Déclaration du mouvement de la jeunesse «Sadi » : Sur la violation de la loi électorale

0

La Loi N° 06-044/ du 4 Septembre 2006 est claire :

 

ARTICLE 4 : La Commission Electorale Nationale Indépendante est composée au niveau national de quinze (15) membres répartis comme suit :

– dix (10) membres désignés par les partis politiques suivant une répartition équitable

entre les partis politiques de la majorité et ceux de l’opposition ;

– un (01) membre désigné par les Confessions religieuses ;

– un (01) membre désigné par le Syndicat Autonome de la Magistrature ;

– un (01) membre désigné par le Conseil de l’Ordre des Avocats ;

– un (01) membre désigné par les Associations de Défense des Droits de l’Homme ;

– un (01) membre désigné par la Coordination des Association Féminines (CAFO).

 

 

ARTICLE 7 : Les membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante sont choisis ou élus par les institutions ou organisations qu’ils représentent selon les modalités fixées par ces institutions ou organisations.

La désignation doit intervenir dans un délai de quinze (15) jours à compter de la date de notification de la lettre du Ministre chargé de l’Administration Territoriale par laquelle elles sont invitées à communiquer la liste de leurs représentants.

La non-désignation dans le délai prévu de son ou de ses représentants par l’une des institutions ou organisations habilitées n’entache pas la régularité de la composition de la C.E.N.I ou de celle de ses démembrements.

La  C.E.N.I (Commission Électorale Nationale Indépendante) a été créée pour garantir la légalité et la transparence du processus électoral, seule voie d’accès au pouvoir dans un régime démocratique.

Convaincu que cette mission de la C.E.N.I ne peut logiquement et objectivement être remplie que par l’application de la loi électorale, sans aucun tripatouillage :

– vu le décret de nomination des membres de la C.E.N.I en complète violation de la loi,

– vu les efforts inlassables de l’opposition qui a toujours cherché à négocier pour trouver une solution conforme à la loi ;

– vu  que la liste de l’opposition a été déposée dans le délai, et que le général Kafougouna KONE a refusé d’appliquer la loi qui frappe de forclusion la liste de la majorité parce que déposée hors du délai légal,

 

 

 

Le Mouvement de la JEUNESSE-SADI, convaincu que la C.E.N.I est prise en otage:  

 

– dénonce le fait que la majorité ait boycotté certaines rencontres de médiation pour trouver une solution dans l’intérêt supérieur de la patrie Malienne,

– dénonce le blocage dû à la volonté des partis de la majorité et du Général Kafougouna KONE de violer les textes,

– dénonce fermement la violation de la Loi électorale par le Général Kafougouna KONE, le Gouvernement Malien et ses alliés des partis politiques.

– condamne l’intention du Président Amadou Toumani TOURE qui transparaît à travers la volonté  d’organiser des élections frauduleuses en 2012.

– prend en témoin l’opinion nationale et internationale.

 

 

Le Mouvement de la  J-SADI :

– exige les cinq places dues à l’opposition à la C.E.N.I pour qu’elle puisse jouer pleinement son rôle.

– demande à la justice Malienne de dire le droit dès qu’elle sera saisie.

 

– s’engage à lutter avec la dernière énergie contre cette violation flagrante organisée planifiée pour tricher.       

 

 

– affirme que si les élections générales de 2012 ne respectent pas la volonté du peuple du Mali la paix et la quiétude  sociale dans notre chère patrie seront mises en cause.

 

– émet une sévère mise en garde contre le Générale Kafougouna KONE, le Gouvernement Malien et ses alliés des partis politiques ainsi qu’au Président Amadou Toumani TOURE qui assumeront la grave responsabilité de cette violation de la loi Électorale vis-à-vis du peuple et devant  l’histoire. 

Le peuple du Mali est aujourd’hui plus déterminé que le 22 septembre 1960 et le 26 mars 91.

 

 

 

Le Mouvement de la JEUNESSE-SADI lance un appel patriotique à toutes les forces progressistes à s’unir  pour faire respecter la loi électorale afin de sauver notre patrie notre cher et grand Mali.

 

 

Le Mouvement de la JEUNESSE-SADI reste mobilisé pour la cause de notre Patrie et de l’Afrique et prendra toutes les initiatives possibles pour participer pleinement aux actions contre cette violation de la loi électorale.

 

Non, Non et Non à la violation de nos lois et textes !

Aujourd’hui comme toujours luttons contre l’injustice et l’inégalité !

 

Vaincre ou périr !

 

Le Mali, notre patrie, sera sauvé !                                                                                                

 

 

Bamako, le 24/09/2011

 

P. Le Mouvement de la J-SADI P/O

Le  commissaire Principal, Ibrahima KEBE


PARTAGER