Transition : Bah N’Daw s’impose enfin !

12

Le président de la transition malienne, Bah N’Daw, est à présent maître du pays après avoir été un peu effacé au début. Certains avaient pensé que la présence d’Assimi Goïta, vice-président, aux côtés du chef de l’Etat était une preuve de la détention du pouvoir réel par ce dernier. C’est à présent que l’on voit de plus en plus Bah N’Dawau-devant de la scène, surtout lorsqu’il s’agit de représenter le Mali dans le concert des nations.

La visite du chef de l’Etat en France est le signe d’une reconnaissance de la transition par Paris que l’on sait opposé par principe au renversement d’un pouvoir démocratiquement élu. En réalité, Bah N’Daw, qui a été invité à l’Elysée, inspire confiance à la communauté internationale. Il n’est pas perçu de la même façon que les militaires qui ont mis fin au pouvoir d’IBK, puisque c’est un colonel à la retraite, donc un civil.

D’ailleurs, Bah N’Daw a presque fait l’unanimité au Mali dès sa nomination, à cause de sa forte personnalité. Son arrivée a mis fin à la polémique autour du choix d’un militaire ou d’un civil à la tête de la transition. Une partie des Maliens ne voulait pas des militaires aux affaires, notamment à la présidence. De l’autre côté, les militaires et leurs soutiens ne voulaient pas non plus d’un civil, surtout un civil issu des rangs des partis politiques, à la présidence.

Bah N’Daw a donc été le choix des Maliens et de la communauté internationale. Les pays occidentaux qui ont suivi avec inquiétude la contestation du pouvoir d’IBK dans la rue ont préféré ne pas s’opposer au renversement du pouvoir. Les militaires avaient la caution populaire, ce qui a légitimé le coup de force aux yeux de la communauté internationale. La France qui est présente au Mali avec la force Barkhane a fait le choix de s’abriter derrière la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

Et c’est la Cedeao qui a exigé et obtenu des militaires la mise en place d’un régime dirigé par les civils au Mali. Bah N’Daw qui est le choix des chefs d’Etat de la Cedeao est devenu naturellement leur interlocuteur incontournable au Mali. Et peu à peu, le pays retrouve sa place auprès de ses voisins. Le président de la transition a ainsi effectué deux sorties hors du Mali pour se rendre dans les pays voisins. On imagine combien de fois il pourrait être désagréable pour le président Alassane Ouattara d’accueillir un chef d’Etat malien si les recommandations de la Cedeao n’avaient pas été respectées.

On peut dire que Bah N’Daw fait aussi de son mieux pour faciliter les choses. Il s’emploie à concrétiser les exigences de la communauté internationale. La dissolution du Cnsp a été promise et obtenue par le président de la transition. C’est également le chef de l’Etat qui s’est impliqué pour donner des garanties sur le respect de la durée de la transition. Mieux, il a fait savoir à tout le monde qu’il est le garant des élections à venir et qu’elles seront ouvertes à tous, nul ne pourra les prendre en otage.

Sur d’autres sujets d’intérêt national, on a vu Bah N’Daw prendre la parole pour rassurer les Maliens. Il avait ainsi observé un long silence pendant les grèves qui ont marqué plusieurs secteurs de l’Etat. Par la suite, il est sorti de sa réserve pour expliquer sa vision de la situation des syndicats. Même si ses propos n’ont pas été appréciés par beaucoup de syndicalistes, dont les membres de l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm), le président de la transition a voulu juste attirer l’attention des grévistes sur les difficultés que traverse le pays en ce moment. Et la mayonnaise semble avoir pris puisque les menaces et autres invectives entre syndicalistes et partisans du régime ont cessé.

Oumar KONATE

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. Il nous est impossible de dire quoique se soit sur cette visite du Président à l’Élysée car personne ne sait quels sont les thèmes qui ont fait l’objet d’échange entre les deux chefs d’état. Ce qui reste certain, la grande préoccupation de la France c’est abord Kidal et elle fait tout pour couvrir ses amis les touareg séparatistes, mais nous restons certains que les choses ne se déroulerons pas comme elle prévoit depuis très longtemps, car les autres populations de Kidal existent et elles n’accepterons pas cette volonté de la France qui est de s’accaparer des ressources du sous-sol de cette région. Pourtant même en ne cherchant pas à diviser le Mali, elle pourra bénéficier de ces ressources, car le pays est plein d’apatrides et prêts à vendre le pays aux moins offrants pourvu qu’ils trouvent leur seul compte et c’est tout.

  2. Bah N’Daw n’a pas été unanimement accepté par tous les Maliens. Il a été imposé, aucun autre candidat n’a été presenté au peuple Malien en plus de lui. Le peuple Malien serait plus heureux de le voir poser des actes de grandes reformes de bases de developpement:
    – Reduction du salaire faramineux du président de la République du Mali (l’un des pays les plus pauvres du monde), la revue à la baisse des dépenses publiques, lui même en prouvant par des actes concrets
    – Etre en cantact avec la population pour mettre en action ce qu’on peut nous même, pour avoir notre propre plan de developpement en se passant à l’avenir du FMI et autres …
    – L’organisation d’un dialogue social national
    – Concertations nationales sur la situation sécuritaire sur toute l’etendue du territoire national, solution de chaque Malienne et chaque Malien

  3. LES IDIOTS S IMPOSENT AVEC L AIDE DES ENEMIS LES SAGES , PARLES SIENS!

    🗿FAAROHW DISENT, IL N Y A PAS L ECOLE MALIENNE! IL FAUT LA CREER! 1 Juin 2020 at 08:27
    ……pour paraphraser le pédagogue, est le premier besoin du peuple, après le pain…..
    QUI EST CET EDUCATEUR, UN FAISEUR DE LARBIN ? LE PEUPLE A BESOIN DE SA TERRE ET DE SON IDENTITEE AVANT LE PAIN, LE GENI CREATEUR FAIT LE RESTE!

    LE BRAVE PEUPLE SAIT BIEN QUE L ECOLE CELLE CREEE POUR L IDIOTISER N A PAS DE VALEUR ET DOIT MOURIR POURIR DISPARAITRE ET DONNER LA PLACE A LA NOTRE BASEE SUR NOS BESOINS DE DIGNITE DE TRANSMISSION ET TRADITION.
    LA DIGNITE DE CREATION ET DE VIE INDEPENDENT,
    LA TRANSMISSION DE NOTRE CREATIVITE,
    LE BESOIN DE CONSERVATION DE NOS TRADITIONS,
    TOUT CA SUR NOS TERRES ANCESTRALES.
    🗿

      • On ne rentre pas dans une mafia comme la cala braisé ou la causa Nostra de l'Afrique française pour reculer 💪💪💪💪

        👋👋👋👋 bravo Bâ daw, C’est drôle comme titre il a été pour l’initiation au Komo a Paris, tu es avec le Komo ou tu ne sera pas membre du komoton, ce qui est paradoxale c’est la partie serment 🤓🤓🤓 tu rentre, mais tubas ne ne peux pas sortir, tu choisi entre la mort ou l’exil😜😜😜 ibk, att, et Moussa Traoré ont des bons souvenirs 💪💪💪💪Bâ daw est Parti pour son initiation 🤡🤡🤡 choisir le komoton ou le mali😁😁😁😁 je pense que la réponse est connue quant on connaît le fonctionnement d’une mafia🤓😜😃

        • Vous laisserez le Mr faire son travail!!!!!
          LE MALI NE DOIT JAMAIS ETRE SUICIDAIRE!!! LES RELATIONS STRATEGIQUES ENTRE LA FRANCE ET LE MALI DOIVENT ETRE MAINTENUES ET RENFORCE’ES!!!

          • Ces relations de merde doivent être maintenus au profit d’un seul camp la France🇫🇷 ? donc ne parlons pas de souveraineté si c’est toujours venir violé la notre quant ça arrange l’autre son armée et ses multinationales criminelles

  4. “La visite du chef de l’Etat en France est le signe d’une reconnaissance de la transition par Paris que l’on sait opposé par principe au renversement d’un pouvoir démocratiquement élu.”

    Oumar KONATE, tu fais pitié

    • JE SUIS COMPLETEMENT AVEC TOI , LE MALIEN TYPIQUE CE KONATE, IL NE VOIT PAS DES YEUX DE L INTERIEUR MAIS DE L EXTERIEUR, TOUJOURS PRETS , CES GENS A S ASSOCIER AUX ENEMIS ETRANGERS POUR S IMPOSER AUX SIENS..

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here