Mali : Synergie 22 réclame « un consensus politique » autour des réformes politiques et institutionnelles

1

A quatre mois de la fin  du délai de la transition,  consortium des organisations de la société civile ‘’ Synergie 22’’  attire  à nouveau l’attention des autorités de la Transition sur la nécessité d’accélérer les réformes nécessaires, dans un véritable consensus politique et  le respect des engagements pris devant le Peuple malien et la communauté internationale.

-maliweb.net- Face à la presse, les membres de l’Observatoire électoral et de la bonne gouvernance ‘’ Synergie 22’’ ont  rappelé les autorités de la transition au respect des engagements suivants de nombreux  constats sur l’évolution de la transition.

Primo,  sur la construction d’un fichier électoral fiable pour les échéances électorales de 2022, la Synergie 22  dit constater que la révision annuelle des  listes électorales (RALE) du 1er au 31 décembre 2021, a été faite  « sans prendre en compte les résultats du RAVEC spécial de décembre 2020 à juin 2021 qui totalisait 789.403 personnes inscrites ».

Secundo,  elle a exprimé ses inquiétudes sur la polarisation du contexte politique sur la tenue des Assises Nationales de la Refondation (ANR) et de la mise en place de l’Autorité Indépendante de Gestion des Élections (AIGE).  « La Décision N°2021-0179/PM-RM du 06 octobre 2021, portant création de la Commission technique de rédaction de l’avant-projet de loi électorale, et la tenue de l’atelier sur l’avant-projet de loi électorale les 4 et 5 novembre 2021 n’ont pas bénéficié d’un large consensus politique », a déclaré la synergie 22 dans une déclaration lue par son porte-parole, Dr Ibrahim Sangho.

A cet égard  la synergie d’organisation de la société civile requiert un  large consensus autour des ANR et de l’AIGE  avec la participation  de l’ensemble de la classe politique. «Huit sur les 10 grands partis politiques qui bénéficient de l’aide financière de l’Etat, refusent de prendre part aux assises », relève Dr Ibrahim Sangho. Lequel recommande au gouvernement en plus l’obtention d’un consensus,  la publication d’un chronogramme clair, précis et réaliste pour définir la période des réformes et celle des élections nécessaires de fin de transition.   Dans les réformes, elle demande à ce que la publication en ligne des résultats des scrutins par centres et bureaux de vote, au fur et à mesure de la proclamation des résultats, soit intégrée dans la Loi électorale.  «  Cela permet d’éviter les conflits et le tripatouillage des résultats pendant la remontée et la centralisation des résultats  et contribue à la transparence et à la crédibilité des élections », a précisé le porte-parole de la synergie 22.

Toujours sur  l’adoption d’une nouvelle loi électorale avec la création d’une AIGE, la synergie  rappelle aux autorités que cette modification nécessitera la relecture de la Constitution du 25 février 1992, notamment  de la loi n°02-010 du 05 mars 2002, portant loi organique fixant le nombre, les conditions d’éligibilité, le régime des inéligibilités et des incompatibilités, les conditions de remplacement des membres de l’Assemblée Nationale en cas de vacance de siège, leurs indemnités et déterminant les conditions de la délégation de vote et de la loi n°05-047 du 18 août 2005, portant  Charte des Partis politiques.

Sur le plan de la gouvernance,  les membres de la synergie ont également exprimé  leurs inquiétude sur la détérioration de la  situation sécuritaire malgré que la mission  première de la Transition est  consacrée dans la Charte aux  « rétablissement et le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national». S’y ajoute à la destruction ou l’occupation des infrastructures scolaires. Laquelle, d’après la synergie 22,  a conduit à la fermeture de 1 300 écoles dans les régions du Nord et du Centre du Mali, la déscolarisation de plusieurs milliers d’enfants et  plus de 9000 enseignants désœuvrés. Enfin, elle demande aux autorités de résoudre la problématique de la réorganisation territoriale pour l’organisation des futures élections législatives, avec la prise en compte des régions et cercles créés par les lois °2012-017 et n°2012-017 du 02 mars 2012.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. It appear you guys are proclaiming all necessary governance plus election changes including closing loop holes to corruption plus ending impunity for corruption may be in place before election date set for February 2022. As you all likely know date I have waited for is January 2022. In that month I should be in Africa getting set to arrive in Mali with help of Red Beret.
    If you guys truly believe your consensus you likely have drafted to do list that is to be compared with President Goita us Prime Minister Choguel to do list. That is necessary act plus we are unable to move forward without doing it. It is obvious ECOWAS corrupt members have been fed numerous rumors about your preparation by foreign ass kissers of political class us clergy. Now I ask you to prove with detail your to do list including time frame actions that are to be taken plus process to be used? Do not forget your offering must close loopholes facilitating corruption plus impunity for corrupt government officials.
    I would like job of corruption investigator not under government control but under set laws. That is not much of request considering what you expect of me to contribute to development plus maintenance.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here