Pour prévenir d’éventuels bruits de bottes : Moussa Sinko Coulibaly auditionné au camp I de la gendarmerie

4

Depuis les événements du 22 mars 2012, les démocrates sincères ont décidé d’unir leur force pour prévenir à tout jamais  un autre  pronunciamiento. C’est pourquoi suite aux propos de l’ex-directeur de l’école de maintien de la paix Alioune BlondebeyeMoussa Sinko qui en appelle à un soulèvement populaire, les autorités pour protéger les institutions démocratiques ont pris les devants. Aussi,   le jeudi 11 octobre 2019, il a été entendu au camp I.

En effet, le président du Parti de la  Ligue Démocratique Pour le Changement et non moins  ancien chef de cabinet du capitaine bombardé général Amadou Aya Sanogo a indiqué qu’il est impérieux de mettre fin à ce régime pour abréger la souffrance du peuple. Ces propos ont choqué plus d’un. Cette tentative d’intimidation a poussé le président à réagir en soulignant : « que la nation n’a pas besoin d’élucubrations de nostalgiques du putsch ». Ces propos sont une réponse à l’égardd’un général qui en pleine crise  sécuritaire a préféré troquer la tenue pour   la politique. Pour une partie de l’opposition, cette audition est une atteinte aux libertés démocratiques et inaugure le début d’une dictature qui ne dit pas son nom. Durant l’audition l’honorable   Oumar Mariko, président du parti SADI et plusieurs autres leaders politiques  sont restés poster à l’entrée du camp pour marquer leur désaccord  suite à  cette convocation. Les véritables raisons de la révolte de l’ex-général remontent à l’arrestation du général Amadou Aya Sanogo, un compagnon de lutte, éphémère président après le coup de force du 22 mars 2012. IL doit à ce dernier son poste de ministre de l’Administration territoriale. À ce département, il a contribué à la brillante élection du président El Hadj Ibrahim Boubacar Keita  avec le soutien du généralSanogo et plusieurs autres putschistes. C’est bien lui  qui a martelé en Août  2013 que si les tendances se confirment IBk sera élu dès le premier tour. Des fuites dans la presse en son temps avaient révélé qu’il aurait eu un deal entre Amadou Aya Sanogo et  le Cherif de Nioro  pour qu’IBK puisse monter sur la colline du pouvoir. Au début c’était le parfait amour  au point que Moussa Sinko est  nommé directeur de l’EMPABB et promu général de Brigade. La brouille entre IBK et Sinko commence quand Soumeylou alors ministre de la Défense ordonna l’arrestation du général Sanogo sur instruction du président IBK.  Après cette arrestation, le président dira que Kati ne fera plus peur à Bamako qu’il faut poursuivre le nettoyage de l’écurie d’Augias. La situation économique délétère et les conditions sécuritaires difficiles  aidant, Moussa Sinko démissionne pour se porter candidat à la magistrature suprême d’Août 2018  avec sa formation politique.  Après la proclamation des résultats, il rallie l’opposition pour dénoncer un scrutin entaché de fraude. Depuis, il garde une dent cariée contre le régime. À sa sortie du camp I Moussa Sinko Coulibaly dira:« Après mon tweet qui dénonçait la souffrance du peuple malien, qui dénonçait la mauvaise gouvernance, qui dénonçait la situation générale du pays, on m’a expliqué, à travers une correspondance du procureur de la commune V, qu’il y a eu quelqu’un qui a compris que ce tweet était une incitation à une insurrection, que ce tweet était une incitation à la révolution, que ce tweet était une incitation à un coup d’Etat. On s’est bien posé la question, puisqu’on a écrit le tweet en français, si la personne comprend très bien français. Ce que nous avons mis sur le net est tout simplement le reflet de la situation actuelle du pays, une photographie de l’aspiration profonde du peuple malien. Nous, en tant qu’hommes politiques, nous nous faisons le devoir de ressortir toutes les vérités qui existent actuellement dans le pays. Nous ne sommes pas d’accord avec la pensée unique.  On veut faire éclater même les vérités les plus difficiles. Aujourd’hui, la vérité est que les Maliens souffrent ; la vérité est qu’il faut qu’on propose une autre solution. Et nous, au niveau de la ligue démocratique pour le changement, nous voulons mettre fin à la corruption, à la gabegie, au clientélisme, au népotisme et c’est sur ça que nous travaillons. Et toute notre action s’inscrit dans cette logique. Nous sommes respectueux des lois de la République, nous sommes respectueux de la constitution, nous savons que le peuple est avec nous. Nous nous tenons à la disposition de la justice malienne, nous faisons confiance à la justice malienne. Après l’audition de ce matin, avec les explications que j’ai donné, tout le monde comprendra aisément que les interprétations qui avaient été données à ce titre sont loin d’être les intentions, l’esprit et même la lettre de ce que nous avons écrit ».

M Samake

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Moussa sinko tait toi tu n’a rien a dire. .espèce de lâche. faux général fuyard traite. tu as trahi ton pays. ton peule ta patrie en temps de guerre tu as pris la fuite en laissent ta patrie dans la merde. tu mérite la mort par pendaison au nom de la loi. alors que tu fait parti des gens qui ont mis ce pays dans la situation qu’il se trouve aujourd’hui. c’est pas vous Moussa sinko . Aya sanogo et vos soldatesques qui sont les principaux acteurs de coup-d’état du 22 mars 2012 en mettent le pays dans le ko. c’est ne pas vous qui on tués vos Frères d’Armes. c’est ne pas vous qui ont pillez les caisses de l’état. c’est ne pas vous encore qui enlevez les paisibles citoyens dans leurs maisons. dans leurs Bureaux au vus et au sus de tout le Monde comme de véritables bandes organisé. honte a vous. le ridicule ne tue pas. maintenant tu as changé la veste. c’est aujourd’hui que tu suis que le peuple souffre . en volent. tuent et pillent ce même peuple là. en tout cas dieu n’est dore pas. tôt ou tard vous payera tout ce que vous avez fait comme mal a se peuple dont tu te fait avocat aujourd’hui incha allah !

    • Celui qui le fera ne le dira pas. Si le Général Moussa Sinko voulait des avantages militaires, il n’allait volontairement démissionner . Il est Général de l’armee alors qu’il n’avait pas 50 ans. Mais il s’est qu’au delà de l’armee Il y’a une autre vie plus meilleure . Intellectuel , il l’est . Il a appelé les patriotes sincères à un changement de pouvoir pour alléger la souffrance du peuple. Cet appel au changement est devenu la chanson préférée des maliens, qui ne vivent que dans la misère , l’insecurite , le dénigrement et dans la corruption généralisée . Avant lui d’autres l’ont dit et même demain nous allons encore réitérer ce changement de régime pour le bonheur des maliens .

  2. “Moussa Sinko qui en appelle à un soulèvement populaire”

    Il y a déjà longtemps que la NÉCESSITÉ IMPERATIVE (et urgente !!) d’un soulèvement populaire, est devenue une ÉVIDENCE pour …tout le monde !!!

    Et il y a déjà longtemps que plus personne au Mali n’a besoin qu’un Sinko ou qu’un X ou Y ne nous rappelle cette URGENCE VITALE à dégager de koulouba le voleur-bon à rien et son clan !!!!

    Le drame est que après 6 LONGUES ANNÉES de “chute libre” incessante du Mali dans TOUS LES DOMAINES, après 6 longues années de pillage incessant des caisses du pays, des aides extérieures, et des fonds destinés à l’équipement militaire (alors que nous sommes en guerre !!!), les dégâts déjà causés par ces 6 années de magouilles d’État et de “tourisme présidentiel en Boeing ” NECESSITERONT DE LONGUES DECENNIES POUR QUE CE MALI-BANANIER REDEVIENNE UN TANT SOIT PEU “CRÉDIBLE” AUX YEUX DU MONDE, AUX YEUX DES PUISSANCES OCCIDENTALES, AUX YEUX DES PARTENAIRES FINANCIERS, AUX YEUX INVESTISSEURS, ETC ETC ETC…😎😎😎😎😎😎😎

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here