Vincent De Paul Sidibé, maire de Yanfolila : « Le taux de recouvrement des taxes dans la commune de yanfolila est respectivement de 23% en 2016, 11% en 2017 et 11% en 2018 »

0

En marge de la célébration des activités commémoratives de l’anniversaire du Haut Conseil des Collectivités Territoriales le 5 avril 2019, à Sélingué, le maire de la commune de Wassouloubalé, non moins président du syndicat inter collectivité de Yanfolila, Vincent De Paul Sidibé nous a accordé un entretien. Il nous a évoqué des reformes engagées au niveau de la commune ainsi que les activités menées depuis son arrivée à la tête de la mairie.

Conformément aux promesses de campagne, l’édile avait élaboré un projet mis à disposition de la population. Ce programme concerne plusieurs domaines notamment les infrastructures routières.

Il s’agit d’abord notamment  la route car il avait eu la chance d’avoir une entreprise dans le même sens pilotée par les chinois à l’époque.

La convention, il fallait qu’on fasse les routes dans la ville de yanfolila et 12 km de Bounouko à Tieouléna en leur permettant d’exploiter l’houerie, une sorte de gravier, selon ses explications qui sert dans la confection de goudron. Ils se sont correctement exécutés et ce qui suit, les taxes ont été renoncées par la mairie qu’ils devaient payer en faveur de la commune. C’est ainsi se construit le développement de part et d’autre n’ayant pas de ressources propres pour faire face aux priorités des populations.

« Nous sommes entrain de faire attirer les partenaires à défaut d’avoir ceux-ci pour prendre en compte des points d’eaux en matière de forages pour l’adduction d’eau. Les anciens forages que nous avons, certains de nos partenaires sont prêts à venir les réparer, les maintenir et en faire d’une nouvelle gestion que nous sommes allés chercher en France », a-t-il indiqué. Nous avons aussi construit quelques écoles en partenariat avec ONG Build On, basée à Bougouni y compris des jardins d’enfants.

Le maire se dit satisfaisant au regard du progrès constaté depuis son arrivée à la tête de la mairie. Le taux de réalisation des activités est satisfaisant. « Toutes ces activités ont été menées à termes échues. Seul un village restait en cours pour la réalisation de son école », a reconnu l’édile sur les cinq écoles.

Dans son agenda, il prévoit aussi la construction d’un marché moderne dans la ville de Yanfolila et une gare routière. Car, selon le maire, le marché de Yanfolila existe depuis plus de 100 ans, il est envahi par les constructions.  « Nos prédécesseurs ont déjà choisi un site pour abriter le nouveau marché et c’est avec nous, qu’il connaitra sa phase de réalisation dont les travaux ont été déjà lancés. Et loin, il y a la nouvelle gare en sortant de Yanfolila vers Bougouni à droite où l’aménagement est en cours », a-t-il précisé. Le maire rassure que ces projets répondent au besoin réel de ses mandants. Ils sont conçus à l’image du PDSEC de la commune, a-t-il ajouté.

Il affirme qu’aucune commune ne peut travailler sans le PDSEC qui est le cahier de bord exigé par le code des collectivités en République du Mali. Car le PDSEC est l’expression de besoins des populations, selon le maire. Pour tous les marchés conclus, c’est l’ANICT (agence nationale d’investissements des collectivités) la source de financements  et la mairie contribue à 10%  et les marchés estimés sont à hauteur de plus de 100 millions. Le droit de tirage de l’ANICT au titre de 2018 faisait 30 millions seront injectés dans la réalisation du nouveau marché et la mairie contribue à hauteur de 3 millions dont les 10% pour démarrer avec les travaux comportant près de 80 hangars à réaliser, une centaine de boutiques modernes.

En réponse à la question relative à la mobilisation de taxes par la mairie, il juge catastrophique dans la commune. Selon lui, le taux de recouvrement est de 23% en 2016,  11%  en 2017 et 11% en 2018. Comment remédier ? Il reconnait qu’à des responsabilités partagées, mais au delà des sensibilisations les gens doivent savoir que la mobilisation des taxes ne relève pas de la mairie et dans le code des collectivités c’est l’Etat qui doit faire les recouvrements.

Il insiste que le recouvrement ne relève pas des compétences des collectivités comme le code des collectivités prévoit. Les mairies utilisent les ressources générées qui proviennent des impôts recouvrés par l’Etat. C’est à l’Etat de sensibiliser et contraindre les citoyens à payer d’impôts. Il affirme une anecdote qu’un politicien élu sur les suffrages des populations, arrive difficilement à convaincre les populations en les sensibilisant de payer d’impôts. C’est la politique de l’Etat qui fait que les citoyens ne payent pas d’impôts car il doit faire comprendre que les taxes qui sont perçus par l’Etat ne sont pas négociables et être prêt à amener les gens à payer obligatoirement. Comparativement à son cas, il n’a pas de solution miraculeuse mais tant qu’il peut, va toujours continuer à sensibiliser à travers la restitution tous les ans et rend compte de l’utilisation qui en est faite à l’argent perçu dans toutes les poches de dépenses, l’une des premières motivations. « Et si la commune doit offrir des prestations, nous exigeons à ceux qui sont intéressés de les exécuter de s’acquitter de leurs taxes dues à l’Etat. Mais cela ne suffit pas seulement la façon de gérer le pays et les populations doivent savoir que les impôts et taxes sont leurs contributions au développement du pays ».

Envoyé spécial à Sélingué

A D

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here