8ème réunion du conseil africain des régulations de l’Alliance SMART-Africa : Une nouvelle perspective sur l’économie numérique en Afrique !

0

Du 16 au 18 juillet à l’Hôtel Salam,  s’est tenue la 8ème réunion du conseil Africain des régulations de l’Alliance SMART-Africa. La cérémonie d’ouverture présidée par la ministre de l’Economie Numérique et de la Perspective,  Mme Kamissa Camara, a enregistré la présence du président de l’Autorité Malienne de  Régulation des Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication et des Postes ( AMRTP), Cheick Sidy Mohamed Nimaga, le Directeur General du secrétariat de SMART-Africa, Laciné Koné et d’autres invités de marque.

Faut-il souligner que  l’Alliance SMART-Africa est un engagement audacieux et novateur des chefs d’Etat africains, visant à accélérer le développement socio-économique durable du continent sur la voie de l’économie du savoir à travers l’utilisation des TIC.

Dans son intervention, la ministre Camara  a expliqué  que l’Alliance SMART-Africa résulte d’une volonté politique manifeste de l’ensemble des chefs d’Etat de l’Afrique  à faire des TIC un levier de développement pour tout le continent.

Après avoir indiqué que les TIC au Mali constituent un secteur stratégique de développement, elle dira que les autorités maliennes sont déterminées  à en faire le socle  du développement socioéconomique et culturel durable.

Selon elle, sous l’autorité du président IBK, l’Etat malien a engagé des réformes profondes du secteur des Télécommunications et des TIC qui ont permis la mise en place d’un cadre législatif et règlementaire propice à son développement.

Dans cette dynamique, elle précisera que la téléphonie mobile est en plein essor avec plus de  vingt-deux millions d’abonnés et un nombre d’utilisateurs internet dépassant  les six millions au Mali. « Nous constatons un pic similaire quant au nombre d’utilisateurs des services financiers mobiles dont l’évolution a été favorisée par la libéralisation du code USSD » a-t-elle déclaré.

Aussi, la ministre Camara a souligné qu’il est important de travailler au sein de cette alliance   en gardant une vision globale, car les réalités du Mali sont peut-être similaires à celles des autres.

A son tour, le président de l’AMRTP  a expliqué que les TIC sont de nos jours au début et à la fin de tout ce qui est entrepris. « Si elles n’existaient pas, il aurait fallu les investir » a-t-il indiqué.

Ensuite, il a souligné que ce  huitième conseil est un tournant décisif dans l’exécution des tâches à eux confiées. Toute chose qui permettra à la Direction Générale d’atteindre son objectif et de mettre à disposition des instruments juridiques nécessaires à la poursuite de ses missions d’assistance.

Quant au Directeur General du secrétariat de SMART-Africa, il  a rappelé que l’Alliance Smart Africa est la volonté politique et l’engagement du président Paul Kagamé à travers l’initiative :  « l’investissement dans les TIC est essentiel pour propulser un pays à un autre niveau de productivité et d’efficacité ». Selon lui, cette alliance  compte aujourd’hui 24 pays membres.

Avant de terminer, il a précisé que le conseil africain  dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative Smart Africa,a pour objectifs, l’adoption d’un mécanisme pour briser technologiquement les frontières entre les pays de l’Afrique.

Par Fatoumata Coulibaly

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here