Conférence de presse : Le Réseau de plaidoyer pour la sécurisation foncière agricole au Mali interpelle le gouvernement

0

La maison  de la presse a servi de cadre à la tenue d’une conférence de presse organisée par le réseau de plaidoyer pour la sécurisation foncière agricole au Mali. L’objet de cette conférence est d’outiller les hommes de médias sur les problèmes liés à leurs structures et surtout de  renforcer les membres du réseau dans leurs rôles de veille, d’interpellation, de négociation  et de proposition en vue d’influencer  les politiques et programmes  de sécurisation foncière des exploitations familiales Agricoles. C’était le 27 Avril 2016.

Le conférencier principal était, M. Ousmane B. Diallo. Pour la circonstance, il  avait à ses côtés, M.  Abdramane Bouaré, Membre du bureau  ainsi que les autres membres du bureau.Pour les organisateurs, le réseau regroupe à nos jours 25 organisations membres dont des faitières d’organisations professionnelles agricoles et des Organisation non gouvernementales(O.N.G) maliennes et internationales. Toutefois, sa vision est de construire une gouvernance foncière équitable où les exploitations Agricoles familiales sont sécurisées en vue de renforcer leur résilience. A ce titre pour réaliser cette vision, le réseau s’est fixé pour mission d’influencer les politiques du pays sur la sécurisation foncière des exploitations Agricoles familiales. Le RP-SéFA dispose depuis le 6 avril 2016 d’un plan quinquennal 2016-2020.

Prenant la parole  Ousmane Barke Diallo dira que la  principale activité est le plaidoyer pour l’opérationnalisation des Commissions Foncières(CoFo) au Mali.

Les membres du réseau ont tous quasiment signés la charte de mise en place. Afin de relever les défis, le réseau de plaidoyer se fixe  les objectifs suivants :  contribuer à l’opérationnalisation des COFO pour la sécurisation des terres Agricoles, des exploitations familiales et des entreprises agricoles à travers un amendement du Décret et la mise à disposition d’un fonds pour le financement de leurs activités d’ici la fin de l’année 2016 ; Opérationnaliser tous les dispositifs légaux pour la mise en place du Fonds National d’Appui à l’Agriculture d’ici la fin du mois de Mai 2016.

 

Concernant les problèmes liés au réseau, M.  Abdramane Bouré dira  que l’accès à la terre et aux ressources naturelles constitue donc une condition préalable pour la sécurité alimentaire et le développement économique et sociale. En plus de la production de nourriture et de revenus individuels pour les familles, l’accès sécurisé à la terre et aux ressources naturelles contribue aussi indirectement aux revenus publics.« La sécurité foncière représente donc un élément clé pour la valorisation des potentiels économiques du pays. L’une des principales caractéristiques du secteur Agricole est l’existence d’exploitations Agricoles Familiales de petite taille, Ces exploitations Agricoles Familiales qui font vivre des millions de personnes au Mali, sont confrontées aujourd’hui à l’incertitude du lendemain, liée à l’expropriation de leurs terres de culture, principal facteur de production » A-t-il-déclaré.

Alors, dit-il, si rien n’est fait, dans un proche avenir, le Mali risque de connaître un mouvement social violent généralisé aux conséquences incalculables. La  productivité agricole baissera fortement et  le tissu social se disloquera.

 

Cependant,  à  l’endroit du Gouvernement qu’il prenne des dispositions idoines sur la  relecture du décret de création des Commissions Foncières (CoFo) ; pour orienter une partie du Fonds National d’Appui à l’Agriculture (FNAA) pour le financement des  Commissions Foncières ;intégrer les préoccupations du monde paysan dans la gestion du FNAA (Enregistrement, immatriculation et équipements des exploitations Agricoles familiales, suivi-évaluation des actions du Fonds) ;pour la mise en place d’un dispositif de renforcement de capacités des acteurs dès l’adoption de la nouvelle Loi foncière Agricole ;  accélérer la relecture du  Décret N°09- 011 /P-RM du 19 janvier 2009 portant création et fonctionnement des commissions foncières au Mali ;Opérationnaliser les commissions Foncières (CoFo) sur l’ensemble du territorial national ; accélérer la prise de l’arrêté interministériel pour le financement d’une partie du fonctionnement des commissions foncières ; Inscrire une ligne budgétaire pour l’inscription des charges de fonctionnement dans le budget communal ou du conseil de cercle , Prendre des mesures pour une meilleure collaboration entre les ministères impliqués dans la gestion du foncier Agricole (Justice, Agriculture, Administration Territoriale, Domaines et Décentralisation) ; Opérationnaliser le fond national d’appui à l’Agriculture en respectant les dispositifs réglementaires

Abdramane Samaké 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER