La tribune du lundi : Les services de douanes dans un Etat défaillant !

1

Mon pays va mal, très mal. Le Mali est méconnaissable aujourd’hui et les Maliens ne comprennent plus rien de ce qui leur arrive. Ils ont peur pour leur survie et ils s’inquiètent pour le devenir (sécurité, unicité, indivisibilité, laïcité, cohésion sociale, etc.) du grand Mali d’antan. Ils ne font que subir, impuissamment, les conséquences de l’incompétence, de la naïveté et de l’irresponsabilité  des autorités chargées de leur assurer la sécurité, la justice, le bien-être. Cette situation fait perdre à l’Etat du Mali toute crédibilité à l’échelle nationale et internationale.

La société malienne qui était, il n’y a pas longtemps, une société honnête et respectueuse des valeurs ancestrales (dignité, bravoure, sens élevé de l’honneur, patriotisme, etc.), est devenue une société méconnaissable, irrespectueuse de nos valeurs sociétales, indigne, dépourvue de tout sens d’honneur. Qu’est-ce qui est à la base de ce changement honteux du comportement de la société malienne ? Comment faire pour rendre cette société noble, digne, respectueuse des vraies valeurs ancestrales et capables de relever les énormes défis du changement pour l’honneur et le bonheur du Mali ?

L’Etat du Mali est un Etat défaillant de sorte que la mobilisation des ressources lui permettant de jouer, pleinement, son rôle régalien est quasi impossible dans ces conditions, car nos gouvernants ont une obsession pour l’intérêt personnel au détriment de l’intérêt général. Nous devons prôner l’amour du travail bien accompli, car seul le travail paye. Alphonse KARR ne disait-il pas “Si l’on veut gagner sa vie, il faut travailler. Si l’on veut devenir riche, il faut trouver autre chose. “

Je prends l’exemple, ici, sur un service transversal (collaborant avec plusieurs autres services pour le bien des citoyens): la douane, qui mobilise plus de recettes après les impôts et devant les domaines. Les recettes provenant de ces trois services doivent permettre à l’Etat de jouer pleinement ses missions.

Je rappelle que les services de douanes sont chargés de la perception des droits et taxes dus à l’entrée des marchandises sur le territoire national, de la protection des consommateurs, de la lutte contre les trafics illicites, du contrôle des contributions indirectes (taxes sur les produits pétroliers, les alcools, le tabac, etc.) et, plus généralement, de la police des marchandises. Ils interviennent aussi, en collaboration avec d’autres services, dans des domaines aussi variés que la lutte contre les contrefaçons, la protection du patrimoine culturel, la défense de l’environnement, le contrôle de la politique agricole commune et le contrôle des personnes aux frontières. Ils ont comme missions : la mission fiscale, la mission de soutien à la compétitivité économique des entreprises et la mission de protection et de sécurité.

La douane est une administration ayant pour fonction d’assurer le contrôle et la taxation des marchandises franchissant les frontières. Elle joue, donc, le rôle important en matière d’analyse statistique de la nature, de l’origine et de la valeur des produits échangés avec l’étranger.

Au Mali il se passe des choses édifiantes, incroyables et choquantes au vu et au su de tout le monde, mais que la population laisse passer et l’Etat aussi. C’est le fait que les hommes en tenue (Douaniers, Militaires, Gendarmes, Gardes, Policiers, Sapeurs-pompiers, Agents des eaux et forêts), les députés, les Magistrats, les Agents des services de la Présidence sont les plus nantis du pays car ils peuvent se permettre de rouler dans les voitures non dédouanées, sans aucun ennui. Il y en a qui ne prennent aucun papier officiel (vignette, visite technique, assurance). Estimez vous-même l’énorme manque à gagner pour l’Etat en terme de recettes.

Est-ce que cette situation d’injustice doit-elle continuer ? Existe-t-il des textes qui exemptent les porteurs d’uniformes et autres du dédouanement ? Pourquoi les textes ne s’appliquent pas à tous les Maliens ?

Si les douaniers étaient bien formés, bien équipés, bien motivés, je crois qu’ils pourraient mobiliser plus du double de ce qu’ils mobilisent au compte du trésor public pour le budget national chaque année.

Les douaniers, aussi bien que les agents des impôts et ceux du domaine ont des ristournes par rapport aux recettes recouvrées et aux objectif fixés.

Tant que les pratiques de nos gouvernants vont demeurer les mêmes, ces braves services (Impôts, Douanes et Domaines) ne pourront jamais recouvrer à hauteur de souhait pour permettre à l’Etat de jouer son rôle régalien.

Face à cette situation de manque à gagner pour l’Etat, que devons-nous faire ? Je pense que nous devons sensibiliser, davantage, l’ensemble des citoyens à s’acquitter de leur devoir de bon citoyen dans le but d’imposer le changement de comportements aux mauvais gouvernants afin que le Mali puisse avoir un Etat puissant, protecteur et juste.

D’un côté, comme de l’autre, les faits prouvent que l’ère est très grave, mais qu’il y a toujours espoir pour ce pays des grands Hommes. Donnons-nous la main et changeons de comportements pour donner un nouveausouffleau Mali pour l’Honneur des Grands Hommes du Mali et le Bonheur de nos futurs enfants.

Jules-Paul Tardivel : ” Le vrai patriote s’inquiète, non du poste qu’il doit occuper dans la patrie, mais du rang que la patrie doit atteindre parmi les nations “.

Dr. Sékou DIAKITE

Président de l’Association ” Mouvement pour le Changement à Kati  (MCK)”

Cell.:+223 65 73 64 62 / 73 56 84 79

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Dr.au mali, tout le monde est unanime qu’être douanier, c’est d’être riche.donc nous admettons qu’ils nous volent car ils se muent en homme d’affaire.

Comments are closed.