Respect des droits humains par les unités d’enquête préliminaire: Les OPJ à l’école de la CNDH

0
La CNDH en quête de reconnaissance internationale
Les membres de la CNDH (photo archives)

Ils ont été préparés à appliquer les droits humains dans l’exécution quotidienne de leurs tâches, notamment l’interdiction de la torture et autres peines ou traitements cruels inhumains et dégradants et sensibiliser les participants au respect des droits de l’homme des personnes privées de liberté en générale, des femmes et des enfants en particulier

Fidèle à sa mission et dans le cadre du Plan Stratégique 2018-2020 sur les axes III et IV,  la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a organisé, du 22 au 24 Janvier 2019, un atelier de formation aux Droits Humains à l’intention des Officiers de Police Judiciaire (OPJ). Cette session de formation qui s’est déroulée à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Baye a été organisée à l’intention d’une cinquantaine d’OPJ de la Police et de la Gendarmerie nationale.

La cérémonie d’ouverture était placée sous la co-présidence des Ministre de la Justice Garde des Sceaux Tiènan Coulibaly et de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Salif Traoré. Elle a enregistré, en outre, la présence des représentants de DCAF, d’EUCAP Sahel, d’EUTM, entre autres.

Fruit d’un partenariat entre la CNDH et DCAF, cette session de formation visait trois objectifs : Former les OPJ aux droits de l’homme de façon générale et particulièrement à ceux qui ont un rapport direct avec leurs missions; préparer les participants à appliquer les droits humains dans l’exécution quotidienne de leurs tâches, notamment l’interdiction de la torture et autres peines ou traitements cruels inhumains et dégradants et sensibiliser les participants au respect des droits de l’homme des personnes privées de liberté en générale, des femmes et des enfants en particulier ; et de les sensibiliser  au respect des droits humains des personnes privées de liberté en général, des femmes et des enfants en particulier.

Dans son intervention, le Président de la CNDH, Maitre Malick Coulibaly a dénoncé l’exhibition des présumés auteurs dans la presse (Télévisions et autres presses) comme des vrais coupables, ce qui constitue une violation de la présomption d’innocence.

Pour sa part, le ministre de tutelle, M. Ministre Salif Traoré a affirmé que les unités d’enquêtes sont conscientes de leur rôle dans la protection des droits de l’homme, il a rassuré que ces unités d’enquêtes relèveront le défis du respect des Droits de l’Homme.

Pendant trois jours, les participants ont eu droit à plusieurs modules comme l’introduction au système des droits de l’homme ; les principaux instruments juridiques de protection des droits de l’homme ; les droits de l’homme des personnes privées de liberté ; les droits de l’homme des personnes vulnérables (les étrangers et les réfugiés) et le genre ;
les  droits de l’homme des personnes détenues sans procès ;
les mécanismes de recours en cas de violation des droits de l’homme par les Chargés de l’application de la Loi ; et les droits et obligations des acteurs de la chaine pénale.

Rappelons que depuis son installation, la CNDH a élaboré un plan stratégique dont la mise en œuvre est en cours à l’échelle nationale. En mars 2018 elle a organisé une journée d’information et d’échanges avec les Forces de Défense et de Sécurité, les acteurs de la chaîne pénale, ainsi que le personnel de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée, sur la CNDH et ses missions.

DK

Source : Le Renard

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here