Nouvelle réunion des Chefs d’Etat-major de la région à Tamanrasset : Le Général Mahamane Touré sera porté à la tête du CEMOC aujourd’hui

1
général des Armées
Le général Mahamane Touré

Une réunion ordinaire du Conseil des chefs d’Etat-major du Comité d’état-major opérationnel conjoint (CEMOC) se tient hier et aujourd’hui, dans la ville de Tamanrasset (ville qui abrite le siège de cette structure) située à environ 2000 km au sud de l’Algérie. Rappelons que les pays qui composent cette structure créée  le 21 avril 2010 sont  l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger.

L’objectif de cette rencontre est d’évaluer la situation qui prévaut dans la sous-région du Sahel. Aussi, il sera question de l’application des dispositions prises pour la lutte contre le terrorisme et la criminalité. Lesquelles prévoient notamment des patrouilles mixtes. Cette réunion sera présidée par le Général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre algérien de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’armée algérienne. La réunion donnera également lieu à un échange d’analyses et d’informations et à l’établissement du bilan des actions conformément à la stratégie de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée adoptée par les pays membres.

Le temps fort de cette réunion sera la cérémonie de passation de la présidence du Conseil des Chefs d’Etat-major entre le vice-ministre de la Défense, chef d’Etat-major de l’Armée algérienne à son homologue malien, le Général de division Mahamane Touré.  C’est la première fois que ce dernier prendra la tête du Comité. Son choix intervient au moment où la situation sécuritaire reste toujours préoccupante au nord de notre pays. Mis en place en 2010 pour lutter contre le terrorisme à travers des patrouilles mixtes et des échanges d’informations, le CEMOC a peiné à démarrer correctement ses activités. A telle enseigne que certains lui prévoyaient une belle mort car n’ayant pas su prévenir la détérioration de la situation sécuritaire notamment au Mali.

Mais avec l’annonce de la création d’une nouvelle force par les pays de la région notamment ceux du G5, le CEMOC semble vouloir reprendre du service. En tout cas, c’est la deuxième rencontre du genre pour redynamiser cette structure après celle de janvier 2015, toujours à Tamanrasset.

         Massiré Diop

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.