24e édition du Championnat national de volley-ball : L’AS Commune V en Messieurs et le Centre des 1008 Logements en Dames s’emparent des trophées

0

Volley_ballLes champions et les championnes de la 24e édition du championnat national du volley-ball sont connus depuis dimanche 30 août 2015. Les joueurs de l’AS Commune V ont battu l’équipe du Centre de formation des 1008 Logements de Yirimadio par le score de trois sets à zéro en Messieurs, alors que l’équipe féminine du même Centre de formation des 1008 Logements de Yirimadio a difficilement dominé les Usfasiennes par trois sets à deux.

Du 21 au 30 août 2015, le 24e championnat du Mali de volley-ball s’est tenu à Bamako, avec la participation de 12 équipes totalisant 330 jeunes volleyeurs et volleyeuses.

La finale de cette édition s’est disputée le dimanche, 30 août 2015, au Palais des sports d’Hamdallaye ACI 2000, à Bamako. Elle opposait  les équipes masculines de l’Association sportive de la Commune V du District de Bamako et du Centre de formation des 1008 Logements de Yirimadio. Côté féminin, ce sont les joueuses de l’Union sportive des Forces armées et de Sécurité (Usfas) qui se sont frottées à leurs homologues du Centre de formation des 1008 Logements de Yirimadio.

L’As Commune V a écrasé le Centre de formation des 1008 Logements en Messieurs (25-17 au premier set, 25-16 au deuxième set et 25 à 22 au troisième set). Sans surprise, car le début du match fut extrêmement difficile pour les volleyeurs des 1008 Logements qui avaient écopé un carton rouge et un carton jaune. En outre, le système de jeux flamboyant (smash, courte, diagonale, escalier, antenne etc.) mis en place par l’entraineur de la Commune V, Tiemoko Samaké, a complètement déboussolé  les joueurs de Yirimadio.

Mais, si chez les Messieurs les supporters des 1008 Logements ont dû être déçus, telle n’a pas été le cas chez les Dames, car, leurs joueuses de volley-ball ont, même difficilement, dominé par le score de trois sets à deux des Dames de l’Usfas pétries de talent et d’expérience.

Au bout d’un match plein de rebondissements (25-23 au premier set, 24-26 au deuxième set, 19-25 au troisième set, 25-12 au quatrième set et 15 à 10 au cinquième set), les joueuses du Centre des 1008 Logements vengent leurs homologues masculins et s’emparent du coup de leur tout premier trophée du championnat national de volley-ball. La joie était donc logiquement visible sur le visage des filles de l’équipe de Yirimadio.

Aussi bien chez les Messieurs que chez les équipes féminines, les vainqueurs du championnat du Mali de volley-ball ont, en plus de la coupe, eu leurs médailles d’or et une enveloppe symbolique contenant une somme d’argent. Idem pour les vaincus, sauf  que leurs médailles étaient en argent et leur enveloppe devait a priori contenir un montant inférieur à celui de leurs adversaires.

L’entraineur de l’AS Commune V, Tiemoko Samaké, s’est dit fier pour le travail abattu par ses joueurs. «On a essayé de voir le système de jeu adverse pour les bloquer au niveau du centre. Ce qui les a beaucoup fatigués», a-t-il analysé. Un peu déçu, le coach des volleyeurs et des volleyeuses des 1008 Logements, Boubacar Tounkara, s’est dit surpris par le jeu classique produit par son adversaire : «En tout cas, nous sommes très contents pour la victoire des filles qui ont fait un match merveilleux.» Quant au président de la Fédération malienne de volley-ball (Fmvb), Amadou Bengaly, il s’est véritablement réjoui de l’amélioration du niveau de ce championnat. «Nous allons faire un plaidoyer auprès du ministère en charge de l’Education pour la construction des infrastructures pour non seulement le volley-ball, mais aussi pour les autres disciplines. Aucune discipline ne peut se développer si elle ne puise pas dans la pépinière scolaire», a-t-il rassuré.

Vivement la 25e édition !

Aguibou Sogodogo

 

Ils ont dit lors de la finale du Championnat du Mali de volley-ball

Tiemoko Samaké, coach de l’AS Commune V

‘’ Nous lançons un cri de cœur aux autorités pour accompagner le volley-ball’’

Je suis très heureux. Comme on l’avait dit l’année dernière,  quand on a perdu la finale, ce n’était que partie remise. Je suis très fier de mes jeunes, ils ont vraiment bien travaillé aujourd’hui. On a progressé et le niveau du volley-ball malien est en train d’avancer. Le niveau de ce championnat a vraiment progressé et on va continuer à travailler davantage. On a essayé de voir le système de jeu adverse pour les bloquer au niveau du centre. Ce qui les a beaucoup fatigués. Nous lançons un cri de cœur aux autorités pour accompagner le volley-ball, surtout dans les Régions. La Fédération est en train de faire de son mieux, mais ce n’est pas suffisant. Ce sont les autorités locales qui doivent aider les équipes à rehausser le volley-ball malien.

Boubacar Tounkara, coach des deux équipes du Centre des 1008 Logements

‘’ Nous sommes très contents pour la victoire des filles qui ont fait un match merveilleux’’

Ce qui n’a pas marché ce soir, c’est qu’on fait maintenant le volley-ball moderne ; or, la commune V a pratiqué le volley-ball classique, qui est un peu dépassé, ce qui nous a surpris, car les enfants ne sont pas habitués à cela. A travers l’engagement, on a pu battre l’Union sportive des Forces armées et de Sécurité (Usfas) de Bamako en demi finale. En tout cas, nous sommes très contents pour la victoire des filles qui ont fait un match merveilleux. C’est l’équipe qui gagne.

Amadou Bengaly, Président de la Fédération malienne de volley-ball (FMVB)

‘’ Nous devons construire le volley-ball depuis la base jusqu’au sommet’’

Je suis animé par un sentiment de fierté quand je vois que nous avons pu mobiliser cette année près de 350 jeunes pour participer à ce championnat. Le niveau des joueurs est, aussi, acceptable. Nous avons une vision de construction à la base. Nous devons construire le volley-ball depuis la base jusqu’au sommet. C’est ce qui a fait que nous avons commencé avec le Centre de développement de volley-ball. Nous avons aujourd’hui, à Bamako, 5 centres de développement de volley-ball qui encadrent chacun 150 jeunes. A cela, s’ajoute deux Régions : Ségou et Sikasso qui ont aussi leurs centres de développement de volley-ball. Nous allons vers la mobilisation de la jeunesse. Nous avons fait des rencontres pour les moins de 16 ans, des journées de masses concernant les enfants de 8 à 14 ans. Nous allons faire un plaidoyer auprès du ministère en charge de l’Education pour la construction des infrastructures pour, non seulement le volley-ball, mais aussi pour les autres disciplines. Aucune discipline ne peut se développer si elle ne puise pas dans la pépinière scolaire.

Propos recueillis par  Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER