Mali : La CEPE appelle les citoyens à participer au processus de la transition

1

Les Organisations de la société civile membres de la Charte d’Engagement Public pour l’Emergence (CEPE), en collaboration avec le National democratic institute (NDI), ont organisé, le mercredi 02 décembre 2020, à Maeva Palace de Bamako, la conférence d’information de l’étape du district de Bamako sur le rôle des citoyens dans la mise en œuvre des engagements contenus de la feuille de route de la transition. L’objectif général de la conférence est de contribuer à l’éveil des consciences et au renforcement de l’engagement civique des citoyens (les jeunes, les femmes, les personnes vivants avec un handicap-PVH) pour faciliter leur participation aux prochaines réformes électorales et politiques.

Les travaux de cette conférence étaient placés sous la présidence de Dr. Abdoulaye Sall, président de la CEPE et du Cri 2002, en présence du directeur pays NDI, Dr. Badié Hima, des panelistes et d’autres personnalités. Dans ses mots de bienvenue, Dr. Abdoulaye Sall, président de la CEPE et du Cri 2002, a fait savoir que toutes les grandes nations ont traversé des moments difficiles. «Qui parle de participation de citoyen, parle d’information, d’implication, de responsabilisation et d’autonomisation », a souligné Dr. Abdoulaye Sall. A sa suite, Fodié Diakité de la CEPE a souligné qu’après les évènements du 18 août 2020, les nouvelles autorités, dès leur prise de pouvoir, ont entamé des rencontres de concertation avec les anciens présidents du Mali, les partis politiques, les hommes religieux et les organisations de la société civile. Ces rencontres, dit-il, ont été suivies de l’organisation d’une concertation nationale à laquelle l’ensemble des forces vives de la nation ont pris part. Il a rappelé que cette concertation a abouti à l’élaboration d’une feuille de route de la transition qui s’articule autour de six axes principaux notamment : le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national, la promotion de la bonne gouvernance, la refonte du système éducatif, les réformes politiques et institutionnelles, l’adoption d’un pacte de stabilité sociale, l’organisation des élections générales. « En effet, après la nomination du Président, du vice-président et la formation du gouvernement, ces nouvelles autorités se sont engagées à mettre en œuvre ces réformes durant les 18 mois prochains que doit durer cette transition. Alors que, la réussite de ces réformes institutionnelles et politiques nécessite la participation inclusive de toutes les couches de la population malienne, notamment les jeunes, les femmes et les personnes vivant avec handicap. C’est dans ce contexte que, depuis le 16 novembre 2020 la CEPE et ses OSC membres (Cri 2002, ADEFIM, FEMAPH, RJA), en partenariat avec le NDI, ont entamé une conférence régionale pour informer les citoyens sur leurs rôles dans la mise en ouvre des engagements contenus dans la feuille de route de la transition », a-t-il dit. Selon lui, plus de 400 personnes (jeunes, femmes et les personnes vivant avec handicap) sont touchées par ces conférences dont l’objectif est de contribuer à l’éveil des consciences et au renforcement de l’engagement civique des citoyens (les jeunes, les femmes, les PVH) pour faciliter leur participation aux prochaines réformes électorales et politiques. Après les régions de Ségou, Koulikoro, Sikasso, Mopti, Tombouctou, Gao et Kayes, la conférence de Bamako a été animée par Siaka Koné et Adama DEMBELE avec comme modérateur Dr. Abdoulaye Sall, président de la CEPE et du Cri 2002.

LIRE AUSSI: Crise sécuritaire au Mali : Quel impact sur l’accès des populations aux services sociaux de base ?

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Ces Organisations de la société civile membres de la Charte d’Engagement Public pour l’émergence (CEPE) se trompent et semblent ne rien comprendre de ce qui se passe actuellement dans notre très cher Mali d’aujourd’hui. Les comportements des militaires de junte instaurent la non-confiance avec les vrais acteurs de cette transition, quand de telles erreurs se réalisent, l’avancement devient difficile et très difficile, c’est cette scène qui se produit actuellement dans cette transition. Comment peut-on agir comme ces militaires qui sont incapables de reconnaître la bataille des vrais tombeurs de IBK et son régime? C’est vraiment regrettable, ils vont jusqu’à donner confiance aux grands dinosaures du régime d’IBK comme Soumeylou Boubeye MAIGA, cela s’appelle cacher le soleil avec sa main, il s’agit d’une fourberie. Comment peut-on construire le Malikoura avec des hommes comme cet homme aux comportements machiavéliques avec la focalisation de seulement ses propres intérêts. Ce Malikoura ne serait jamais bâti avec individus de ce genre, nous sommes mal barrés, la junte est à côté de la plaque.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here