Enquête d’opinion du département communication de l’Indépendant sur l’accord d’Alger : Seuls 36.2% des sondés le jugent crédible. 61,1 % favorables à l’application des sanctions de l’ONU au MNLA et au HCUA

4
Nouveau round de négociations s'est ouvert à Alger, le 16 juillet 2014, entre les groupes armés du Nord du Mali et le pouvoir malien conduit par Abdoulaye Diop (C), le ministre des Affaires étrangères et de plusieurs ministres qui l'ont accompagné. AFP/FAROUK BATICHE
Nouveau round de négociations s’est ouvert à Alger, le 16 juillet 2014, entre les groupes armés du Nord du Mali et le pouvoir malien conduit par Abdoulaye Diop (C), le ministre des Affaires étrangères et de plusieurs ministres qui l’ont accompagné.
AFP/FAROUK BATICHE

Pour faire participer nos concitoyens aux processus politiques, sociaux et autres engageant la vie de la nation, L’Indépendant entreprend, à partir de ce numéro, de les faire réagir à chaque événement important au moyen d’un sondage d’opinion. Le premier du genre, qui vous est proposé, porte sur ” l’Accord de paix et de réconciliation au Mali ” issu des pourparlers d’Alger, lequel accord se trouve au cœur de l’actualité nationale et alimente le débat public.

e sondage a été réalisé entre le 18 et le 21 mars 2015 dans les 6 communes du district de Bamako sur un échantillon de 1 000 personnes de 18 ans et plus, évoluant principalement dans les lycées, universités, centres de formation, ministères, instituts et autres lieux publics. Il a porté sur les quatre questions suivantes.

Première question : L’Accord d’Alger paraphé par le Gouvernement du Mali et les mouvements d’auto-défense est-il crédible ou non ?

36,2 % des sondés ont répondu par l’affirmative, 29,3 % par la négative et 23,7 % ont préféré  ne pas se prononcer ou ne savent pas tout simplement.

Deuxième question : Peut-on s’attendre à ce que le MNLA et le HCUA adhèrent à l’Accord d’Alger ?

31,1 % des personnes interrogées se sont déclarées optimistes quant à la signature de l’accord par les séparatistes contre 34,3 % de pessimistes et 22.5% qui ont gardé le silence ou disent ne pas savoir.

Troisième question : Au cas où ils refuseraient d’adhérer audit Accord, faut-il appliquer les sanctions brandies par les Nations-Unies ?

61.1% des sondés sont pour l’application desdites sanctions, 9.4 % sont contre et 17.6 % se sont abstenus de répondre ou ont indiqué ne pas savoir.

Quatrième question : En cas de signature par toutes les parties, peut-on s’attendre à une paix durable au nord du Mali ?

33,8 %  ont dit OUI, 33 % ont dit NON et 22,1 % sont indécis ou déclarent ne pas avoir d’opinion.

Cette étude d’opinion nous révèle que la proportion des individus sondés qui croient à l’aboutissement de l’Accord d’Alger oscille autour de 36 %. C’est dire que ce document souffre d’un manque de crédibilité au sein de l’opinion nationale. En revanche, les sondés comptent davantage sur les sanctions de la communauté internationale pour faire adhérer les mouvements séparatistes que sont le MNLA et le HCUA à l’Accord de paix.

L’enquête révèle par ailleurs que sur 31,5% de femmes interrogées, 22.1% manifestent un intérêt pour l’Accord d’Alger. Sur ces 22,1%. 13.7% trouvent l’Accord crédible, 8,4% non crédible et 9,4% ne s’y intéressent pas.

Du côté des hommes, sur 57,8% interrogés, 43 ,4% se sont prononcés sur les fondements dudit accord. 22,5% d’entre eux pensent l’accord positif et 20,9% le jugent négatif, 14,4% ne se prononcent pas ou disent ne pas savoir.

Le taux d’analphabétisme  élevé au Mali explique le peu d’enthousiasme suscité par l’Accord d’Alger. Il est, en effet, déplorable de constater que 23,8% de la population ignorent les dispositions dudit Accord.

En conclusion : étant donné que moins de 37% des sondés jugent crédible l’Accord d’Alger, le gouvernement malien doit développer une vigoureuse campagne de communication pour y faire adhérer les 63% de nos concitoyens qui ne lui font pas confiance.

Voici quelques-unes des réactions de personnes sondées sur les l’Accord d’Alger

Relativement à la Première question : L’Accord d’Alger paraphé par le Gouvernement du Mali  et les Mouvements d’Autodéfense, Selon-vous, est-il crédible ou Non ?

” Non “. Car, ce sont les populations du nord qui vont bénéficier essentiellement des retombées de l’Accord.

” Non “. Il s’agit d’expliquer sans ambages le contenu réel de l’accord et permettre ainsi aux citoyens de l’analyser et donner leurs points de vue sur la question. En réalité, je pense qu’un piège y est caché.

” Non “. Car les deux parties se sont fait des concessions réciproques sans qu’elles soient sous-tendues par une volonté réelle et partagée d’exécuter l’Accord.

-” Oui “. Car il est rédigé par une pléiade d’intellectuels.

-” Je ne sais pas “. Je ne saurai répondre, car, je n’ai aucune idée du contenu de cet Accord.

Relativement à la deuxième question : Peut-on s’attendre à ce que le MNLA et le HCUA adhèrent à l’Accord d’Alger ?

“Non “. Mais ces négociations peuvent être favorables.

Oui “. Si la France et les Nations-Unies maintiennent la pression qu’ils exercent sur eux.

-“ Oui “. A condition que les deux groupes se livrent à une analyse de la situation avec un esprit de patriotisme et dans le respect des Aïeuls.

-“ Non “. Sauf si les Nations alliées se plient à leurs doléances.

-” Oui “. Car l’alliance prime beaucoup avec les puissances et la séparation du Mali sous une autre forme possible

Relativement à la troisième question : Au cas où ils refuseraient d’adhérer audit Accord, faut-il appliquer les sanctions brandies par les Nations-Unies ?

-” Je ne sais pas “. Car le cas du MNLA dépasse le Mali. Leur sort n’est plus du ressort du gouvernement malien.

-” oui “. Parce qu’ils font un double jeu.

-“ Non “. Car la non adhésion peut entrainer des actions internationales.

” Non “. Au risque de transformer le Mali en Afghanistan ou Irak.

-“ Non “. Car les sanctions ne sont pas toujours une solution.

-” Non “. Car nous savons que ces sanctions ne feront qu’attiser les incompréhensions déjà au Mali.

-“ Non “. Car ces sanctions n’auront pas d’effet sur ces groupes qui sont belliqueux et de mauvaise foi.

Relativement à la quatrième question : En cas de signature par toutes les parties, peut-on s’attendre à une paix durable au nord du Mali ?

-” Non “. Mon intime conviction est que les Accords d’Alger ne sont que du cinéma.

-” Oui “. Il faut être optimiste.

-” Oui “. Cependant, rien n’est sûr avec ces gens et qui veut la paix prépare la guerre.

-” Non “. Car les rebelles n’ont jamais respecté leurs engagements. C’est la razzia, le trafic de drogue qui les arrangent. Ils veulent bien vivre sans travailler comme tout le monde.

-” Oui “. Si le gouvernement prend des mesures.

-” Oui “. Mais à long terme, il faut qu’ils se comportent en conformité avec l’Accord paraphé.

-“ Non “. Car le nord veut plus d’égalité et le sud plus de justice.

-” Non “. Car la disparité socio-économique est très profonde

-” Oui “. S’il y a une volonté politique commune des parties d’aller vers la paix, la réconciliation, le développement.

Enquête dirigée par Mohamed HAIDARA, master II en communication obtenu à l’Institut   International de communication de Paris

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Des choses comme çà méritent d’être confiées à des structures plus spécialisées et crédibles ayant la confiance de tout le monde.

  2. Un sondage réalisé dans les lycées, Universités, centre de formation et autres lieux publics sur un échantillon de 1000 personnes dont on ne sait pas comment ils ont été choisi. Et Un journal comme indépendent se permet de le publier. Entre un agent de Communication et un journal qui n’arrive pas à savoir qu’en aucun moment la sommes des pourcentage à une question ne donne 100%, qui blamer?
    Des questions ouvertes non traitées pour déterminer une tendance faite sur la similarité des message.
    Franchement, soyez sérieux ne serait ce qu’une fois!!!
    C’est vraiment pathétique et je dirais lamentable.

  3. ” 1 000 personnes de 18 ans et plus, évoluant principalement dans les lycées, universités, centres de formation, ministères, instituts et autres lieux publics.” 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Et ça, c’est sensé représenter quelle TRANCHE socio-économique exactement? 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    Dans une soi-disant “même tranche” de population, les sondés sont la fois des lycéens, des universitaires, des fonctionnaires… 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Même la tranche d’age des sondés est d’une précision diabolique: “18 ans……..et plus!” 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Enfin, j’ai adoré la dernière catégorie SOCIO-PROFESSIONNELLE sondée, à savoir: …………..LES LIEUX PUBLICS! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 (La terrasse de l’Amandine, les caisses de Azar libre-service, les maquis, les bars Chinois, etc…)

    Décidément, entre notre statisticien marabout Guindo, notre Grand docteur Numérologue, et maintenant, notre nouveau Haidara, question sondages, on doit être au top dans toute la sous-région! 😆 😆 😆 😆 😆

    Houbien? 😛

    • Ce Monsieur confond Communication publicitaire et Sondage.
      Population dans les lieux public rime bien avec opinion publique
      population de 18 et + rime bien avec une frange importante de la société
      Mater II en communication signifie bien qu’on ne sait pas calculer mais faire de communication
      Voila pourquoi il fait des sondage sans se soucier de la précision, des cohérence de ses calculs ou encore de la méthoide d’échantillonnage.

Comments are closed.