Festival des masques et marionnettes de Markala : La 19ème édition lancée au CICB

0

Pour donner un avant-goût aux adeptes du festival de Markala, 1er festival du pays, l’ensemble des acteurs impliqués dans l’organisation s’était donné rendez-vous le samedi dernier sur l’esplanade du Centre International de Conférence de Bamako (CICB). En plus des Markalais, la cérémonie a enregistré la présence du président du comité de pilotage Paul Boro, du Maire de Markala Demba Diallo et du représentant  du Ministre de la Culture.

Le Festival des masques et marionnettes de Markala, appelé couramment « Fesmamas », a été créé en 1993. Il s’agit d’un événement culturel dédié à l’art des masques et marionnettes en tant que forme d’expression et de créativité. Il regroupe des participants Maliens et d’ailleurs (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, France, etc.) et se déroule tous les ans à Markala, localité située à quinze kilomètres de Ségou. Le FESMAMA traite chaque année d’une thématique à vocation socio-sanitaire ou éducative.
Il a connu un regain de vitalité depuis la création du comité de pilotage. Cette année le thème choisi tourne autour de la paix et de réconciliation. Le contexte marqué par les accords de paix a favorisé le choix de ce thème. Ainsi au mois de mars 2016, 3 jours durant, rendez-vous est pris à Markala pour cerner le rôle des masques et marionnettes de Markala dans la paix et la réconciliation au Mali. Dans son intervention, l’incontournable Paul Boro, président du comité de pilotage n’a manqué de saluer les uns et les autres pour leur don de soi pour la réussite du FESMAMA. Selon lui, le festival confère à la ville de Markala la structure d’une terre d’échanges et de rencontre. En plus, pour bon nombre d’observateurs, le FESMAMA est un outil de développement crédible basé sur les ressources culturelles entre les mains des populations de Markala. A ce titre, il appartient donc aux populations de la ville d’en prendre jalousement soin. Aujourd’hui, grâce à son ancienneté, à sa régularité et à son audience, ce festival est inscrit à l’inventaire national des biens culturels et reconnu d’intérêt historique, architectural et culturel. Pour le président du comité de pilotage, ce statut du FESMAMA doit lui conférer des subventions et appui financier de la part de l’Etat et des partenaires. Comme vecteur de rencontre des filles et des fils de Markala, le FESMAMA ne laisse pas indifférent le 1er responsable communal de la ville. Pour pérenniser cet acquis   important légué par les ainés, le Maire Demba Diallo qui a rallié Bamako pour les besoins du lancement a souligné qu’il faut éviter la politisation du festival. Profitant de l’occasion, il a salué les organisateurs pour leur contribution au rayonnement économique et culturel de Markala à travers le FESMAMA.
En plus du thème qui colle à l’actualité, plusieurs innovations attendent les festivaliers pour la 19ème édition, d’où l’augmentation du budget de 35%. En plus du budget, le FESMAMA dispose désormais de son site internet : (www.fesmamas.org) et sa propre page facebook.
De son côté, le représentant du Ministre de la culture a salué la dynamique enclenchée par le comité de pilotage autour du festival. En outre, il a réaffirmé la disponibilité du département de la culture à accompagner le 1er festival du pays. Pour joindre l’utile à l’agréable, un avant goût de la 19ème édition a été offert aux invités. En plus des masques et marionnettes, plusieurs danses du terroir étaient à l’ordre du jour. Toute chose qui a permis aux ressortissants de Markala de se déhancher dans la mesure du possible.
Lamine Diallo

PARTAGER