Que sont ils devenus … Sadia Cissé : Dieu, ma famille, le Djoliba !

14

En décembre 1981 Papa Haïdara écrivait lors de la dédicace du livret du jubilé de Sadia Cissé, “qu’il est un joueur appliqué. C’est celui qui a fait de la simplicité un élément fondamental de son esprit de jeu. Bon vainqueur, il a toujours accueilli la victoire avec modestie. Bon perdant, il a accepté la défaite avec bonne grâce. Sadia Cissé s’est forgé une réputation de celui qui veut toujours bien faire et mieux faire. Il a banni de son esprit toute idée contraire à l’esprit d’équipe. Il ne s’est jamais efforcé de plaire à la galerie par des gestes spectaculaires. Il a toujours maîtrisé son humeur quel que soit l’enjeu du match ou la situation du moment. Sa disponibilité à servir son équipe a toujours été totale. Sérieux dans tout ce qu’il fait, Sadia Cissé est devenu un modèle pour les jeunes générations de footballeurs. Avec son départ, disparait tout un monument du football malien. Le courage, le travail, la disponibilité et le dévouement sont autant de vertus que les jeunes doivent cultiver pour que l’exemple de Sadia Cissé fasse tache d’huile dans le domaine du football”. A l’époque sur les bancs du premier cycle, notre niveau intellectuel et notre degré de compréhension ne nous permettaient pas de lire entre les lignes pour bien comprendre ces phrases concises et simples. Aujourd’hui, on comprend bien que ces mots de Papa Haïdara sont dépourvus de toute complaisance. En rencontrant Sadia Cissé dans le cadre de la rubrique “Que sont-ils devenus ?”, les mots justes nous manquaient pour parler de ce joueur emblématique du Djoliba AC. L’exercice de fouille aux termes duquel nous avons pu retrouver dans nos archives le livret de son jubilé a déblayé notre esprit pour tenter d’écrire quelque chose de potable. Après un tel commentaire qu’est-ce qu’il fallait de plus dire sur Sadia Cissé ? Au risque de “tirer à côté”, nous retenons qu’il incarnait la sagesse. Même ses adversaires sur le terrain le faisaient intervenir quand ils se méprisaient entre eux. Malgré ce bonus de confiance réelle, Sadia Cissé arrête et organise son jubilé en décembre 1981. Un grand événement auquel ont pris part des vedettes de l’époque comme Salif Kéita dit Domingo, Cheick Fantamady Diallo, Moussa Traoré “Gigla”, Ousmane Diallo “Petit Sory”, Moussa Kanfédeny, le Guinéen Moussa Camara, l’Ivoirien Miezan Pascal, le Sénégalais Boubacar Sarr “Locotte”, le Camerounais Paul Bahoken et autres. La rubrique “Que sont-ils devenus ?” a rencontré Sadia Cissé à son domicile pour parler de l’homme dans toute sa plénitude. Il garde toujours sa sagesse, à travers son calme olympien. Quel a été son parcours au Djoliba ? En équipe nationale ? Quelle explication donne-t-il aux différentes crises qui secouent les fédérations ? A-t-il étudié parallèlement au football ? Flash-back sur l’ancien capitaine du Djoliba AC.

Notre entretien avec Sadia Cissé s’est déroulé le jeudi 29 août 2019. Jour doublement historique pour le sport malien avec l’élection sans heurt à Bamako de Mamoutou Touré dit Bavieux à la tête de la Fédération malienne de football et le plébiscite en Chine de notre compatriote l’ancien ministre Hamane Niang à la présidence de Fiba-Monde.

Avant Michel Platini

Sadia Cissé : Dieu, ma famille, le Djoliba
Sadia Cissé (G) avec Abdoulaye Kaloga lors de son jubilé en décembre 1981

Avec ces deux bonnes nouvelles, nous étions suffisamment requinqués pour affronter Sadia Cissé, monument du football malien, qui n’a connu que le milieu du football. Pour preuve, après sa retraite en 1981, Sadia s’est converti administrateur de football, pour avoir été président de la Commission technique et des jeunes de la Fémafoot (1982-1985), puis trésorier général. De 1995 à 2002, il occupera pour la deuxième fois le poste de président de la CTJ. Il est nommé manager général des équipes nationales du Mali de 2002 à 2013. Enfin, il fut conseiller du président de la Fémafoot, Boubacar Baba Diarra de 2014 à 2017. Au bout du mandat de Baba, il est parti en France, mais suivait de très près l’actualité du football malien, notamment la grave crise qui le secouait. C’est pourquoi, nous avons insisté afin qu’il donne son avis sur l’origine des crises au sein des fédérations.

Le Général Moussa Traoré saluant Sadia Cissé lors de la finale de la coupe du Mali de 1975

L’ancien international du Djoliba soutient que le football génère présentement beaucoup de ressources financières : les uns viennent uniquement pour s’enrichir, au même moment, d’autres servent la discipline. Selon lui, l’esprit de vengeance et la haine gratuite ont pris le dessus sur le bon sens, qui aboutit au développement du football.

Nous nous rappelons encore des buts splendides que Sadia Cissé marquait sur coup franc. On ne saurait parler de hasard, parce qu’ils étaient des tirs ajustés qui se logeaient dans les angles avec précision. On lui reprochait néanmoins de tirer toujours avant la mise en place du mur et l’ordre d’exécution de l’arbitre. Quel était son secret ? Qu’est-ce qu’il pense des commentaires autour de ses coups francs ?

“Mes buts sur balles arrêtées n’étaient pas du tout un fait du hasard. C’est l’entraîneur Vladimir qui m’a formé dans l’exécution des coups francs entre 1967 et 1970. A la fin de chaque séance d’entraînement, je tirais 150 coups francs trois fois dans la semaine. Cela a été ma force. Pour tirer un coup franc, on n’a pas besoin d’attendre l’ordre de l’arbitre. On peut le faire intervenir au cas où la distance réglementaire n’est pas respectée. Mais le joueur qui sait qu’il peut exécuter le coup franc malgré le non-respect du mur, rien ne l’empêche de tirer”.

Né le 15 avril 1944 à Bamako, Sadia Cissé n’hésite pas à dire que le Djoliba AC vient en troisième position dans sa vie, après Dieu et sa famille. Il n’a connu que ce club, qui lui a tout donné. Se voir sous les couleurs du Djoliba était plus qu’un serment pour sa génération. Son groupe ne jurait que par ce club.

Le constat amer qui met en évidence sa marginalisation par rapport à la gestion et à l’administration du Djoliba est plus que choquant. Certes, ce n’est pas la tribune indiquée pour parler des problèmes du Djoliba ici et aujourd’hui, mais Sadia Cissé reste persuadé que le temps remettra le club dans ses droits en termes de valeurs ancestrales.

Sociétaire de l’équipe des pionniers de Ouolofobougou, où il a eu le maximum de satisfaction dans les compétitions inter quartiers, il a signé sa première licence en tant que cadet au Djoliba en 1961.

L’année suivante, il est admis à la catégorie junior et remporte le titre de champion. Le 17 octobre 1963, Sadia Cissé joue son premier match officiel dans l’équipe fanion du Djoliba, en championnat d’honneur du district de Bamako contre le Stade malien de Bamako (score final un but partout).

D’abord attaquant, puis milieu et enfin libéro, il gagne sa place de titulaire en 1965 auprès des Barou Maïga, Abdoulaye Diawara dit Blocus, Kidian Diallo, Lamine Doe, Barou Kaba.

Une carrière en trois étapes

Notre héro du jour divise sa carrière en trois parties : avant les 1ers Jeux africains de Brazzaville (1965), entre Brazza et la Can de Yaoundé 1972, et après Yaoundé (1972-1981).

Sadia Cissé regrette aujourd’hui de n’avoir pas remporté de trophée avec l’équipe nationale avec laquelle il a joué son premier match en février 1964, tout en marquant l’unique but du Mali. Ce qui nous fait dire qu’entre le début de sa carrière internationale en 1965 et sa retraite du gazon le 23 décembre 1981, il a enregistré en équipe nationale 57 sélections auréolées par la Can de Yaoundé.

Avec le Djoliba, Sadia a remporté dix Coupes du Mali et autant de titres de champion. Il a également un palmarès bien fourni dans les compétitions africaines avec son club, le Djoliba AC. Ainsi on retient :

– Demi-finaliste de la Coupe d’Afrique des clubs champions en 1967 (battu par l’Ashanti Kotoko de Koumassi 2 à 1) ;

– Demi-finaliste de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe ;

– Quart de finaliste de la Coupe d’Afrique des clubs champions (1972, 1974, 1977) ;

– Huitième de finaliste de la Coupe d’Afrique des clubs champions (1975, 1976).

Ses meilleurs souvenirs ?  Son premier match avec l’équipe nationale en février 1964 contre la Guinée, et face à l’Algérie, les finales de Coupe du Mali en 1978 contre l’AS Réal (finale de la vérité, 2 buts à 1) et contre le Stade malien de Bamako (3 buts à 1).

Ses déceptions concernent la finale de la Can de Yaoundé face au Congo, à laquelle il faut ajouter l’élimination du Djoliba en 1967 par l’Ashanti Kotoko de Kumasi en demi-finale de la Coupe d’Afrique des clubs champions, la suspension du Djoliba AC par la Caf en 1977 alors qu’il était qualifié pour les demi-finales de la Coupe d’Afrique des clubs champions.

“20 buts marqués, zéro encaissé !”

Au cours de notre entretien, nous sommes épatés quand il a affirmé que le Djoliba a remporté la Coupe du Mali de 1973 par le score de 20 buts à 0. C’était face au COB. Alors douche froide sur notre corps ! Parce que nous sommes convaincus que durant la carrière de Sadia Cissé, le Djoliba a rencontré le COB en finale de la Coupe du Mali deux fois (1973, 1974), toutes deux sanctionnées par la victoire des Rouges (2 buts à 0).

Comment lui dire que sa révélation nous a troublé ? Mais, il a vite fait de nous expliquer le scénario : “Je parle de 20 buts à 0, parce que des éliminatoires à la finale, le Djoliba a marqué 20 buts et n’a rien encaissé. Comment ? Le Djoliba a respectivement battu la JSK, la Kayésienne, le Stade malien de Bamako par 5 buts à 0, l’Olympique de Ségou par 3 à 0 et enfin le COB en finale (2 à 0). Voilà l’explication”.

Parallèlement à sa carrière de footballeur, Sadia Cissé a fait des études supérieures et occupé de hautes fonctions dans l’administration publique et dans le secteur privé.

Après le baccalauréat (série SBT) en 1966, il est orienté à l’Ecole nationale d’administration (ENA). A sa sortie, quatre ans plus tard, il est recruté à la Société malienne d’importation et d’exportation (Somiex), une entreprise d’Etat qui a marqué son temps. Malheureusement, elle fermera en 1987, renvoyant du coup des centaines de chefs de famille au chômage. Sadia Cissé échappera à cette sentence, ayant été embauché immédiatement comme directeur adjoint de la Compagnie malienne de commerce et de transport, par l’ex-président du Djoliba, Abdoulaye Traoré alias “Tout Petit” (paix à son âme). Il y restera pendant trois ans.

En 1990, il occupera les mêmes fonctions chez U-Négoce, une maison de transit qui appartenait au président du Stade malien de Bamako, Mamadou Makadji.

Sur le coup, Sadia Cissé s’est précipité à apporter une précision. Peut-être a-t-il en intellectuel avisé compris qu’une question était en gestation par rapport au paradoxe, lié à sa présence dans une structure appartenant au président du Stade, le club rival du Djoliba. Il nous avouera qu’en leur temps, c’était l’adversité, mais ils n’étaient pas des ennemis. De U-Négoce, il prit sa retraite en décembre 2000.

Dans la vie, Sadia Cissé aime la musique afro-cubaine, celle du Congo Belge (actuelle RDC). Il déteste l’hypocrisie et la trahison. Son crédo : respecter tout le monde et se faire respecter.

Le monument, le modèle, le sage Sadia Cissé est marié et père de quatre enfants, dont deux filles.

O. Roger Sissoko

Commentaires via Facebook :

14 COMMENTAIRES

  1. A l’époque, tous les enfants surdoués du football avaient des surnoms tel que: Pélé, Sadian, Métiou, Herbin, Fachetti, Cruyff, Bekenbauer, Gouatigui, Yachine, Tostao, Mùller, Rep, Skoblar, Cocsis, Zagalo, Zito, Magnusson, Kalapo, M’bappé, Attouga…

  2. Il fut un joueur exceptionnelle en défense par son placement, ses anticipations. Il était maître dans l’art de lire les trajectoires et les couper.
    Personne au Mali n’a vu Sadia dans une altercation ou un geste déplacé sur le terrain, la CLASSE.
    Elégant défenseur, il animait le jeu du Djoliba et de l’EN depuis la défense.
    Dans la vie active on ne lui connait aucune anicroche. Auhourd’hui, il est égale à lui même, quand vous discuter avec lui, il a beaucoup d’humour et il vous sert des anecdotes formidable sur notre football. Merci à cette rubrique de mettre en lumière cet homme BIEN.
    Le Mali gagnerai à mettre en avant nos monuments pour inspirer les plus jeunes. Que Dieu te prête une longue vie Monsieur Cissé

  3. Cher grand frere nous t’apprecions, nous te respectons et au dessus tout nous t’aimons Sadia, cat tu es un exemple pour tous qui ont un Coeur pour le Mali.

  4. ” Dieu, ma famille et le Djoliba ! ”

    FORMIDABLE !!

    Je n’ai pas eu la chance de voir les enfants de Sadia mais ceux de son grand frère ( feu Daouda) sont la photocopie de Sadia. C’est pour dire qu’en plus du talent Dieu lui a donné des liens du sang formidables.

    Je n’ai pas eu la chance d’assister au jubilé de Sadia CISSÉ mais j’étais au stade 1980 ou 81 pendant le match de la finale de la coupe du MALI qui devrait être la dixième fois consécutive que le Djoliba l’emportait s’il avait gagné. J’étais Réaliste et ce jour-là l’AS REAL a brisé le rêve de Sadia et ses compagnon et mon cousin qui était un inconditionnel du Djoliba a pleuré toute nuit. Ce mauvais jour pour Sadia fut l’un de mes meilleurs jours de ma vie de supporter. 😀😀😀😀

    LONGUE VIE ET BONNE SANTÉ À SADIA !!!!

  5. Effectivement c’est l’idole du football malien ,c’est quelqu’un qui m’a beaucoup inspiré aussi,avec son défensif ,sa rigueur dans les tirs de penalty ,son endurance malgré son âge qu’etait avancé ,mais avec tous ça il arrivait a donné a fond ,c’était inimaginable,la dernière fois qu’ont sais vu c’était à la billetterie à la gare de Lyon il était physiquement la maladie et j’ai su que le maladie est l’ennemi numéro 1 de l’être humain et plus la vieillesse ,Safia c’est un exemplaire incontesté .

  6. Moi je l’ai vu jouer la finale de la coupe du Mali qui a opposé le Djoliba au Real de Bamako qui a eu lieu en deux éditions. Bien que j’étais très jeune à l’époque ,ce monsieur incarnait la sagesse à vue d’œil.

  7. Je l’ai jamais vu jouer mais apparemment qu’il était très fort… par contre j’ai vu son jeune frère/ neveu Sadio Cisse jouer… qui était très posé. Bonne santé et longue vie a mon père Sadia. Ah a cote notre vedette stadiste Kaloga… a bas djoliba …lol !

  8. Bonjour Sadia CISSE est l’un des footballeurs les plus exemplaires, un monument que je n’ai jamais connu dans le sport malien c’est mon idole
    Son jeux de défense m’a inspiré durant toute ma carrière
    Un grand merci pour tout ce que tu as fait pour le football malien

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here