Mali : l’UNTM donne 10 jours au gouvernement pour satisfaire ses revendications

2

Le Premier ministre, Dr. Choguel Kokalla Maïga, a rendu visite le mardi 15 juin  au  Bureau nationale de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) à son siège sis à la Bourse du travail. Le moins que l’on puisse dire, c’est que  le Chef du gouvernement n’a pu convaincre les syndicalistes.
-maliweb.net- En se rendant à la Bourse du travail pour rencontrer les membres du Bureau national de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), le Premier ministre était venu pour jeter les bases d’un dialogue social après l’échec des négociations entre le gouvernement dirigé par Moctar Ouane et la centrale syndicale. Une demande timidement accueillie par Yacouba Katilé et les siens, qui posent comme condition la satisfaction immédiate de leurs revendications déposées sur la table du gouvernement.
C’est ce qu’a indiqué Abdourahamane Infa Touré, secrétaire général adjoint, de l‘UNTM, selon lui  la centrale historique  tient à la mise en œuvre du protocole d’accord signé avec le gouvernement le 05 février dernier. Abdourahmane Infa Touré pense aux compressés et des partants volontaires à la retraite qui attendent depuis 30 ans la régularisation de leur situation. Il a aussi évoqué le problème de mise en œuvre de la grille salariale qui devrait être effectif depuis le 1er  janvier 2021.
Le nouveau gouvernement de transition ne rassure pas l’UNTM. En cause, la présence au sein de l’Exécutif de deux syndicalistes (la ministre de l’Education et celui de la Justice), qui dirigent des syndicats  ouvertement opposés aux revendications de l’UNTM. C’est ce qu’a indiqué  Ousmane Traoré, secrétaire chargé des questions économiques, sur les Ondes de RFI. D’après lui, l’attente de l’UNTM ne dépassera pas 10 jours après le premier conseil des ministres. Passé ce délai, la centrale historique menace de reprendre les mouvements de grève. « Le mot d’ordre de grève n’a pas été levé mais suspendu », a-t-il rappelé.
Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, s’était engagé lors de son premier conseil de cabinet le dimanche 13 juin à satisfaire une bonne partie de la demande sociale. Comme on le constate, le nouveau gouvernement de transition à peine installé est acculé de toute part. Il lui faut des ressorts solides pour sortir de ce bourbier. Puisqu’une nouvelle grève de l’UNTM fragilisera davantage le pays dont l’économie est à terre.
Il importe de rappeler que L’UNTM avait déposé un préavis de grève sur la table du gouvernement le 26 avril 2021 en 7 points. Ils avaient même observé une grève qui avait été suspendue à la suite du second coup d’Etat du 24 mai dernier.
Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Voilà Choguel de l’autre côté de la rive……maintenant on verra ce qu’il va faire !!!!

    Mais walaye l’executif de l’UNTM est composé d’une bande d’inconscients.

  2. SALAM SALAM CHERS ELECTEURS JE CROIS QUE L’OFFRE LES A ETE PROPOSEE MAIS ILS L’ONT DECLINES DISANT QUE LEUR LUTTE N’ETAIT PAS POUR UNE PLACE MAIS LAMELIORATION DES CONDITIONS DE TOUS LES TRAVAILLEURS Mr CHOGUEL TU SERAS RATTRAPE PAR TA PAROLE VOUS AVEZ DIT ICI HAUT ET FORT QUE L’ETAT A LA CAPACITE ET LES MOYENS DE RESOUDRE LES PROBLEMES DES GREVISTES DONC TOI MÊME EST LA DEVANT CETTE SITUATION ALLAH NI TCHIE CHAPEAU ASSIMI TU ES MALIN ET PLUS INTELLIGENT QUE Mr MAÏGA A BON ENTENDEUR SALUT

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here