Rentrée universitaire à la FMPOS : Des étudiants expriment leur ras-le-bol !!!

0
230

Depuis deux semaines, il est établi que les cours ont débuté à la faculté de médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie. Mais la réalité est en berne sur le terrain, tout comme d’ailleurs dans la plupart des ‘’nouvelles universités de Bamako’’. Pour en savoir d’avantage sur l’état d’avancement de la rentrée à la FMPOS, Le Flambeau a recueilli le témoignage de quelques étudiants.

SAMBA SEYDOU GUINDO/ 2EME ANNEE MEDECINE:

« Nous sommes contents que les professeurs soient revenus en classe, puisqu’il était temps. En ce qui concerne la rentrée, il faut reconnaître que jusque là nous sommes confrontés à différents problèmes. Le problème majeur serait le non payement des heures supplémentaires des professeurs qui en réalité, pénalise et freine l’élan des cours en ce début d’année, ce qui explique la rareté des professeurs. Depuis le début jusque là il n’y a eu que deux professeurs qui sont venus et n’ont dispensé que deux cours seulement ».

ABDOULAYE DEMBELE/ 1ERE ANNEE MEDECINE:

« La rentrée a été officiellement proclamée par les autorités en charge, mais franchement nous qui sommes en première année nous n’avons eu que deux heures de cours. Chaque fois que nous effectuons le déplacement, c’est le même constat : l’absentéisme chronique des enseignants. Le problème qui parait le plus difficile est le nombre d’étudiants inscrits en première année (près de 2000 inscrits pour un amphi théâtre de cinq cent places NDLR). En réalité je suis pessimiste pour la rentrée de cette année ».

OUMOU GORO/ 1ERE ANNEE MEDECINE:

 « Le début d’année ne se déroule pas bien. Depuis que nous sommes venus, l’on a assisté qu’à seulement deux heures de cours, les professeurs ne viennent pas et ça devient de plus en plus embarrassant. En tout cas que Dieu nous aide, car notre avenir est en jeu. En plus de cela,  il y a de nombreux étudiants qui se découragent en ce qui concerne le fait de prendre les cours à l’intérieur de la ville ».

SADIO TRAORE / 1ERE ANNEE MEDECINE:

« On est vraiment désolé pour cette rentrée ignoble. En premier lieu, le nombre d’étudiants inscrits et le quota demandé sont disproportionnés.  Considérant ce nombre, je crois qu’on doit augmenter le quota. Quant à la gestion du campus, il parait qu’on a prévu quatre personnes pour une chambre.  Face au nombre très élevé d’étudiants et à la cherté des chambres privées dans le village de Point G, nous nous demandons quelles sont les précautions qui seront prises pour remédier à cette situation inquiétante.

SIRA SAMAKE / 1ERE ANNEE MEDECINE:

 « Tout ce que moi je peux dire est que nous en avons marre de cette situation qui prévaut actuellement au sein de la faculté. Les problèmes se multiplient et se résolvent guère. Les cours ne se déroulent pratiquement plus dans les normes. En tout cas, j’en ai ras-le-bol ».

Propos recueillis par

DIALLO HAMADY

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.