nation ne peut plus se passer d’un respect minimum des règles du jeu de la démocratie. Si l’Occident qu’on fustige à souhait est aujourd’hui en avance sur les autres pays du monde, c’est parce qu’on peut, dans ses rues, sortir et se plaindre même de Dieu sans en courir aucun risque. La liberté est le socle de tout développement, la démocratie, si ses règles sont respectée, évite à un peuple de s’entre-tuer inutilement. Et c’est dans la démocratie et la liberté que le génie de l’homme (avec grand “H”), peut s’épanouir. Les jeunes et les cerveaux de l’Afrique ne fuient pas seulement la pauvreté, ils fuient l’iniquité et l’oppression.
    Je présente mes excuses sincères à Papy et à toutes celles et ceux auxquelles/auxquels j’aurais causé le moindre tort.
    Merci à toutes et à tous.
    Général Kilikan Sosso

    • Jeune frere, tu n’as toujours rien compris! Nos voyous de la republique n’ aiment pas le gang arme’ de Kati!!! Ils font semblant de l’aimer a’ cause de leurs interets personnels! HARI SINI s’il y a un autre coup d’etat, ils seront les premiers a’ applaudir les nouveaux maitres!!!!!!!!!!!!! MALI KO TE’, YERE’ KO DON!!!

Répondre à LE ROI BITON DE SEGOU Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here