Le commandant Aminata Diabaté à propos du strict respect des droits de la personne pendant la crise du Nord Mali : « Le comportement des Forces armées et de sécurité du Mali fait école »

22

En général les théâtres d’opérations militaires ont toujours constitué des lieux de violations des droits de l’homme, notamment au travers des viols et autres types d’atrocités. Mais force est de constater que la gestion de la crise du Nord Mali se veut un cas d’école à plus d’un titre.  En effet, les  organisations et structures de défense des droits de l’Homme, à l’unanimité, saluent le bon comportement des Forces armées et de sécurité maliennes sur le théâtre des batailles quant au respect des droits de l’Homme. Cette bonne réputation du soldat malien fait la fierté de notre armée. Il ne pouvait en être autrement quand on sait que le commandement militaire inclut la promotion des droits humains dans tous les combats à tous les niveaux. 

Le responsable de la section Droits humains à l’état-major général des armées, le commandant Aminata Diabaté nous parle en toute modestie des missions et ambitions de sa section.

Lisez !

 

Commandant Aminata Diabaté

L’Indicateur du Renouveau : En tant que responsable de la section droits humains à l’état-major général des armées, quelles sont les missions de votre structure ?

Le commandant Aminata Diabaté : La section dont je suis en  charge est logée dans la Division Opération Maintien de Paix Droit International Humanitaire. Elle est chargée de la vulgarisation du droit international humanitaire, la diffusion des normes juridiques nationales et internationales relatives aux droits de la personne, l’interrelation entre les Forces armées et de sécurité et les populations civiles, la sensibilisation et la formation des militaires sur les droits et la protection des femmes et des enfants pendant les conflits armés. Ce sont là entre autres nos missions.

 

L’Indicateur du Renouveau : Parlez nous de la genèse de votre structure au sein de l’état major général des armées.

Le commandant Aminata Diabaté : Depuis 1995, l’état-major général des armées a intégré dans son mécanisme de formation le concept de droit international humanitaire en général en mettant un accent particulier sur le droit et la protection des femmes et des enfants pendant les conflits armés. Des efforts ont été consentis par les autorités militaires maliennes pour promouvoir ce concept du droit des conflits armés à l’endroit de toutes les catégories de personnel militaire. La section Droit  International Humanitaire a beaucoup contribué à la vulgarisation de ce concept.

 

L’Indicateur du Renouveau : Comment êtes-vous parvenu à de si bons résultats ?

Le commandant Aminata Diabaté : De 2003 à 2011, la section a organisé plusieurs séances de formation dans toutes les régions militaires et administratives du Mali. Passionnée des questions de droits humains en général et ceux concernant les femmes et les enfants en particulier, j’ai eu l’opportunité de progresser dans cette  branche et d’être associée à plusieurs programmes de vulgarisation sur les instruments juridiques nationaux et internationaux relatifs au respect des droits humains par les éléments des Forces armées et de sécurité. Il faut saluer le courage de certains  acteurs ayant joué  un rôle très important dans la mise en œuvre de ce concept il s’agit entre autres : du Colonel Zoumana Kouyaté, Colonel Guindo et le Colonel Drahamane DIARRA.  

L’Indicateur du Renouveau : Quelles sont les activités menées par l’état-major des armées en rapport avec les organismes civils ?

Le commandant Aminata Diabaté : l’environnement des conflits modernes est complexe et demande une gestion multidimensionnelle et multidisciplinaire. C’est ainsi que le soldat cohabite et développe une synergie avec les organismes civils pour une meilleure gestion de ces crises. C’est dans ce cadre que des sessions de formation et de sensibilisation ont été organisées à l’intention du personnel militaire, toutes catégories confondues, et dans toutes les garnisons du Mali grâce à l’appui financier et technique des partenaires tels l’Unicef, Save The Childe/Suède et le CICR. Il faut rappeler que l’UNICEF a été d’un apport extraordinaire dans nos activités de formation et de sensibilisation en droit et protection des femmes et des enfants pendant les conflits armés. C’est le lieu de remercier tous ces partenaires pour leur appui constant durant l’exécution de notre programme.

 

L’Indicateur du Renouveau : Pourquoi les Forces armées et de sécurité tiennent tant au respect des droits de la personne ?

Le commandant Aminata Diabaté : Vous savez le Mali a ratifié les 4 conventions de Genève de 1949 sur le droit humanitaire, ainsi que de nombreux autres conventions et protocoles additionnels relatifs  aux droits humains. Il s’agit notamment de la Convention contre la torture, la Convention contre les pires formes de travail des enfants, la Convention des droits de l’enfant, le Protocole facultatif relative aux droits de l’enfant  en situation de conflit armé, etc.

De plus, le contexte actuel de la démocratie au Mali engage les autorités militaires à respecter et à faire respecter les engagements internationaux contractés par le Mali. Tout cela se décline dans le serment prêté par les officiers maliens. Les Forces armées et de sécurité se retrouvent investies d’une tâche délicate : veiller au respect des lois, règlements et décisions publiques en ayant constamment à l’esprit la non violation des droits humains. Depuis un certain nombre d’années, les autorités militaires sont résolument engagées dans cette voie.

 

L’Indicateur du Renouveau : Quelle appréciation faites-vous des atrocités dénoncées récemment au Nord Mali sur des femmes et des enfants ?

Le commandant Aminata Diabaté : Je déplore et condamne les nombreux cas de viols commis sur des femmes et des jeunes filles ; ainsi que toutes les autres formes d’atrocités perpétrées ces temps-ci au Nord du Mali. La guerre détruit le tissu social, politique et économique  de la société. Imaginez que vous perdez subitement un compagnon, un parent, un époux, une épouse et/ou un enfant, ou encore que vous soyez arraché brusquement à votre foyer, ou perdre votre gagne-pain, etc. La séparation involontaire et brusque d’avec les proches a valeur de dislocation de la cellule familiale.  Il n’est jamais facile de tout recommencer à zéro. Je pense que nous devons être sensibles en regardant ces populations innocentes qui traversent à pied des déserts arides ou risquent leurs vies pour atteindre un autre pays, dans l’espoir de trouver une vie meilleure, à l’abri de la violence et de la peur. Pour certains d’entre eux, le problème n’est pas d’être obligés de se déplacer. C’est l’impossibilité de se déplacer. D’autres parmi eux sont obligés de chercher refuge dans un pays étranger sans savoir s’ils reviendront encore chez eux.

En tant que femme, maman, épouse et sœur, je suis profondément touchée par cette situation. J’en suis d’autant plus interpellée que je fais partie des défenseurs de cette notion de droit. Je profite pour inviter vous de la presse et des médias ainsi que tous les communicants et les bonnes volontés à vous investir davantage pour l’éradication de ces fléaux.

L’Indicateur du Renouveau : Quels sont vos commentaires sur le comportement exemplaire des forces armées et de sécurité lors des présents conflits au nord du Mali ?

Le commandant Aminata Diabaté : Je crois que notre pays n’avait  jamais connu une telle atrocité. Je me félicite du comportement honorable adopté par nos hommes qui n’ont ni été cités dans des cas viols ni d’autres violations des droits de la personne en cette période de conflit dans le Nord Mali.

L’Indicateur du Renouveau : Qu’est-ce qui justifie la forte présence des forces armées et de sécurité sur des terrains humanitaires ?

Le commandant Aminata Diabaté : Comme vous le constatez, les Forces armées et sécurité sont présentes sur des terrains humanitaires pour faire découvrir une autre dimension du soldat autre que celle de l’utilisation des armes. En plus de la défense de l’intégrité du territoire national, qui est notre mission primordiale, le soldat doit une assistance aussi bien sécuritaire qu’humanitaire à sa population.

 L’Indicateur du Renouveau : Votre mot de la fin…

Le commandant Aminata Diabaté : J’invite mes compagnons d’armes à rester derrière le drapeau tout en assurant la défense de l’intégrité territoriale et à respecter les droits des conflits armés, en particulier ceux des femmes et des enfants pendant les conflits armés. Quelle que soit la mission, les militaires entretiennent toujours des contacts avec les populations civiles. Ils jouent par conséquent un rôle fondamental et ont une image importante à promouvoir, celle de soldats citoyens, de soldats   modèles protecteurs des groupes vulnérables.

Propos recueillis par

Markatié Daou 

 

 

Le Commandant Aminata Diabaté :

Cette femme officier qui compte

La hiérarchie aura certainement compris qu’il faut compter avec cette femme officier, qui n’a que pour plaisir le travail bien fait, pour apporter tout son soutien à sa mission de vulgarisation des conventions relatives au respect des droits humains et autres protocoles additionnels. Consciente de la justesse de la mission à elle assignée, Commandant Aminata Diabaté ne ménage aucun effort  pour atteindre les résultats escomptés.

Commentaires via Facebook :

22 COMMENTAIRES

  1. Pour elle abandonner les populations civiles entre les mains des saillants n’est pas une violation des droits à la protection. c’est honteux. Le nord c’est dejà une page tournée.

  2. C’est vrai mon commandant que c’est un cas d’école.Personne n’avait vu auparavant une armée aussi prompte à prendre ses jambes à son cou.Desormais on va vous envoyer competir contre hussene bolt.Il parait que dans les ecoles de guerre on cite en exemple le cas des militaires maliens pour expliquer aux stagiaires ce qu’est la lachété.Effectivement vous etes un cas d’école mais dans le sens le plus abject et le plus humiliant

  3. il y a un officier de l’armée qui a confisquer 2jour ma voiture a Bamako parce qu’il porte un tenu et voulais me montre sa puissance c’est un proche de ATT, vivement le mois de décembre pour aller lui dire que son mentor ATT n’est pas Dieux et encore moins lui,
    ATTENTION N’oublions pas nos braves soldats ÉGORGER a Angel hoc (paix a leurs Âmes)cela ne doit pas rester IMPUNIS.

  4. Conneries. Abandonner lachement les populations aux mains des agresseurs ne serait-il pas une violation du droit à la protection ?

  5. commandant que fais tu à BKO; n’as tu pas honte d’accorder cet entretien; étant donné que le nord est occupé.
    une armée en déroute au nord du mali peut faire quoi? on vous vu à Bko.
    tu sais pertinemment comment tu es devenues officier de l’armée et comment tu as eu ce poste.

  6. Comment veux-tu savoir ce que font les autres si tu es entain de fuir. Comme pour son chef Sanogo, la devise de l’armee du CNRDR+E est :LA FUITE OU LA MORT, NOUS AVONS FUI. ET NOUS N’IRONS PLUS NOUS BATTRE AU NORD.

  7. pour mal se comporter il faut exister d’abord. L’armée n’a jamais existé au Nord à plus forte raison de commettre des forfaits. Elle a pris ses pieds au coup et c’est pourquoi les rebelles ont fait ce que l’armée allait faire en cas de victoire ( vol,viol et tout genre d’abus ). Pour la petite histoire nous avons vu l’armée à Bamako après sa victoire sur ATT. Qu’est-ce que cette armée de honte n’a pas fait?

  8. Cette armée a des officiers apte à raconter des bêtises et des sottises mais jamais à se battre; N’as tu pas honte de dire que “Le comportement des Forces armées et de sécurité du Mali fait école”? n’as tu pas honte de dire ça même si tu es Diabaté? décidément la dignité semble avoir quitter ce pays; mais un peu de respect madame pour les maliens : Que les officiers généraux, officiers supérieurs, sous officiers et soldats du Mali se taisent; taisez vous pour une fois; nous savons ce que vous êtes et ce que vous valez; fermez la puisque les masques sont tombés bande de fainéants et rapaces à la solde du pauvre contribuable;

  9. Ce qui me mal c’est l’appelation Commandant par ci Colonel par et je ne sais quoi d’autre. L’armée malienne vous faite la honte a notre pays

  10. Cette interview n’ a pas lieu d’etre,j ai honte d entndre des officiers de notre armee parler ainsi devant cette situation que vit mon pays,elle le stipule bien en disant que le soldat doit aussi bien une assistance securitaire qu’humanitaire a sa population alors que c est tout le contraire que nos soldats ont realisés des les premieres heures des affrontements,des soldats qui desertent en se metamorphosant en guignol de tout genre et laissant les populations dans le desaroi,c est leurs absence qui est a l’origine des viols et des exactions commise sur nos populations,ils sont coupable.

  11. madame, fait un tour un nord pour voir ce qui se passe réellement, et fait un rapport que tu soumettra a qui de droit. tu peux pas rester dans un buro ici a bko et dire que tu défend des droits.

  12. Un article bizarre, on dirai que Mr le journaliste et Mm le commandant ne savent pas qu’on na plus d’armée que ces lâches on pris leurs jambes.. Comment nos soldat allais faire pour violer qui que ce soit? non un peu de respect cas même pour vos lecteurs.. Armée Malienne a fuit du nord en laissant derrière eux les pauvres citoyens dont ils étaient chargé de protéger.. voila ce qu’il faut dire aux gens la vérité.. vive le Mali..

  13. Diabatè !!! elle jout bien son rôle de griote de l’armée. Je ne savais pas qu’on recrutait aussi des griots de profession pour l’armée. Meriter notre respect en liberant vite le nord. Là on va chanter le Janjon pour l’armée, vous pourez alors composer votre chanson qu’on declamera avec joie. Rien d’autre avant.

  14. mais Mm commandant il faut nous respecter,chaque pays a ses realites.meme si nous signons des conventions ,l,armee doit veiller sur l,integrite du territoire.vraiment tais toi si tu n,a rien a dire.Car dans une republique il y ,a des regles de dans ,chacun doit respecter ses lois.l,armee devrais tuee ses bandits armees.maintenant ils ont tuer nos soldats et prendre la directive de certaine nos villes .toi et tes contaigants vous vous ou ,es que tu fait actuellement l,assistance au nord. HAUTE A VOUS ?
    ATT ET VOUS TOUS

  15. les soldats maliens etaient tellement pressés de fuir qu’ils n’avaient pas le temps de comettre des viols 😆 😆 😆

  16. Monter au Nord et epargnez-nous des commentaires Bidon…Jamais un pays n’as ete Humilier par son armee comme le Mali. Putain de merde. 👿

  17. mon commandant epargnez de vos salades!!!on a rien a foutre de vous,montez au nord c tout,vous etes payé au frais du contribuable malien pourrien

  18. Cette femme n est pas serieuse , c est la copine des grands officiers honte a toi

    • Arrêtez de salir les gens. Cette dame se fait remarquer par sa réligiosité (musulmane bon teint). Son humilité fait d’elle une personne respectée de tous dans le quartier. Elle partage les peines de ses voisins, les vient au secours dans la mesure du possible. Pourquoi l’accusez pour cette interview qui n’est pas un bilan des opérations armées de notre armée au Nord Mali. En fait elle a parlé des résultats de son programme. Chose n’est pas une faute en soi. Elle fait preuve de courage en tant que femme et militaire d’avoir osé parlé dans la presse. Ce qu’elle a dit n’a rien de grave. Quant à moi elle a une fois de plus démontré son soutien aux femmes. Mieux elle se félicite de la porté de son programme, chose qui prouve au moins que l’argent mis à sa disposition n’est pas l’objet de détrounement ou dilapidation.
      Comprenez que cette femme est mère, épouse, soeur et malienne, de grâce, elle ne mérite pas les injures d’inconnus se cachant derrière l’anonymat pour verser leur baves sur des honnêtes citoyens. Je ne sais pas si cette dame était la mère de ceux qui profèrent des injures…?
      Au Commandant Aminata Diabaté : “Il ne faut pas vous décourager, ne prenez pas ces critiques, injures et autres propos déplacés en mal. L’essentiel est que nous militaires et civils comprenons l’importance de votre combat. Et nous vous soutenons dans cette démarche. Prenez les choses du bon côté, et allez de l’avant”.
      Moi Garanka, citoyen malien, n’a peur de personne pour exprimer mes idées. Si j’ étais le fils ou petit frère du Commandant Diabaté j’allais fêté aujourd’hui pour avoir fait réagir plus de 2000 fois les lecteurs de maliweb, un site respecté et respectable.
      Gardez vous!!!!
      Repos!!!!
      Prêt!!!!
      Partez!!!
      A bon entendeur salut!

Comments are closed.