Historique de la ville de Kayes avec Adama Issa Sacko, promoteur – culturel

3

Parler de l’historique de la ville de Kayes, c’est de rentrer un peu dans l’historique du khasso. L’histoire nous permet de  nous orienter par rapport à l’événement ou à l’actualité.
Aujourd’hui nous allons essayer de parler de l’historique de la ville de Kayes. En parlant de cet historique, nous allons la prendre de très loin pour permettre aux uns et aux autres de comprendre. L’histoire de Kayes est liée un peu à celle du Khasso. Après la bataille de TUMBIN-FARA en 1677 1681, Sega Douga a été le premier Massa, Roi de Khasso, il a pris trois femmes, Ganssiri, Kinti et Hawa. Ganssiri a eu comme enfants Diadié Ganssiri, Guimba Kinti pour Kinti et Demba Séga qui a eu comme frères Silatigui et Hawarè. Le nom Hawarè paraît pour la 1ère fois parce que c’était une femme et une princesse qui a été très courageuse et qui appuyait toujours ses frères. Donc après Séga Douga, c’est Guimba Sambala qui est venu. Ce dernier a eu comme fils ainé Hawa Demba, un roi très illustre dans le Royaume du Khasso.
Qui est Hawa Demba ? C’est l’homme qui a joué un rôle très important dans l’histoire du Khasso. En 1829 déjà il avait l’autorité depuis le Logo jusqu’à la Falémé, c’est-à-dire que tout le Guidimakan et Gadiaga  étaient à son pouvoir. Hawa Demba avait commencé déjà les entretiens, les relations avec le colonisateur. C’est lui qui a eu pour la première fois les fiançailles mixtes entre sa fille, la très belle du Khasso, Sadioba et Duranton. Ça été le  premier mariage mixte entre un Européen et une Africaine (khassokée). Duranton sera une force très importante dans le Royaume du Khasso, parce que c’était la 1ère  fois qu’un toubab (blanc) lie une amitié avec un noir. Ce qui a permis à ce dernier (Hawa Demba) d’avoir non seulement de l’influence par rapport aux autres peuples surtout les Soninkés « Bathily »  de Guidimakan et Gadiaga mais aussi, par rapport aux Bamanan Massassi qui l’avaient combattu à Kouniakary et l’ont poussé à s’exiler pendant trois ans dans le « Boundou ». A son retour, il a préféré s’installer dans le Logo puis à Maméry en fondant « Fassalô » et aussitôt Madina Khasso qu’on appelle couramment Médine. C’est là-bas, qu’il  a été intronisé pour la 2ème fois à la Place Peline de Samballaya. Cette place existe de nos jours à un 1 km de Médine sur l’axe Kayes Médine. Donc le Royaume est devenu très grand et Hawa Demba était le seul Roi du Khasso qui n’était pas sous la domination du Royaume Bamanan Massassi.
A la mort de Hawa Demba sa succession devrait revenir à deux de ses fils nés  le même jour. Il s’agissait de Kinti Samballa et de Diouga Samballa. Mais par la naissance, Kinti est devenu le roi avant  Diouga Samballa. Ce dernier qui a fait la bataille contre El hadj Oumar Tall pour défendre son Tata à Médine et le Fort des Toubabs (Blancs). Diouga Samballa est devenu aussi un homme très puissant dans le Khasso. La puissance du Khasso  était pratiquement  dans une seule bounda (maison), une seule alliance qui était le « Dembaya », le plus rayonnant  et le plus important et qui est resté indépendant par rapport au Royaume Bamanan Massassi qui avait occupée toute la rive gauche du Fleuve Sénégal. Donc de Médine, il a vu la nécessité de créer un poste en avant et ce poste c’était Kayes. C’est comme ça que Diouga Samballa a fait venir son enfant, Guessé Sidi Diallo, pour fonder un autre village qui s’appelait le village de « Kayes Khasso ». Historiquement voilà comment la ville de Kayes a été créée.
Donc à partir de là, nous allons rentrer un peu dans la fondation de Kayes. Fondée en 1880 par Guessé Sidi Diallo, la ville de Kayes traditionnellement et d’après l’interprétation de la géomancie, devrait s’étendre entre deux marigots (papara et kamankolé). C’était dans les vissions de la géomancie  traditionnelle que la ville de Kayes devrait s’agrandir entre ces deux marigots. Dieu merci, aujourd’hui, le constat a été révélateur, la ville s’est beaucoup étendue comme prévue.
A partir de là, la capitale du Khasso qui était à Médine s’est retrouvée à Kayes.
D’où provient donc le nom Kayes ? C’est là où il y a beaucoup d’explications et de contradictions. D’après la tradition qui nous est contée il viendrait du rônier, c’est un nom soninké « khayé » qui, par déformation, est devenu Kayes. Tout le monde connaît l’importance du rônier, même dans la politique de la gouvernance des rois, « Massa », du Khasso mais aussi tout le long du fleuve du Sénégal, vous retrouvez ces rôniers et beaucoup dans la ville de Kayes vers le côté de l’Hôpital Alphousseyni Daou. Voilà pratiquement d’où est venu le nom de Kayes. C’est un nom soninké rônier qui veut dire « khayé ».
Il y a deux à trois explications qu’on donne à Kayes. La 1ère appellation, Kayes « don dan kélé, bon dan kélé » c’est – à-dire, une seule porte d’entrée et de sortie. Traditionnellement, ce n’est pas une porte, ça veut dire que c’est une grande famille où il y a l’attente. Donc dans une grande famille où il y a entente il y a tout juste une seule porte où tout le monde rentre et où tout le monde sort. C’est quand il n’y a pas d’entente que la grande famille a deux ou trois portes. Mais Kayes était cette grande famille où il y avait de l’ambiance et de la symbiose.
La 2ème appellation « Kayesba Diabaté » veut dire littérairement que personne ne peut s’empêcher de venir à Kayes. C’est ça qui veut dire « Kayesba Diébakaté » et non « Kayesba Diabaté ».
La 3ème appellation « Sakoukili boulouba (khassoké)» ça veut dire qu’en une seule matinée tu pouvais dépenser tout ce que tu avais comme biens.
Le premier habitant qui de Kayes  fut effectivement Guéssé Sidi Diallo avec sa famille en tant que fils du Roi. Quand on dit que Kayes appartenait aux Soninkés, c’est parce que le territoire de Gadiaga avait été annexé par les khassokés il y a très longtemps, c’est ce qui a même facilité le commerce entre Kayes et l’Europe.
Kayes n’est pas seulement historique. Il faut aussi reconnaître que la ville a connu des grands noms  surtout sur le plan politique. Prenons l’exemple d’Alpha Oumar Konaré (Ancien Chef d’Etat du Mali) qui est de la ville Kayes et dont la mère vient de la famille royale. Le Khasso a connu d’autres grands noms sur le plan culturel et historique tels que : Lamine Koura Guèye, né à Médine, qui fut le 1er Député de l’Assemblée Nationale française, Fily Dabo Sissoko (Bafoulabé), grand historien et géomancien, Moussa Traoré (Sébétou), ancien Chef d’Etat du Mali etc. Sans oublier qu’Almamy Samory Touré, après son arrestation, est passé par Kayes pour aller finir ses jours au Gabon. Il a même séjourné à Kayes un vendredi où il a prié à l’actuel emplacement de la Grande Mosquée de Kayes. Donc c’est une ville très historique. C’est la 1ère  fois qu’il y a eu le 1er mariage mixte, et par où le colon est passé. C’est à Kayes aussi qu’il y avait deux gares de chemin de fer. C’est à Kayes, où pendant la 2ème Guerre Mondiale quand la France était occupée, que tout le trésor français y a été acheminé et mis à l’abri.
La Rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Le fort de Médine, lieu de tourisme par excellence ne devrait pas être une fiereté pour nous maliens puisque ce lieu fut utilisé par l’envahisseur d’alorsdans sa conquête du Soudan, comme base arrière!Pire encore, même ton propre exclave, s’il lui arrivait de pénétrer dans le fort, il en sortait affranchi au non de la république!Un mariage “mixte” avec un blanc non plus n’est pas un symbole de fièreté à mon avis. 😉

    • ça n’arrivera jamais avec l’aide du tout puissant,
      Je suis d’accord avec le promoteur culturel sur beaucoup de points, mais jamais sur la signification que certains ont voulu donné à Khayes, c’est une déformation de l’histoire, une transformation de la réalité pour ce qui serait l’origine soninké:signifiant rônier,je vous donne deux preuves que ce n’est pas ça:
      premièrement, le fondateur est khassonké et s’appelait Guéssé Sidi DIALLO;
      deuxièmement, l’existence du quartier khasso plus authentique de part le nom et plus ancien que tous les autres quartiers;
      troisièmement, il y a tellement de mots ou d’expressions khassonkés qui correspondent à Khayes que je ne peux pas fournir tous.
      Exemple: Khayes ! comme exclamation signifie: exactement, exact, just peut être le mot ou l’expression prononcée par le fondateur dès son arrivée sur les lieux etc.

Comments are closed.