Quand les relations tuent la compétence, la population en parle!

28

C’est un fait qui n’est pas caché, si nous prenons dans  le domaine de l’emploi, certains changent de corps comme ils le font avec leurs chemises tandis que pour d’autres l’emploi est un calvaire. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Ceux qui sont en haut recommandent  leurs proches. A peine qu’ils commencent le boulot, paf ils laissent tomber cet emploi sous prétexte qu’ils n’en veulent plus. Le pire, c’est qu’on parvient toujours à leur trouver un autre poste. Le mérite ne paie plus et ce sont les pauvres qui en pâtissent. Ce qui est sûr, ça tue le mérite.

Bamanan, résidant à Kalabancoro, administrateur.

Le favoritisme est une réalité. On a plus besoin d’être intelligent, il suffit d’avoir des relations, des connaissances, surtout pour se frayer un chemin. On exige plus à quelqu’un d’être excellent dans son domaine. A la rigueur on lui demande s’il est passé par là et même ce n’est pas évident. Si je prends l’exemple de l’enseignement, si ce n’est pas parce que qu’on a interdit à ceux qui ne sont pas sortis des écoles de formation de postuler pour le concours des collectivités, n’importe qui pouvait se trouver dans l’enseignement pourvu qu’il ait un bras long. C’est la compétence et l’excellence qui prend un coup ainsi.

Pierre Ag Altanine, professeur de lettre, Banakabougou.

A chaque fois que je pense à cette situation, je suis révolté. Vous finissez les études avec quelqu’un qui ne connaissait presque rien à l’école. A votre sortie, il décroche un poste tout simplement parce qu’il a un proche ministre ou je ne sais quoi encore. Vous voyez le mal que ça fait, hélas! C’est comme ça de nos jours.

Amidou K, un juriste en chômage, Hamdallaye.

 

Propos recueillis par Noé Poudiougo.

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

28 COMMENTAIRES

  1. On ne peut pas dénier le fait que toutes les sociétés ont des problèmes mais quand des personnes se sont vu refuser une fonction quelques part et que pour cela on doit toujours prendre cela pour empoisonner l’air au peuple; il faut que ça s’arrête!

  2. Quand est ce qu’on arrêtera cette histoire de famille, de clientélisme ou encore de népotisme qu’on utilise pour nous empoisonner à longueur dans ce pays. C’est devenu une chanson pour quiconque veut se donner un peu d’importance. Le président IBK encore moins son premier ministre n’accorde de l’importance aux questions d’appartenances. Chez eux ce sont les compétences qui comptent. Je voudrais bien qu’on puisse énumérer le nom de ces personnes qui occupent des postes par favoritisme et qui font que le pays ne peut pas évoluer.

  3. Mes très chers journalistes ne vous arrêtent pas seulement au dit des gens, allez y chercher de l’info au source. si votre métier n’aura pas de valeur. ce dont vous parliez disparaissent un par un.

  4. Ce phénomène a pris de l’ampleur lors des régimes passé, le président IBK depuis lors des élections présidentielle, c’est la compétence qui primera maintenant sur tous les service publics et autres dans le pays. Le président IBK est conscient de ce qui se passe raison pour la quel certain mesures ont été prise.

  5. Avec l’avènement d’IBK, le favoritisme tire vers sa fin. Aller foyer dans le dossier des concours passer tout recemmment.

  6. Mon ami journaliste, toi même tu sais que ce phénomène ne date pas de ce régime. Si cela a pris de l’ampleur dans notre pays, c’est grâce aux régimes antérieurs. Mais aujourd’hui, le président fait la promotion de la compétence. C’est pourquoi il encourage et fait la promotion à travers les différentes structures pour mieux former les jeunes.

  7. La compétence est au de la de tout dans ce pays sous IBK, il avoir de la compétence pour te présenter au moment des recrutements sinon tu est foutu.

  8. Au jours d’aujourd’hui Il ne suffit et suffira jamais d’avoir seulement des relations, des connaissances et/ou des bras long pour se faire intégrer dans un poste. Tu as beau avoir des relations si tu n’es pas dans le lot de la formation requise pour tout poste, tu ne peux être placé audit poste.

  9. C’est ça même le combat de ce gouvernement, combattre le favoritisme et le relationnisme, Au jours d’aujourd’hui on a de la compétence, on se présente aller, Paf.

  10. Le favoritisme est un fléau dans le monde entier et cela dans tous les secteurs de la vie pas seulement pour le travail.Dieu en créant les êtres a avantagé certains par rapport à d'autres.C'est vrai qu'avoir une connaissance peut te faire avancer vite dans la vie.Cependant la question qu'on doit se poser est la suivante;La réussite de l'homme incombe à Dieu où aux hommes?

    La majorité des personnes diront que notre réussite dépend de Dieu.Et c'est cela qui est la vérité.Maintenant comme on sait pas de quoi demain est fait je pense qu'on doit travailler et être excellent dans nos domaines respectifs.Si les hommes ne reconnaissent pas le bien Dieu lui il le reconnaît.

    juste pour dire que la société est faite ainsi.Et elle n'est pas prête à changer maintenant.Ce qui est donc bien c'est de mettre toutes les chances de son côté pour se faire une place au soleil.Certaines personnes sous prétexte qu'elles n'ont pas de personnes pour leur trouver du travail restent les bras croisés à ne rien faire.Il faut avoir la volonté de réussir et poser des actes dans ce sens.

    je pense que cette attitude est dans nos société est un problème de mentalité.Il faut noter que ce n'est pas la faute à aucun gouvernement.Nos gouvernements sont venus trouver cette manière de faire dans nos sociétés.

    Ce qui est à noter c'est que le président IBK a fait ses preuves dans la lutte contre le favoritisme et le népotisme.Parce que les nominations qu'il fait sont faites en fonction de la qualité et la valeur intrinsèque de la personne.On espère que la société malienne va prendre exemple sur le premier des maliens afin d'être équitables dans les choix des hommes.

  11. Le favoritisme est un fléau dans le monde entier et cela dans tous les secteurs de la vie pas seulement pour le travail.Dieu en créant les êtres a avantagé certains par rapport à d'autres.C'est vrai qu'avoir une connaissance peut te faire avancer vite dans la vie.Cependant la question qu'on doit se poser est la suivante;La réussite de l'homme incombe à Dieu où aux hommes?

    La majorité des personnes diront que notre réussite dépend de Dieu.Et c'est cela qui est la vérité.Maintenant comme on sait pas de quoi demain est fait je pense qu'on doit travailler et être excellent dans nos domaines respectifs.Si les hommes ne reconnaissent pas le bien Dieu lui il le reconnaît.

    juste pour dire que la société est faite ainsi.Et elle n'est pas prête à changer maintenant.Ce qui est donc bien c'est de mettre toutes les chances de son côté pour se faire une place au soleil.Certaines personnes sous prétexte qu'elles n'ont pas de personnes pour leur trouver du travail restent les bras croisés à ne rien faire.Il faut avoir la volonté de réussir et poser des actes dans ce sens.

    je pense que cette attitude est dans nos société est un problème de mentalité.Il faut noter que ce n'est pas la faute à aucun gouvernement.Nos gouvernements sont venus trouver cette manière de faire dans nos sociétés.

    Ce qui est à noter c'est que le président IBK a fait ses preuves dans la lutte contre le favoritisme et le népotisme.Parce que les nominations qu'il fait sont faites en fonction de la qualité et la valeur intrinsèque de la personne.On espère que la société malienne va prendre exemple sur le premier des maliens afin d'être équitables dans les choix des hommes.

  12. Parlant de ce fléau, ça n’a pas vu le jour aujourd’hui par contre le régime d’IBK veut mettre fin,à cette tragédie. Il suffit pas seulement d’avoir les relations mais la compétence.

  13. Il faut mettre fin à certaines pratiques anciennes dans notre pays si nous voulons un pays émergent. On ne doit plus demander ” qui t’a envoyé? mais fait référence à sa compétence ou sa formation reçue.
    Nous saluons le président pour avoir compris en prenant les choses en main et se faire entourer des jeunes dynamiques et compétents.

  14. Certains pensent qu’en travaillant avec les proches, ils sont à l’abris des trahisons. Nous devons servir notre pays et non une personne car il a un devoir de rédevabilité envers le chef du département.

  15. Le gouvernement est en train de mettre l’accent sur l’orientation des gens afin de parer à ce problème qui met en retard nos administrations. Il faut multiplier les séminaires de formation afin de permettre aux agents de recevoir des connaissances requises pour mieux accomplir la tâche qui est demandée.

  16. Nul ne travaille par vocation mais je pense qu’on peut apprendre sur le tas. On ne naît pas avec le travail. Il se donne corps et âme pour maîtrise le travail qui est vous est confié

  17. Dans la fonction publique, dans le récrutement des forces de l’ordre et de sécurité, dans le secteur éducatif et tant d’autre le régime d’IBK a été remarquer dans tout ces milieux dans la lutte contre le favoritisme. Le régime prime maintenant sur le slogans l’homme qui faut à la place qu’il faut.

  18. Seul les plus compétent auront ce dont de droit dans ce pays en tout cas sous le régime IBK. La population malienne plusieurs fois dans le passé a été victime du favoritisme dans le milieux professionnel et le régime d’IBK a diminué de grand niveau ce problème.

  19. Si cela a pris de l’ampleur dans notre pays, c’est grâce aux régimes antérieurs. Mais aujourd’hui, le président fait la promotion de la compétence. C’est pourquoi il encourage et fait la promotion à travers les différentes structures pour mieux former les jeunes.

  20. Le régime au pouvoir est train de mettre fin à ce fléau, seulement qu’elle ne peut prendre fin aussi vite. Les concours de rentré à la fonction publique et tant d’autre ce font maintenant dans les règles de l’art.

  21. L’homme qui faut à la place qu’il faut était l’un des slogans de campagne du président IBK. Le président depuis longtemps a toujours dénoncé le favoritisme dans le professionnel. IBK et son PM Modibo Keita sont en train de résoudre le problème.

  22. Les relations ne tuent pas la compétence dans ce pays. Avec Ibrahim Boubacar Keïta, seul le mérite gagne toujours. Depuis son avènement au pouvoir à aujourd’hui, seules les personnes le méritant occupent les postes.

  23. Il ne suffit et suffira jamais d’avoir seulement des relations, des connaissances et/ou des bras long pour se faire intégrer dans un poste. Tu as beau avoir des relations si tu n’es pas dans le lot de la formation requise pour tout poste, tu ne peux être placé audit poste. Ne désespérons pas, le mérite paye toujours.

  24. Ce phénomène a pris de l'ampleur lors des régimes passé, le président IBK depuis lors des élections présidentielle, c'est la compétence qui primera maintenant sur tous les service publics et autres dans le pays. Le président IBK est conscient de ce qui se passe raison pour la quel certain mesures ont été prise.

  25. Ce que les jeunes maliens n’ont pas compris c’est le fait que l’homme doit être polyvalent. C’est-à-dire qu’il ne doit pas se limiter à sa seule formation. Les formations sont des passeports et non des cartes de séjours. Le mérite paye toujours dans ce pays.

  26. Le mérite a toujours payé et payera toujours. Le mérite est une chose qui ne trahi jamais. Si certaines personnes n’arrivent pas à trouver de boulot c’est parce qu’elles sont dépendantes de leur seule formation. C‘est ce qui fait que certains jeunes chôment dès leur sortie de faculté.

  27. Le jour où les relations tueront la compétence n’est pas encore arrivé et n’arrivera pas sous Ibrahim Boubacar Keïta. Que ce jeune juriste chômeur arrête de responsabiliser les autres dans une situation où il est seul responsable de ce qui lui arrive.

  28. C’est sous les deux anciens régimes que les relations tuaient la compétence, à ce que je sache, et non sous le kankelentigui. Si certaines personnes pensent que le mérite n’existe plus au Mali, elles se trompent gravement. Car cela est impossible.

Comments are closed.