Gouvernement-UNTM : Vers un dénouement heureux du bras de fer

1
Yacouba Katilé
Yacouba Katilé

A la suite d’un nouveau préavis de grève de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) de 5 jours  allant du 11 au 15 février 2019, le gouvernement semble changer de fusil d’épaule. Il a convoqué les syndicalistes à la table de négociations dès ce lundi 21 janvier pour éviter une nouvelle grève.

 

La grève de 72 h observée par la centrale syndicale UNTM du 9 au 11 janvier 2019 a complètement paralysé les services publics de l’Etat et certains services privés. Elle a causé des pertes financières estimées à des dizaines de milliards de F CFA.

Conscient de cette force de frappe de la centrale syndicale et surtout des dommages collatéraux d’une éventuelle grève de 5 jours, le chef du gouvernement a personnellement rencontré les syndicalistes pour trouver une issue favorable au bras de fer.

Au cours de cette rencontre avec les leaders de l’UNTM, le Premier ministre a assuré les syndicalistes que le gouvernement œuvra pour la satisfaction de certains points de revendication de l’UNTM.

Il s’agit de : l’extinction du protocole d’accord de 2014 : des droits des compressés, des partants volontaires à la retraite, des syndicalistes lésés ; l’intégration des contractuels dans la fonction publique ; la relecture des conventions collectives minières ; l’extinction du dossier de l’UMPP ; la transposition de la valeur indiciaire de 2014 en termes de pourcentage d’augmentation de salaire dans le secteur privé ; l’amélioration des grilles salariales appliquées dans le secteur privé conformément aux pourcentages obtenus dans la nouvelle grille des fonctionnaires.

Pour tester cette volonté du chef de gouvernement, l’UNTM a déposé le jeudi dernier un nouveau préavis de grève de 5 jours sur la table du ministre de Travail, de la Fonction publique, chargé des Relations avec les institutions. Moins de 48 h de ce dépôt de préavis, la centrale a été convoquée à la table des négociations pour ce lundi 21 janvier. Cette rapidité du gouvernement prouve à suffisance que la volonté de dialogue est désormais sincère, contrairement au précédent préavis où les syndicalistes ont été convoqués 19 jours après le dépôt de préavis.

Du côté de la centrale, l’optimisme est grand. Selon un syndicaliste, à ce train, la situation risque de se décanter entre le gouvernement et les syndicalistes. En attendant une suite favorable, la méfiance existe  toujours entre les deux parties. Quelle que soit la suite des négociations, l’UNTM est désormais en ballottage favorable avec une première grève réussie.

Y.  Doumbia

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Bien KATILE, c’est le seul langage que ce gouvernement connait, soit prendre des armes contre la République ou mettre le bazarre pour être bien reçu par IBK et ses collaborateurs. Surtout que les travailleurs de ce pays ont toujours été les parents pauvres dans la distribution des dividendes des différentes luttes depuis toujours. Ils sont toujours mis en apostrophes et continuer le système en les utilisant dans la division pour mieux régner. Les différents pouvoirs choisissent parmi eux travailleurs de ce pays certains dont assurément les plus médiocres en les donnant une situation très améliorée afin qu’ils piétinent les autres de façons méchantes et inhumaines, c’est d’ailleurs le cas de ces ministres et autres autorités qui se remplissent les poches en oubliant totalement les autres cadres et travailleurs comme eux, quelle ignominie? Quelle honte? Quel comportement éhonté et indigne d’un humain conscient? Il est temps et grand temps que cela cesse et très rapidement. Mais il ne faut pas perdre de vue le cas de la maitrise des prix sur le marché, car ces grands ténors du pouvoir inconscients sont tous des commerçants déguisés, les députés, les ministres, les colonels et leurs femmes et vice-versa ont tous des affaires liées aux différents domaines de développement de notre cher Mali (Commerce, transport, agriculture, élevage, pêche, aquaculture etc…), avec ce schéma qui doit alors aider le citoyen lambda? Personne, personne et personne, ce citoyen est laissé à son sort au merci de ces banditismes autorisés par le pouvoir et le régime en place; une grande dictature qui devrait être combattue de toutes nos forces pour le bonheur des enfants honnêtes de ce pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here