Ministère des affaires religieuses et du culte : Ce qu’il faut retenir d’un rapport incomplet

0

Sous le prétexte fallacieux d’un rapport préliminaire, certains tentent de saper les efforts en faveur du Hadj (le pèlerinage musulman). Des contrevérités.

C’est désormais une tradition : à chaque annonce d’un remaniement ministériel, c’est la course aux articles commandités. Sauf que pour nuire au ministre des Affaires religieuses et du Culte, il faut plus qu’une campagne médiatique.

Depuis son arrivée à la tête de ce département qualifié de sensible, le ministre Thierno Amadou Oumar Hass Diallo a fait de l’action et de la transparence ses chevaux de bataille. C’est connu et devenu même la règle : l’organisation du pèlerinage se fait avec rigueur et une préparation minutieuse. Le ministre est conscient de l’importance que le président El hadj Ibrahim Boubacar Kéita, chef de l’Etat, accorde à cette activité.

Du rapport du Bureau Vérificateur général (BVG) dont on fait cas à outrance dans la presse, il faut plutôt parler de préliminaire. De ce fait, s’il doit être rendu public, il faut au moins le minimum de confrontation. En la matière, c’est à partir du rapport préliminaire que les agents du département cités sont appelés à apporter les contradictions nécessaires.

Au ministère, l’exercice a été fait dans la plus grande courtoisie entre les limiers du BVG et les travailleurs chargés de cette question. Qu’est-ce qu’on peut donc reprocher au chef du département ? Rien ! Les faits sont là pour corroborer que le ministre n’a rien entrepris d’anormal dans l’organisation du Hadj.

Le processus est tel que l’organisation du pèlerinage va avec le calendrier des autorités d’accueil. Quelles procédures veut-on mettre en avant ? Là aussi, il faut retenir que rien n’a changé dans l’attribution d’un quelconque marché encore moins un quota. Vraisemblablement, il n’a pas lieu de se délecter d’un rapport qui entre dans le cadre normal des missions du Bureau Vérificateur général.

Insinuer des actes de détournements sur la base d’un rapport préliminaire cache bien une volonté de nuire. Et le moins que l’on puisse faire remarquer, c’est que le ministre Thierno Amadou Hass Diallo porte ombrage à ceux qui veulent faire de l’organisation du pèlerinage à La Mecque un réseau.

L’Action/Le Focus

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here