Issa Pléa, sous-préfet de l’arrondissement central de Mopti : « La situation n’est plus comme elle était il y a quelques mois »

1
Un village peul situé dans le centre du Mali
Un village peul situé dans le centre du Mali (image d'illustration). © Photo: Coralie Pierret / RFI

La situation sécuritaire dans la sous-préfecture centrale de Mopti est calme, contrairement à ce que beaucoup imagine. En tout cas, tel est le constat du sous-préfet de l’arrondissement central de Mopti, Issa Pléa, qui trouve que « la situation sécuritaire n’est plus comme elle était il y a de cela quelques mois ».

Dans l’arrondissement central de Mopti, qui couvre la ville de Mopti et la commune rurale de Sokoura, la situation sécuritaire s’améliore de plus en plus et cela grâce aux efforts des plus hautes autorités du pays. « Quand on parle de sécurité, il n’y a pas de risque zéro.  Au jour où nous sommes,  au niveau de l’arrondissement central de Mopti,  la situation est calme, dans la mesure où l’Etat est en train de fournir des efforts par rapport à la stabilisation de la zone », a reconnu Issa Pléa.

Ces efforts sont visibles dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de sécurisation intégrée des régions du centre (PSRIC)  qui couvrent les régions de Mopti et de Ségou.   A en croire le sous-préfet de l’arrondissement central de Mopti, depuis le début  de ce programme,  il y a une amélioration  considérable de la situation sécuritaire  dans la zone et particulièrement au niveau de l’arrondissement central de Mopti qui couvre la commune  urbaine de Mopti et la commune rurale de Sokoura. Il a aussi permis selon lui,  l’installation des check-pointes à plusieurs niveaux  pour aider les forces armées et de sécurités, notamment les FAMa et leurs partenaires la Minusma et Barkhane, afin que la sécurité puisse revenir dans ces parties du pays.

Il a également précisé  que d’une manière générale, l’Etat fait beaucoup d’efforts pour que la situation  puisse redevenir comme avant.  « Il y a de cela quelques  mois, la situation n’était pas  ainsi. Il était très difficile d’aller dans  certaines localités  mais aujourd’hui,  les gens vaguent librement à leurs préoccupations », s’est-réjoui.

Il a invité les populations à s’impliquer davantage pour le retour définitif de la paix. « Il ne faut pas que les gens voient la sécurité comme une activité régalienne qui relève de l’Etat. La population peut beaucoup contribuer en donnant des informations aux forces armées et de sécurité. Ce sont des actes qui contribuent à ramener la paix  et la stabilité.  Ce qui contribue également au développement socioéconomique de la localité », a rappelé M. Pléa.

Dans cette quête perpétuelle de paix et de stabilité dans l’arrondissement central de Mopti, les autorités administratives travaillent en étroite collaboration avec la société civile. « Ensemble, nous avons mis en œuvre beaucoup d’activités dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale afin de renforcer la paix et la cohésion sociale dans notre localité», a informé le sous-préfet de l’arrondissement central de Mopti.

Youssouf Coulibaly

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. « La situation n’est plus comme elle était il y a quelques mois » Quand on parle de sécurité, il n’y a pas de risque zéro. Au jour où nous sommes, au niveau de l’arrondissement central de Mopti, la situation est calme…
    sI ON SE REFERRE AUSSI BAMAKO ET ENVIRON SEULEMENT, ON DIRAIT AUSSI QU’IL N’Y A PAS DE CRISE AU MALI. TANT QUE L’INSECURITE N’A PAS GANGE BAMAKO, LA CRISE DURERA ENCORE DES ANNEES. FAUT ALLER AU DELA DU “BOUT DE SON NEZ”

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here