Mali-EPU 2013 09 des 112 recommandations restent «sans avis»

0

Sur les 112 recommandations  que l’Etat du Mali  a acceptées à la suite de la session 2013 de l’examen périodique Universel (EPU 2013), 09 restent encore « sans avis », 76 sont en cours  d’exécutions et 27 sont déjà exécutées, bien entendu par le Mali. Les chiffres sont de la COMADDH (Coalition Malienne des Défenseurs des Droits Humains) laquelle, avec l’appui de ses partenaires dont l’ONG Freedom House,  a récemment  effectué une enquête  sur l’état de mise desdites recommandations.

L’examen périodique Universel (EPU), rappelons-le, c’est ce programme du conseil des droits de l’Homme des Nations Unies à travers lequel tous les pays membres de l’ONU sont examinés chaque quatre ans et demi sur les questions relatives à l’état des droits de l’Homme. Et à la suite de l’examen, le conseil soumet  des recommandations à l’endroit des Etats qui se doivent de mettre en œuvre avant la prochaine édition. Le Mali a été examiné deux fois, respectivement en 2008 et en 2013. A l’issue de ce dernier examen,  les autorités maliennes ont accepté 112 recommandations sur 125 qui leur avaient été soumises.

Du rapport d’enquête  de la COMADDH sur l’état de mise  en œuvre des 112 recommandations de l’EPU du Mali en 2013, il ressort que 09 recommandations sont « non exécutées » ou « sans avis » soit un taux de 08, 03% ; 67,86% pour les 76 recommandations en cours d’exécutions et  24,11% pour les 27 recommandations exécutées.

Ladite enquête a concerné les départements ministériels et les résultats  ont été établis sur la base du rapport d’exécution  des recommandations fourni  par ces départements visés.

Au nombre  des  09 recommandations non exécutées figure l’adoption « urgente »  d’une loi visant à interdire la mutilation génitale féminine. Sur ce point, et selon  Mahamane El Moctar, que le gouvernement malien a d’abord  souhaité aller avec un système de sensibilisation et d‘information sur la question en vue d’adopter une loi dans les années à venir.  Mahamane El Moctar est le président de la COMADDH.

Toujours au chapitre des recommandations  non exécutées, il s’agit de  la poursuite par l’Etat du Mali des efforts visant à améliorer la consommation alimentaire  nationale

Le rapport  de l’enquête  menée par la COMADDH sur l’état de mise œuvre  des 112 recommandations  a été rendu public samedi 16 janvier. C’était à la faveur d’une conférence de presse qui, outre  de M. Mahamane El Moctar, était  conjointement animée par Mme Djènèba Sow et M. Thierno Sissoko, tous deux membres  de la COMADDH.  Etait aussi présent M. Herman Diarra, représentant de l’ONG partenaire « Freedom House »

Djibi Karim

PARTAGER