Pour permettre au Mali de faire face aux changements climatiques : L’Aedd et la coopération norvégienne se donnent la main

0

La hausse soudaine des températures, la baisse continue de la pluviométrie, les cyclones et inondations témoignent si besoin était encore des changements climatiques qu’ils convient de prendre en compte désormais dans toutes les politiques de développement. Ces changements s affectent l’environnement mais aussi la production agricole, l’élevage et l’accès à l’eau. Comment donc s’adapter à ces perturbations importantes et les intégrer à nos modes de production? C’est la question à laquelle le Ministre de l’environnement et les experts de son département essaient de trouver des réponses.

L’Agence de l’environnement et du développement durable (Aedd), la coopération norvégienne et le Projet d’appui à la politique environnementale allemand (Pape/ Giz) se sont donc retrouvés le jeudi, 28 juillet 2011à l’Hôtel Salam en présence du Professeur Tiémoko Sangaré, Ministre de l’environnement pour adopter le projet sur la politique et la stratégie nationales sur les changements climatiques dont le projet a été déjà élaboré depuis plus d’une année.

Le Mali est un pays très vulnérable aux changements climatiques. A cet effet les modèles de prévisions climatiques indiquent une hausse significative des températures, une modification de la pluviométrie, et une intensification des phénomènes climatiques extrêmes durant les décennies à venir. Aujourd’hui, les changements climatiques sont désormais manifestes avec des températures de plus en plus fortes. Conséquences de ces perturbations, des inondations importantes et fréquentes, des épisodes de sécheresse imprévisibles. L’économie, la production agricole en particulier s’en trouve affectée. En effet les niveaux de production agricole deviennent aléatoires comme ceux  de l’élevage, et l’accès à l’eau s’en trouve compliqué. C’est donc pour faire face à une telle situation que le Gouvernement a conçu un programme de lutte appelé « Stratégie nationale changements climatiques Mali (Sncc Mali) ».

Cette Stratégie nationale sur les changements climatiques Mali (Sncc Mali) a donc pour but de s’accorder sur une vision consensuelle et participative d’un plan de développement adapté à ces changements climatiques et un Plan opérationnel d’action, intégrant les actions principales devant être menées dans notre Pays au cours des années à venir. L’élaboration de cette stratégie a été rendu possible grâce à un audit effectué auparavant suivi de la définition des orientations politiques. Ces orientations ont servi de guide à l’adoption de la politique nationale. La finalisation de cette politique a été faite par Mali Folk center pour le compte de l’Aedd /l’Alliance globale.

La réalisation de ce projet Sncc a connu trois étapes importantes. Dans un premier temps une mission d’audit du climat a été effectuée par les consultants de Ecosecurity à Bamako du 28 mars au 1er avril 2011. Cette mission a permis d’avoir des échanges et réunions avec les différents acteurs concernés sur les  actions à entreprendre et les prévisions relatives à cette problématique et les défis qu’elle représente pour le Mali. La seconde étape à consister à l’organisation les 18 et 19 mai 2011d’un séminaire national sur les changements climatiques, une rencontre qui a permis de présenter les résultats et recommandations de l’audit climat réalisé par Ecosecurity et de tenir des discussions avec les différents acteurs du Pays. Enfin un atelier a été organisé les 21,22 et 23 juin à Bamako qui a permis l’élaboration du projet.

Le présent séminaire a pour objectifs de faire de confronter des schémas de solutions  et de convenir de politiques nationales sur les changements climatiques, la stratégie résultant de ce processus et de plan d’action national climat, et enfin l’adoption d’outils appropriés.

Le ministre qui a donné le coup d’envoi de travaux a dit son espoir de voir le Mali disposer enfin d’un document et présentant une vision d’ensemble d’une démarche intégrée et efficiente pour faire face aux changements climatiques, et d’intégrer dans ses projets de développement les techniques d’adaptation et d’atténuation des émissions des gaz à effet de serre.

 

Oumar Dionfaga


Commentaires via Facebook :

PARTAGER