Constat et leçon de l’année 2015 : Le Mali reste toujours le ventre mou du Sahel et devra développer sa capacité propre à faire face au péril du terrorisme

81

L’année 2015 arrive à son terme et les défis auxquels doit faire face le Mali demeurent aussi nombreux qu’en 2014. Le plus grand défi pour 2016 qui doit être relevé au rang de super priorité par l’Administration IBK reste celui de la sécurité nationale. Un enjeu de taille qui comporte deux volets essentiels : mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation mais aussi et surtout lutte contre le terrorisme enrobé dans l’extrémisme religieux. L’enjeu est d’autant plus important que c’est la survie même de la Nation malienne qui est en cause. L’un des raccourcis pour y arriver reste la sécurisation de nos frontières, le renforcement des capacités de nos Forces Armées et de Sécurité en développant leur capacité de mobilité et d’intervention rapide sur toute l’étendue du territoire national. Espérons qu’en 2016 que les choses changent pour le mieux conformément à l’assurance donnée par le président IBK qui rassérénait lors de sa visite à Ségou, dans la 2ème région militaire, que les forces armées maliennes montaient en puissance. IBK pour redorer son blason devra courant 2016 prendre le taureau par les cornes en posant des actes forts pour le Mali et rien que le Mali.

 

2015 fut une année sanglante pour le monde entier. A peine les fêtes de fin d’année passées, Paris, la ville Lumière, fut la victime insensée d’individus déclarant agir au nom de l’Islam. Le 7 janvier 2015, le journal satirique « Charlie Hebdo » était attaqué par des terroristes de l’Etat Islamique alors que ses journalistes étaient en pleine conférence de Rédaction. Bilan : 12 personnes assassinées. Deux jours plus tard, c’était le tour de l’hyper Cacher juif d’être à son tour attaqué faisant 4 otages tués. Le 11 janvier 2015, une gigantesque marche républicaine à laquelle participèrent d’éminentes personnalités du monde entier avait lieu à Paris pour rendre hommage aux victimes et célébrer la liberté d’expression. Le président IBK, fidèle à ses convictions, n’était pas resté en marge d’un tel élan de solidarité envers la France. Le pays de François Hollande qui sauva le Mali d’une déstabilisation certaine et qui aurait pu lui coûter jusqu’à son existence n’eut été le lancement de l’Opération Serval deux ans auparavant. Ainsi IBK fut au devant de cette marche mondiale aux coudes à coudes avec son homologue français et aux côtés des plus grands de ce monde tels que la chancelière allemande, Angela Merkel,  ou encore le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou et bien d’autres.

Détails troublants

Bien que les attaques de Charlie Hebdo aient été perpétrées à milles lieues de nos frontières, l’on ne put faire abstraction de certains détails troublants. En plus de la date de la marche de Paris qui coïncida avec le déclenchement deux ans plutôt de l’opération Serval, deux maliens, avec des fortunes diverses, furent impliqués dans ces attentats. D’abord, Amédy Coulibaly à qui l’on prête des origines maliennes fut l’auteur reconnu de l’attaque contre l’hyper Cacher juif. Mais comme pour effacer la faute, le  héros  du jour fut un autre malien en la personne du jeune  Lassana Bathily qui sauva plusieurs vies humaines. Le Premier ministre israélien qui ne put taire cet exploit d’un rare courage, rendra un vibrant hommage à Bathily et à son pays. Ces détails ont fait les choux gras des adeptes de la théorie du complot. Le 14 janvier 2015, la première publication de Charlie Hebdo post attentat, revenait une nouvelle fois, avec des caricatures sur prophète Mohamed (PSL). Ainsi, ce 1178ème numéro sera tiré à plus de 3 millions d’exemplaires. Du jamais vu dans l’histoire de la Presse française. Ce retour sur caricatures provoqua l’indignation de bon nombre de musulmans à travers le monde. Des musulmans maliens profiteront de l’occasion pour critiquer la présence du président IBK à la grande marche républicaine de Paris. Mais pour bon nombre d’observateurs de la scène politique, la présence du Chef de l’Etat aux côtés de « son grand ami » François Hollande était avant tout, un devoir de reconnaissance du Mali au peuple français. Les analystes qualifièrent le comportement du journal satirique de « regrettable ». Presqu’un an après, avec le recul, certains ne purent s’empêcher de faire cette comparaison fâcheuse selon laquelle l’histoire se déroulait entre extrémistes. D’un côté, les « extrémistes de la liberté d’expression », de l’autre, ceux de l’extrémisme religieux. La seule différence étant que les premiers ne furent être armés que de simples crayons à papier et les seconds de kalachnikovs et de poudre.

Bamako après Paris touché par des attentats terroristes

Deux mois jour pour jour après l’attentat contre Charlie Hebdo, le 7 mars 2015, le restaurant « La Terrasse » était la cible d’une attaque armée qui a fait 5 morts dont 3 maliens, un belge et un français. Une première à Bamako. Le 12 juillet 2015, les policiers réussirent à mettre la main sur « l’homme cagoulé », auteur de la fusillade. C’est ainsi que les bamakois découvrirent, horrifiés, que la menace terroriste n’était pas si loin de leur ville. Un autre attentat ébranlera la quiétude des habitants de la ville des 3 caïmans. Le 20 novembre 2015, Bamako était le théâtre d’un nouvel attentat. A la surprise générale, ce fut contre l’hôtel Radisson Blu  qui fera plus de victimes que l’attaque contre La terrasse. Bilan : 22 morts dont les deux preneurs d’otages. Deux présumés complices seront arrêtés mais un autre est toujours en cabale.  Point commun, ces deux attentats portent la marque d’un seul et même groupe, celui de Mokhtar BelMolkhtar, chef tout-puissant des Mourabitounes. La menace terroriste s’exporta ainsi dans la capitale malienne mais au-delà sur toute l’étendue du territoire national qui est touché. Le 10 juin,  la ville de Misséni était pour la première fois attaquée  avec pour victime l’adjudant Bassiaka Koné. Fakola à son tour, le 28 juin 2015 devait subir les affres de l’insécurité. Ces deux attaques au sud, dans la région de Sikasso poussèrent l’Etat malien à réévaluer son dispositif militaire en place.

Signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali : Un espoir refroidi

Il a fallu plus de 8 mois d’intenses négociations sous l’égide de la médiation internationale conduite habilement par l’Algérie pour aboutir à l’Accord de paix signé à Bamako le 15 mai 2015 par toutes les parties, excepté la CMA qui jugea le texte « très en deçà de leurs attentes ». Une Ultime phase sera ouverte à Alger et ce n’est finalement le 20 juin 2015 que la Coordination apposa sa signature sur le document. Sa mise en œuvre nécessitera des innovations au niveau de l’appareil d’Etat parce que le texte prévoit l’octroi d’une large autonomie et de pouvoir aux régions sur un double plan administratif et financier. Un processus de Démobilisation, Désintégration et de Réinsertion (DDR) est également prévu. Mais la mise en œuvre de l’Accord reste encore parsemée d’embuches. Le redéploiement de l’Administration malienne dans les régions du nord n’est pas encore totalement effectif. La situation sécuritaire dans le septentrion reste des plus fragiles avec des attaques à répétition contre les positions de la MINUSMA et de l’Armée malienne. Selon des analystes des questions sécuritaires au Sahel, l’ombre d’Iyad Ag Ghaly et de Mokhtar BelMokhtar planeraient sur ces attaques. La rivalité entre les différents groupes rebelles créerait un climat de méfiance.

Bisbilles entre le religieux et le judiciaire

La fin d’année au Mali fut marquée par la polémique suscitée par les commentaires de l’Imam Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil Islamique, sur l’attaque contre le Radisson blu Hotel de Bamako mais aussi et surtout sur celles perpétrées à Tunis et à Paris. Dans la Presse malienne, sans condamner les actes, il s’était limité seulement à dire ce que nous reproduisons ici in extenso : « l’acte est condamnable, Dieu est en colère. Les hommes ont provoqué Dieu. Ils ont demandé et exigé même la promotion de l’homosexualité. » Par ces déclarations inappropriées et maladroites en la circonstance, beaucoup ont interprété ses dires comme si l’Imam justifiait ces attentats de punition divine. Daniel Tessougué, le désormais ex Procureur Général de la République, près la Cour d’Appel de Bamako était monté au créneau en qualifiant la sortie de l’imam Dicko « d’apologie du terrorisme ». Il argua aussi qu’ « on a laissé trop le secteur politique, le secteur public à la religion, ce n’est pas normal. Il faut que la laïcité du pays soit respectée » avant de conclure « Comme le disait le Christ, à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. C’est clair, il ne faut pas confondre. On ne doit pas faire l’erreur de confondre le spirituel au temporel. Il faut que les religieux restent dans leur sphère ». Son franc parlé et ses propos sans ambages lui auraient coûté son poste. Sa relève tente de prouver que le religieux conserverait toujours une place prépondérante dans la vie publique malienne. Le président IBK, selon des observateurs avisés de la scène politique, ne voulait certainement pas mettre en mauvaise posture une classe religieuse surtout quand elle lui a été d’un apport inestimable pour son élection à la magistrature suprême. Cette prise de position d’IBK peut également prouver qu’il est toujours soucieux de garder cet électorat en vue d’un éventuel « rempilement » pour un second mandat.

Il est à souhaiter que l’année 2016 soit l’année d’IBK pour le Mali parce que jusqu’ici les fruits n’ont toujours pas porté la promesse des fleurs. Vivement donc que sa prochaine tournée prévue dans la région de Kayes puisse être l’occasion d’annoncer ses grandes réformes pour la paix et la sécurité mais aussi et surtout faire le point sur les nouveaux équipements dont il aura doté notre Armée.

Ahmed M. Thiam

PARTAGER

81 COMMENTAIRES

  1. Le situation sécuritaire que nous vivons en ce moment est un héritage du pouvoir précédent.
    Mais lorsque IBK est arrivé,il s’est investi personnellement pour trouver une solution à ce problème.
    Et nous voyons que ses efforts sont en train de porter leurs fruits.
    Ne soyons donc pas ingrats et reconnaissons les effort de cet homme.
    Merci président.

  2. Le président IBK donne en ce moment tous les moyens à notre brave armée pour lutter contre ce phénomène de terrorisme.
    Je pense que ces doivent être reconnus et encouragés.
    Notre pays n’est donc pas le dernier de la classe en matière de lutte contre le terrorisme.

  3. Nous sommes de cœur avec tout le peuple français qui nous a soutenu dans nos moments difficiles, parce que c’est quand on a mal dans la chaire qu’on reconnaît c’est vraies amies.

  4. Le problème de terrorisme est un problème qui concerne toute l’humanité et sachons que nul n’est à l’abri de ce phénomène.La meilleur est de trouver un moyen pour l’éradiquer de cette planète.
    VIVE LA PAIX

  5. Nos gouvernants avaient démissionné de leur rôle en ne donnant pas les moyens nécessaires à notre armée. C’est ce qui a valu la perte de plusieurs hommes. Mais avec les équipements que ces derniers reçoivent et ceux que le président de la république a promit je pense que celle-ci est de nouveau compétitive et à la hauteur de nos attentes.Nous commençons à vraiment regagner confiance en notre armée qui ne cesse de faire des prouesses et nous surprendre ces derniers temps. Nous avons pu le constater dernièrement lors des attaques du Radisson où nos forces spéciales nous ont rendues fières d’elles.
    Bravo à nos forces de sécurités et surtout courage pour ce boulot qui n’est pas du tout facile.

  6. Une solution malienne peut être envisagée contre ce phénomène car le Mali travaille dans ce sens.
    Mais il faut d’abord comprendre que le terrorisme est un fléau tellement complexe qu’aucun pays ne peut le combattre tout seul.
    C’est pourquoi il serait important de discuter avec nos pays voisins qui deviennent souvent des bases arrière pour ces assassins.

  7. Ces groupes terroristes commettent leur forfaits dans les zones du nord pour tout simplement essayer de mettre à mal la stabilité de notre pays et faire fuir les investisseurs.
    C’est pour cette raison que les groupes signataires du nord doivent mettre en place à leur niveau un dispositif de sécurité pour pour barrer la voie à ces ennemis de notre pays.

  8. Nous en appelons à la bonne volonté de tous les pays partenaires pour nous aider à lutter contre ces terroristes qui menacent l’intégrité de notre pays.
    Ce combat ne peut être celui d’un seul pays;alors unissons noue le mener à bien.

  9. Ce n’est pas du djihad que font ces gens mais plutôt du terrorisme qui n’a rien à avoir avec une quelconque religion ; ces gens qui posent ces actes ignobles ne sont pas des musulmans. Ils ont une idéologie suicidaire qu’eux-mêmes ont développée en s’appuyant sur des préceptes RÉVOLUS de l’Islam et dont eux-mêmes ne remplissent pas les conditions pour mettre à mal la paix mondiale et satisfaire leurs intérêts mesquins. NOUS DEVONS TOUS LUTTER CONTRE EUX CAR CES GENS NE SONT PAS DES MUSULMANS !
    Hommage aux victimes de ces terroristes !

  10. Faut-il discuter avec Iyad Ag Agaly, Amadou Kouffa et autres Maliens ?
    A mon avis, j’estime qu’aucune discussion n’est envisageable avec ces bandits de Kouffa et Ag car c’est deux personnes ont refusé de prendre part à la signature des accords d’Alger. Cependant, je préconise la force pour débusquer ces deux ennemis de la paix. Cela pourra se réaliser si et seulement si, l’accord de paix est appliquée à la lettre par tous les acteurs. Par conséquent, j’appelle toutes les parties prenantes à s’y engager à fond pour le retour définitif et durable de la paix.

  11. Quelques soient les maux qui minent notre société nous devons tous être unanimes sur la réponse à apporter au terrorisme car quand elle est entre dans une société il n’y pas véritablement de point de retour. Des pays comme l’Irak, l’Afghanistan ou encore récemment la Syrie sont des exemples palpables. Il faut donc éliminer les bases de ces mouvements qui veulent prendre pieds dans notre pays et cela passe nécessairement par l’unification du pays.
    TOUS DONC POUR LA PAIX AU MALI!

  12. A mon avis, tous ces soubresauts de ces groupuscules sont de nature à freiner le processus de paix enclenché par le gouvernement. Cependant, il faut reconnaître que l’accord de paix d’Alger est une panacée pour sortir de cette crise. Donc, il faut encourager et appeler les acteurs à plus de volonté de part et d’autre pour la mise en oeuvre de cet accord.

  13. L’objectif de ces groupes terroristes c’est de créer la confusion dans le pays pour faire croire que le Mali est un maillon faible dans la lutte contre le terrorisme.
    Mais nous ne devons pas leur donner cette occasion.
    Nous devons donc les attaquer sur leur propre front pour donner la paix à notre pays.

  14. Pour ma part, je pense que contrairement à ce qu’a dit le journaliste, qu’il faut compter sur l’accord d’Alger car il est le moyen de sortie de crise même si il n’est pas parfait. Je recommande aux acteurs de cet accord à accélérer la procédure de mise en oeuvre pour que nous retrouvions la paix.

  15. Au cours de mon réquisitoire, j’ai effectivement dit que ce pays a toujours vécu en harmonie. Mais malheureusement les gens venus d’ailleurs nous apportent une idéologie de haine et de mort. J’ai cité le cas de Radisson et le cas de Kidal. Et si j’ai dit que l’Etat doit prendre ses responsabilités, c’est notamment, contrôler la question du chômage mais aussi et surtout la question religieuse qui est règlementée par les lois chez nous au Mali depuis 1961…
    En proférant de telles paroles Téssougué dit à l’état qu’il est IRRESPONSABLE. Ce qui n’est pas le cas et par conséquent il devait foutre le camp.

  16. La religion aux religieux et la politique aux politiques. De ce point de vue, je pense que la relève du procureur n’est pas le fait qu’il a taxé les propos de l’imam Dicko d’apologie au terrorisme. Ceci ferait croire que nous sommes dans un Etat dirigé par les religieux or pourtant nous sommes dans une démocratie.

  17. Quand l’ex PG dit:« Et j’ai dit qu’il faut revenir à l’Etat de droit… l’Etat droit et ses exigences. Je suis procureur général, je suis commis à une mission par l’Etat. Dans l’exercice de ma fonction, je suis outragé, je suis insulté et c’est à l’Etat de prendre ses responsabilités ».ça aussi c’est mettre en cause l’existence de l’état. S’il pense que nous sommes à l’état de nature que fait-il à sa place de procureur.

  18. Ce n’est pas parce que le procureur Téssougué a désapprouvé Dicko qu’il a été limogé.
    Tessougué est un homme de loi et quelques soit le fait il devait savoir raison garder au lieu de s’exhiber partout dans la presse. Ce n’est pas normal venant de lui.

  19. Moi je pense que le départ du procureur général n’a rien à avoir avec la religion. Ce n’est pas parce qu’il y a une altercation entre lui et un chef religieux qu’il serait limogé mais Téssougué a traité l’état d’irresponsable parce que des membres de sa famille ont été agressé. C’est un fait regrettable mais lui en tant que haut responsable de la justice ne doit pas dire cela car les autorités font tout pour assurer la sécurité de tout un chacun.

  20. Je pense que le départ du procureur Daniel doit être vu comme un signal dans la lutte contre la corruption car les 200 dossiers qu’il devait gérer dans ce domaine ne bouge pas et le président de la république est toujours calomnier pour cela. Il était donc nécessaire qu’il parte pour que quelqu’un de plus actif travaille.

  21. Tantôt il parle de 200 dossiers sur la corruption, après il parle de 209 rapports ; on ne sait vraiment pas pour quoi il occupait ce poste. Le président de la république s’est trompé en le nommant à ce poste car cet homme ne fait pas vraiment son travail.

  22. Le gouvernement malien fait tout ce qui est nécessaire pour que la lutte contre le terrorisme soit à un niveau très relevé.
    C’est pourquoi nous pouvons dire que Mali n’est “le ventre mou” dans cette lutte car notre armée abat un très grand travail.

  23. Je pense que le limogeage de Daniel Téssougué si je peux m’exprimer ainsi traduit la volonté du président de la république de faire de notre justice une justice crédible car un homme de droit doit savoir s’exprimer. Mais ce n’était pas le cas de Daniel qui en plus de trop parler traine avec des dossiers qui sont importants pour la nation.

  24. Je pense que le départ de Téssougué ne doit pas être associé à l’affaire Dicko car dernièrement il a été remarqué que ce dernier a pris plusieurs décisions extra-judiciaires ce qui n’est pas normal pour celui que je qualifierais comme le premier défenseur de la cause publique.

  25. Les rivalités entre les factions rebelles sont le fait de Iyad. Il crée cette discorde afin d’entraver la mise en oeuvre de l’accord d’Alger qu’il a boudé. Mais, ce sont des actes de faiblesses qu’il pose. Et je pense qu’il faut appeler nos concitoyens à ne pas céder à la panique. L’Etat mettra tout en oeuvre pour parvenir à la paix.

  26. Un homme de loi doit travailler « sur le papier » comme on le dit couramment mais ces derniers temps Téssougué a trop travailler dans la presse ce qui n’est pas normal pour un magistrat et je pense que c’est ce qui lui a valu ce limogeage.

  27. A mon avis, je pense que le limogeage du procureur général n’est pas le fait qu’il a qualifié les propos de l’imam Dicko comme l’apologie du terrorisme. Donc, cher journaliste, ne déterminez pas immédiatement la relève comme étant la cause de son franc parlé sur les allégations de l’imam Dicko.

  28. Assurément, l’accord de paix d’Alger n’est parfaite, mais il favorise la paix et la réconciliation nationale. Donc, toutes ces attaques de quelques groupes terroristes contre l’accord sont dans le but d’empêcher l’application de l’accord signé par toutes les parties prenantes. Mais ils ont face d’eux des personnes déterminées à aller résolument vers la paix.

  29. Je pense que les attaques perpétrées contre la Minusma et les Forces Maliennes sont de nature à fragiliser le processus de paix enclenché. J’appelle la population a gardé le calme et que tout rentrera dans l’ordre pour l’application stricte de l’accord afin d’établir la paix et la sécurité.

  30. Mon cher journaliste, ne liez pas le limogeage du procureur de la république par le fait qu’il s’est attaqué à l’Imam Dicko. Son limogeage n’a rien avoir avec l’Imam Dicko.

  31. Certes, l’accord de paix connait quelque retard dans sa mise en application, mais il est une issue de sortie de cette crise que nous avions connue. Donc, j’aimerais que tous nous soutenions les acteurs dans sa phase pratique.

  32. IBK lui a critiqué l’imam DICKO pour sa déroute. Comment voulez vous forcément trouver une cause au limogeage du procureur?
    Je ne dois pas savoir s’il est le seul à assumer cette fonction dans notre pays? Le président met celui qu’il juge compétent pour faire les dossiers qu’il attend soumettre.

  33. Le limogeage du procureur n’a rien avoir avec l’histoire de l’imam. C’est qui montre l’immaturité et le manque de professionnalisme de nos journalistes maliens. Le procureur est jugé pour incompétence face aux dossiers qu’il a sa possession.

  34. Je sais pas ce que ce journaliste veut nous montrer à travers cet article enfantin où du moins il est étranger. Sachez que tout ce que vous préconisez dans votre article est dit dans les accords de paix.

  35. Le président IBK encourage les accords de paix. Il souhaite dans les prochains jours faire un remaniement pour permettre l’entrée des différents partis au gouvernement.
    Le terrorisme est un phénomène qui ne prévient pas donc c’est trop dire de trouver une solution à la malienne.

  36. Iyad et Koufa ont toujours refusé de prendre part à la signature des accords de paix. Nous irons à la paix avec ceux qui ont accepté lesdits accords. Nous pouvons compter sur les fils de ce pays pour ces accords soient une réussite.

  37. Nul n’est à l’abri des attaques terroristes aujourd’hui malgré les moyens qu’on peut disposé car on ignore jusque-là leur réelle motivation. La population doit être vigilante et coopérative avec les forces de sécurité pour coincer ces barbares

  38. Ces accords nous permettront de sortir de cette situation. Nous comptons sur la bonne foi et l’engagement total des différents partis signataires des accords pour trouver une issue parfaite de cette crise.
    Déjà nous pouvons dire que les choses vont bien avec le cantonnement et l’insertion des ex-combattants dans l’armée est une preuve que nous allons progressivement à la paix.

  39. L’état veut construit une armée forte et républicaine et compte mettre les moyens pour lutter efficacement contre le terrorisme. Il a même signé des accords de défense avec les USA et l’UE qu’il faut saluer. Nos forces ont aussi reçu des engins roulants pour faciliter les patrouilles donc beaucoup est d’être fait

  40. Depuis la signatures des accords de paix les deux partis ont montré leur volonté manifeste d’aller à la paix et cela a porté des fruits. Les choses avancent même ces journalistes, par leur manque de professionnalisme et de maturité, montrent que e choses font mal.

  41. Les accords sont rentrés dans leur phase d’application avec la libération de prisonniers, le cantonnement et le désarmement des ex-combattants. Il faut noter la mise en place de la commission vérité et réconciliation donc nous devons croire et ne pas se laisser emporter par le désespoir que veut Mr THIAM

  42. La paix sur le papier n’est pas forcement la paix sur le terrain. Certes, IBK et son gouvernement sont conscients de cela, mais l’accord la mise en application rencontre des difficultés ardentes mais pas insurmontables. Les différents acteurs doivent se faire confiance, le gouvernement est déterminé pour le en œuvre effective de l’accord de paix et de réconciliation.

  43. La signature de cet accord est favorable pourvu que la paix revienne au Mali. Le gouvernement est actif pour la mise en œuvre effective de cet accord. Cet accord de paix est très favorable pour notre pays car la paix, sécurité, l’intégrité territoriale et la constitution reste toujours à préserver.

  44. Le retour de la paix dans le nord Mali est certes difficile, mais possible. Tout le peuple malien doit se mobiliser derrière nos leaders, IBK et son gouvernement sont engagés, déterminés pour la lutte du retour et le maintien de la paix et la réconciliation dans le nord Mali. La crise du nord Mali est une crise qui date depuis la veuille de l’indépendance. C’est normal que les maliens doutes de cet accord, car la crise a connu des confusions et beaucoup d’atrocités qui continue jusqu’à présent. Mais IBK et son gouvernement œuvrent pour une paix possible et durable. Les maliens doivent accorder la confiance totale à nos leaders. 💡

  45. L’insécurité grandissante qui menace la paix et la stabilité durable dans notre pays est un fléau qui provient de la mauvaise gérance des régimes passés. Le Président de la République Ibrahim Boubacar Keïta est en train de tous mettre en n’œuvre pour protéger les personnes et leurs et sur toute l’étendue du territoire national et aussi l’accord de paix et de réconciliation. 8)

  46. IBK a gagné son pari d’une manière général. Malgré, qu’il ait hérité d’un pays qui persiste depuis fort longtemps dans une crise multidimensionnelle, il n’était très évident qu’IBK en résulte, ainsi. Sa gouvernance est salutaire car il est actif dans plusieurs domaines.

  47. 💡 Concernant l’affaire de l’insécurité le gouvernement se bat corps et âme pour mettre fin à ce fléau. IBK et son gouvernement tentent de tout mettre en œuvre pour que les attaques prennent fins, Le ministre Sada Samaké a mal géré le problème et IBK et son PM Modibo Keïta se chargeront de mettre à la porte tous les Ministre incompétents. IBK a commandé des avions militaires et plusieurs autres équipements pour sécuriser les frontières et la population. 💡

  48. Pour votre information les rapports du VEGAL ne sont pas ignorés par IBK. Ils sont déjà en possession de la juridiction compétente. Nous sommes dans un pays démocratique, alors le pouvoir exécutif ne peut interférer dans le domaine du pouvoir judiciaire. Donc la justice malienne traite d’abord les différents dossiers avant de se prononcer. IBK a belle et bien dit « nul n’est et ne sera au-dessus de la loi » 😳

  49. IBK a promis de combattre la corruption et les détournements des deniers publics. Sa lutte devient de plus en plus objectif. Tous voleurs comparaîtront devant la justice, c’est une question de temps. La balle est dans le camp de la justice, puisse que la justice est indépendante alors tout le monde attend la justice. Et voilà le procureur général qui rassure la population de la circulation des dossiers.

  50. La vue la situation et le mode de gouvernance d'IBK nous remarquons que lentement mais surement, il est en, train de relever le défis qui lui a été confié dès sa prise de fonction. La tâche est vraiment pénible mais le président se défend d'une manière salutaire.

  51. Depuis l’arrivée d’IBK, il est en train de redresser lentement mais surement toutes secteurs Etatiques. Le pays malgré, la crise multidimensionnelle, il a su repartie sur de nouvelle base. L’économie, l’agriculture, l’éducation, la mine et tant d’autre domaine commence à se rétablir durablement.

  52. 2015 a été une année de terreur pour le monde entier, au Mali La population a un rôle important à jouer dans cette situation qui demande la participation de tous les maliens, nous devons rester vigilant avoir la tête sur les épaules, ouvrir grandement les yeux sur tout ce qui bouge et qui est inhabituel, contacter directement l’autorité afin qu’il intervienne.
    Vive le Mali…

  53. 😉 😉 😉 😉 😉 Nous savons tous que le mal existait avant même prend les fonctions en main. Ne soyons pas ingrat vis-à-vis de ces efforts fournis par lui et son gouvernement. Malgré les difficultés, ils ont joués convenablement leurs rôles. 😳 😳 😳 😳 😳

  54. Pour votre information, Monsieur le journaliste, le fameux procureur général près la cour d'appel de Bamako, Daniel Amagouin Tessougué a été limogé de ses fonctions. C'est dommage pour lui.

  55. 😳 😳 😳 😳 😳 Le mal est déjà bien avant l’arrivée d’IBK AU POUVOIR, le Mali était vivait dans cette crise. Je me demande pourquoi, il y’en a qui veulent coûte que coûte abîmer l’image du gouvernement malien. 😳 😳 😳 😳

  56. Seul l’union fait la force nous devrons nous unir pour combattre ses terroristes et déjà que nous avons le soutien de plusieurs pays du monde entier cela sera plutôt facile pour nous de réussir à combattre ses ennemies de l’islam…
    Vive le Mali
    Vive un islam cohérent

  57. Nous ne devons pas avoir peur, ses personnes sont des ennemies de la nation à nous de les combattre et cela ne pourra être sans l’union et la vigilance des maliens…

  58. Certes nous avons connu des attaques terroristes en 2015, mais Nous devons être fort et uni, quel qu’en soit nos positions dans la patrie.
    Ce combat nous interpelle tous, le monde entier lutte contre ses individus de mauvaise foi.
    Nous ne devons pas avoir peur de participer ouvertement à nos fonctions comme il se doit.

  59. 2015 a certes été une année difficile pour le monde entier, mais il est important de faire part de la disponibilité du gouvernement maliens de leurs participations dans tout action qui peux mettre les maliens dans des conditions paisible, le monde a connu des difficultés en 2015, mais les maliens disent merci à leurs gouvernement.

  60. Ses personnes sont des ennemis de la nation, le terrorisme n’a rien à avoir avec la religion musulmane et nous sommes conscients que ses personnes qui se disent musulman sont des ennemies de la religion car l’islam ne demande jamais de tuer son prochain et de faire circuler de la drogue.

  61. La paix et la réconciliation sont aujourd’hui les attentes primordiales des citoyens maliens. Depuis que l’accord de paix issu du processus d’Alger a été signé jusqu’à l’heure actuelle, rien ne rassure. Donc pour que la paix ne reste pas une chose inaccessible pour ce pays, nous dévons faire recours à la conférence d’entente nationale, comme prévue par l’accord, et la période intérimaire.

  62. Nous savons tous que le mal existait avant même prend les fonctions en main. Ne soyons pas ingrat vis-à-vis de ces efforts fournis par lui et son gouvernement. Malgré les difficultés, ils ont joués convenablement leurs rôles.

  63. Ce n’est pas parce qu’on est juge qu’on peut se permettre de tenir des propos insensé qui étayent son idiotie et sa stupidité intellectuelle. En tant que procureur général près la cour d’appel, un homme de droit qui doit incarner la sagesse, Tessougué ne devrait en aucune manière se donner à une attaque contre Dicko.

  64. Daniel Tessougué a fait ce qu’il n’aurait pas dû faire. Il a dit ce qu’il n’aurait pas dû dire à Mohamoud Dicko, après la sortie de ce dernier à la suite de l’attaque terroriste de l’Hôtel Radisson Blu de Bamako. Il ne devrait demander à ce que les longues barbes soient rasées et le financement des mosquées contrôlé.

  65. La sécurisation de notre pays dépend de chacun de nous et des autorités et de nous la population. Car nous devons être l’œil, de nos autorités en cas de suspect. C’est-à-dire dénoncé tous les malfaiteurs en temps réel.

  66. Toute chose qui reste à savoir est que ce sont les journalistes qui ont donné de l’ampleur à cette affaire qui engage Daniel Tessougué et l’imam Mohamoud Dicko. Car ces derniers ont interprété les dires de l’un et de l’autre de différend manière qui ne sont pas favorable à une tension abaissée.

  67. Ce n’est pas pour rien que le président a été choisi par la majorité écrasante de la population. Il sait ce que cela signifie. D’ailleurs en deux ans il a réalisé des choses dont on s’y attendait le moins. Il faut que les journalistes cessent de rendre à néant tous ses efforts pour la construction d’un Etat fort.

  68. Le fameux juge, non moins procureur général près la Cour d’Appel, a fait une sortie inopportune lors de la déclaration de l’imam Mohmoud Dicko après l’attaque terroriste de l’hôtel Radisson Blu de Bamako. Les propos du juge dictateur étaient déplacés. Il n’a pas fait preuve de sagesse. Un homme de droit doit parler avec précision, mesure et clarté. Cela n’a pas été le cas de Tessougué.

  69. Quoi que vous puissiez dire, les efforts d’IBK et son gouvernement sont reconnu parce peuple. Notre président 5 étoile a su honoré le Mali, pour cela nous lui seront toujours reconnaissant.

  70. Quel qu'en soit, c'est dans les moments difficiles qu'on reconnait nos amies, certes 2015 a été une année lourde, mais elle a aussi été une année des réalisations et de compréhension entre maliens avec la signature de l'accord de paix et de réconciliation entre l'Etat malien et les rebelle même si que l'accord n'a pas encore assister à son application.
    Nous avons devant nous un défi de combattre ensemble le terrorisme…

  71. Le combat de terrorisme est devenu un combat du monde entier, Ce qui est sûr est qu’au Mali nous resterons toujours dériveurs les décisions de notre gouvernement et nous apporterons ce que nous pouvons afin de combattre cette menace contre la stabilisation de notre pays.

  72. Le gouvernement malien a assez investi dans la sécurité, s les choses ne vont pas bien jusqu’à présent. Notre pays est dans une phase insécuritaire mais malgré tout il n’est pas comme les autres pays qui sont dans le même bain que lui.

  73. Le Mali ainsi que le monde entier se trouvent aujourd’hui dans une situation délicate du terrorisme. Des nouveaux groupes naissent chaque jour et les chefs de ces groupes terroristes sont tous des fils des pays contre lesquels ils se rebellent. Les autorités maliennes et étrangères sont interpellées face à cette situation inquiétante. C’est maintenant ou à jamais.

  74. La situation sécuritaire du Mali se dégrade chaque jour que Dieu fait. Les maliens sont invités à la vigilance et à garder le sang-froid. Ce n’est pas du tout une chose facile d’avoir à faire à ces compatriotes transformés en djihadistes et prêts à sacrifier leur vie pour mettre à feu la vie au septentrion. Une pareille situation met en garde toute la communauté internationale à s’unir pour une seule cause. 💡 💡 🙄 🙄 😳 😳 😳

  75. L'année 2015 a été une année de terreur pour le monde entier, cette année est surtout animé par des attaques terroriste de tout bord pas qu'au Mali seulement, Les terroristes sont des véritables ennemies de la nation et du monde entier, on ne fait pas d’un terroriste son ami, ou son frère.
    Nous les combattons ensemble Sans pitié.
    Prions que l'année suivante soit meilleur.

  76. Soyons prudent et vigilant, nos dirigeants à travers nos forces de sécurités ont posés tous les dispositifs pouvant protéger le peuple contre ces terroristes. Mais il faut reconnaitre, que leur présence est massive sur notre territoire.

  77. Le Mali n’avait jamais connue une rébellion aussi incontrôlable que celle-ci. On n’avait jamais connu de tels groupes terroristes au nord. Le plus difficile est le fait que ce sont certains fils du pays aux qui tout a été donné qui se rebellent contre le pays. Cette situation interpelle tous les maliens à faire ce qu’ils peuvent. Seule la cohésion, il s’agit de la coopération internationale, peut mettre un terme à cette situation.

  78. Le terrorisme est un problème de tous. Le Mali est, certes, la victime aujourd’hui. Mais nul n’est censé ignoré le danger que représente le terroriste sur le monde entier. Surtout quand il est plus proche de nous. De ce fait, les africains sont aujourd’hui les plus touchés. Toutes les mesures doivent être prises pour trouver une solution à cela. Il faut reconnaître aussi que les djihadistes syriens sont présent sur le continent, à l’heure actuelle. 🙄 🙄 🙄 🙄

  79. La sécurisation de notre pays dépend de chacun de nous et des autorités et de nous la population. Car nous devons être l’œil, de nos autorités en cas de suspect. C’est-à-dire dénoncé tous les malfaiteurs en temps réel.

  80. Luttons tous contre le terrorisme c’est notre seule chance de se débarrasser du terrorisme pour toujours, une coopération entre toute la communauté internationale. Nous voulons que les attaques terroristes cessent. Nous ne voulons plus être victimes des actes terroristes. Nous voulons une vie sans terrorisme. Nous voulons un monde sans guerre et sans armes. Nous voulons une vie paisible et confortable.

  81. Nous savons tous que le mal existait avant même prend les fonctions en main. Ne soyons pas ingrat vis-à-vis de ces efforts fournis par lui et son gouvernement. Malgré les difficultés, ils ont joués convenablement leurs rôles.

Comments are closed.