Engrais frelaté : Les preuves qui accablent Toguna- Industrie

1

Deux entreprises de Seydou Nantoumé sont citées dans la vente des engrais frelatés, Toguna Agro et Toguna SARL avec une quantité estimée à 27,34%.

 

Cherchant à blanchir dans le scandale d’engrais frelatés, le PDG de Toguna Agro Industrie Seydou Nantoumé s’enfonce davantage. L’affaire que nous relatons concerne le marché de fournisseur d’engrais de la campagne agricole 2015-2016.

Pour comprendre les enjeux de ce scandale, il faut se référer aux résultats d’analyse des échantillons d’engrais de cette période. Et dans une lettre adressée au président du GIE-UNSCPC, Bakary Togola le 8 avril 2015 par la direction de l’agriculture, il était démontré que 44%  du complexe coton, de  2% de la céréale et de 55% d’urée sont hors normes. Dans la même correspondance, la direction de l’agriculture avait sommé le GIE-UNSCPC de prendre les mesures appropriées pour attirer des magasins CMDT/OHVN, les quantités d’engrais non conformes.

Sitôt informé de la situation, le président du GIE-UNSCPC a écrit l’ensemble de bénéficiaires des marchés d’engrais le 12 mai 2015. « Je vous informe que les résultats des analyses contradictoires effectuées ont confirmé que certaines quantités d’engrais livrées par votre société sont hors normes. Par conséquent, le GIE vous invite à prendre les dispositions utiles pour le retrait et le remplacement des dites quantités précisées dans le tableau ci-dessous », explique la correspondance du GIE-UNSCPC.

Sur la liste des fournisseurs dont l’analyse culpabilise figurent deux entreprises de Seydou Nantoumé à savoir, Toguna Agro et Toguna SARL. Sur les 3404 tonnes d’engrais de mauvaise qualité relevées, 27,34% viennent des stocks de ses deux entreprises, la SOMADECO 19,97%, 8,63% entre autres. Pis, le rapport d’analyse précise qu’environ plus de 50% des quantités d’engrais jugées mauvaises pour les cultures appartiennent à Toguna et son concurrent. De ce fait, Toguna ne pourra en aucun cas se disculper de ce scandale  que certains esprits voulaient coute que coute mettre sur le dos d’autres personnes.

En réalité, les faits et gestes de l’entreprise Toguna  de ces derniers de Seydou Nantoumé et ses réseaux sont de nature à noyer le poisson dans l’eau. Car, dans ce dossier, les faits sont têtus et montrent l’implication du richissime opérateur économique.

Djibril Traoré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Cette affaire d’engrais commence a démonter toute les ficelles de la corruption de nos opérateurs économiques
    Ce qu je n’arrive pa a comprendre dans les pays développé l’état vie sur les taxes des opérateurs économiques mais au Mali c le contraire comment voulez vous que le pays avance

Comments are closed.